Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Octobre 2017

Algérie:Le taux de change du dinar a joué le rôle d'amortisseur depuis le début de la chute des prix du pétrole (Banque d'Algérie)

Le taux de change de la monnaie nationale vis-à-vis du dollar américain a joué un rôle d'amortisseur et de première ligne de défense depuis le début de la chute des prix du pétrole, et ce, pour maintenir les équilibres macroéconomiques du pays, a indiqué jeudi à Alger le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal.

 


"Face à la détérioration des fondamentaux de l'économie nationale, la Banque d'Algérie a procédé à une dépréciation du taux de change du dinar vis-vis du dollar de près de 20%. Le taux de change a donc joué dans une large mesure son rôle d'amortisseur et de première ligne de défense", a souligné M. Loukal lors de son intervention à l'ouverture du Meeting africain sur l'économétrie qui se tient du 29 juin au 1er juillet à Alger qui rassemble des experts de la finance africains et d'autres pays.


Soulignant l'impact "assez significatif" de la crise pétrolière mondiale sur les équilibres macroéconomiques du pays, M. Loukal a précisé qu'à l'instar de la plupart des pays exportateurs des hydrocarbures, la forte chute des prix du brut, commencée à la mi-2014, avait eu un "impact considérable" sur les équilibres macro-économiques de l'Algérie en rappelant que les déficits budgétaires ont atteint 15,3% du PIB en 2015 et 13,7% en 2016.


Dans la sphère monétaire, les déficits de la balance des paiements se sont traduits par une contraction des ressources des banques, réduisant la liquidité bancaire de près de 67% en 2 ans, ce qui a amené la Banque d'Algérie à réactiver les instruments classiques de refinancement, a-t-il fait savoir.

APS


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • "..la Banque d'Algérie a procédé à une dépréciation du taux de change du dinar vis-vis du dollar de près de 20%..."

    Quel aveu ! Jusqu'au là la banque d'Algérie soutenait mordicus que le cours du Dinar était fixé par les marchés monétaires et ici elle vient nous dire que c'est elle qui a dévalué le Dinar...

    Question à 1000 balles. Puisque la situation a continué à se détériorer et les déficits budgétaires à se creuser en 2016 et 2017, pourquoi cette politique de dévaluation a été stoppée puisqu'elle a si bien marché en amortissants les chocs ? Tiens justement depuis que M Loukil a été nommé comme gouverneur de la BA, comment il justifie son inaction ?

    Rapporter Truc vendredi 30 juin 2017 08:20
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l’aventure algérienne (2ème partie)

  Dans la première partie de cette contribution sur le gaz de schiste, l’auteur a dressé le panorama de l’industrie des hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis. Qu’en est il de l’Algérie ?       II.            Et l’Algérie dans tous ça ! quel exemple ? Prédisposition géologique, vers une pétrolisation du schiste Les bassins d’hydrocarbures algériens consistent dans deux formations de gaz et de pétrole, le schiste du Silurien...

Les réserves de change de l'Algérie devraient baisser à 85,2 milliards de dollars fin2018 (ministre)

Les importations devraient poursuivre une tendance baissière pour atteindre 43,6 mds usd en 2018, puis 41,4 mds usd en 2019 et 40,9 mds usd en 2020.

Algérie- Le budget du SILA a baissé d’environ 40% par rapport à 2016 (Hamidou Messaoudi)

La tendance baissière du budget alloué au SILA a commencé en 2016 quand celui-ci a été réduit de 50%.