Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

« Le risque politique en Algérie fait fuir les fonds d’investissement »-K.Benkoussa sur RadioM (audio-vidéo)

 Kamel Benkoussa, ancien manager de fonds d'investissement à la City de Londres/ Ph: A. Belghit

Le manque de visibilité politique et économique en Algérie fait fuir les fonds d’investissement au moment où le pays a tant besoin dans le contexte de la chute des revenus pétroliers et la raréfaction des ressources financières pour l’impulsion de la machine économique.

 

L’ancien manager de fonds d’investissement à la City de Londres, Kamel Benkoussa, révèle que des fonds d’investissements ont gelé leurs projets ces derniers mois en Algérie. « Le risque politique en Algérie fait fuir les fonds d’investissements », a-t-il affirmé ce mardi au cours de l’émission l’ « Invité du Direct » de la webradio RadioM, estimant que cette perception « récente » des fonds d’investissement est corrélée à la baisse des prix de pétrole, l’état de santé de Bouteflika et des indicateurs économique qui sont dans le rouge, entre autres.

La manière avec laquelle le gouvernement a fait face à la crise du marché pétrolier mondial-en déroute-, avec quelques mesures de la loi de finances 2016, rebute également ces investisseurs. En cette période de raréfaction des ressources financières, le gouvernement a choisi de moins de investir mettant en péril l’économie du pays encore dépendante de la dépense publique.

« Il ne s’agit pas de dépenser plus ou moins, mais de savoir où dépenser et trouver les mesures à mettre   en place pour qu’un dollar dépensé puisse ramener 5 à 10 dollars. C’est ça la question », a-t-il suggéré, avant de pointer le manque de prospective du gouvernement qui a installé le pays dans la «  deuxième phase de l’impasse » qui est celle de l’endettement.

Sur ce sujet, l’ancien manager des fonds d’investissement à la City estime que la solution du recours au financement des Chinois pour la réalisation des projets d’infrastructure est périlleuse. Il en veut pour preuve l’expérience de certains pays africains dans ce domaine.

Utiliser l’effet de levier des réserves de changes placées en T-Bonds

Il affirme que la contrepartie des Chinois dans de tels partenariats fait multiplier le projet jusqu’à 10 fois  son coût initial. « C’est une pratique reconnue des Chinois et c’est de bon guerre », juge-t-il. Et de proposer une solution moins onéreuse sur l’effet de levier que peut offrir une partie des réserves de changes de l’Algérie, à déposer en Bonds de Trésor américain.

Selon lui l’Algérie peut placer 20 milliards de dollars de ses réserves de changes- estimées à 150 milliards -en Bonds de Trésor avec un taux de rendement 3%  sur 30 ans et avec lesquels, elle peut obtenir des financements de plusieurs banques internationales de 4 à 6 fois le niveau du placement, pour financer les projets d’infrastructures.

Pour M. Benkoussa, le gouvernement doit prendre des mesures audacieuses et ne plus braquer les regards sur le niveau des prix du pétrole qui ne vont pas décoller de sitôt. « Espérer avoir un baril du pétrole à 80 dollars, c’est de l’illusion », a-t-il dit. Selon ses projections, le cours du baril va se stabiliser dans le 40 à 45 dollars sans pour autant s’installer durablement dans les 20 dollars « parce qu’économiquement le baril de pétrole est indexé à l’inflation qui est au plus bas historique ». 

Ecouter l'émission: 

Vidéo: 


Évaluer cet élément
(8 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 12 millions de tonnes de produits sidérurgiques par an à l'horizon 2020

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre  principaux producteurs. Il s’agit des groupes public Imetal , le groupe turc Tosyali  ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia  et SPA Maghreb tubes.

Le FMI récolte 450 milliards de dollars pour maintenir sa capacité de prêt

Les emprunts bilatéraux constituent la troisième ligne de défense importante du FMI après les quotes-parts et les nouveaux accords d’emprunt.

Algérie : Le ralentissement du marché de l’automobile relance l’industrie des deux roues

Le constructeur public de cycles et motocycles CYCMA Guelma compte de, son côté, saisir cette opportunité pour revenir sur le marché algérien après une période d’arrêt.