Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 20 Février 2018

  •   Rayane Djerdi
  • mercredi 24 juin 2015 14:02

Maroc- Renault va bénéficier du tissu de sous-traitance autour de l'usine de PSA Peugeot-Citroën

« On va fabriquer pour la première fois des moteurs au Maroc »

Pour Tajeddine Bennis, président du collège industrie de l’Association marocaine pour l'industrie et le commerce de l'automobile, le choix de PSA d'installer une usine au Maroc confirme que ce pays est devenu en quelques années plus attractif pour les constructeurs automobiles.

 

Le monde industriel marocain a accueilli avec satisfaction la venue du constructeur automobile français Peugeot PSA, qui vient d’annoncer son projet d'implantation d'une usine à Kenitra. C’est le second constructeur français à s’installer au royaume après Renault. La marque au lion installera son unité dans la commune d'Ameur Seflia qui se trouve près de la zone franche de la région de Kenitra dans la province de Sidi Slimane. Le site est un ancien terrain agricole relié à un réseau routier et ferroviaire situé à 200 km au sud de Tanger.

La production initiale démarrera à 90 000 unités par an mais l'usine a été dimensionnée pour une capacité de 200 000 véhicules par année. Les véhicules appartiennent aux segments B et C-Entry destinés aux marchés de l'Afrique et du Moyen-Orient. Le site sortira dans un premier temps des véhicules au rythme de 15 unités par heure avant de passer à 30 dans un deuxième temps. La surface du site est de 120 hectares et 120 autres hectares additionnels ont été réservés.

« On va fabriquer pour la première fois des moteurs » au Maroc

Pour Tajeddine Bennis président du collège industrie de l’Association marocaine pour l'industrie et le commerce de l'automobile,le choix de PSA d'installer une usine au Maroc confirme que ce pays est devenu en quelques années plus attractif pour les constructeurs que ce soit dans une logique de sourcing comme Ford ou de construction de véhicules comme Renault ou PSA. Surtout, ce projet permettra de développer le secteur de la mécanique « parce qu'en plus de la carrosserie, on va fabriquer pour la première fois au Maroc des moteurs » et donc développer un tissu industriel de fournisseurs avec de nouveaux métiers, a déclaré à L’Usine Nouvelle.

A la question de savoir si le projet PSA n’allait-il pas rentrer en concurrence avec celui de Renault, il dira que les deux projets sont plus complémentaires. Notamment en ce sens que Renault va bénéficier du tissu de sous-traitance qui va se développer autour de l'usine de PSA. A noter que l'enveloppe globale du projet a été estimée à 557 millions d'euros. « PSA a investi 95% de la somme. La Caisse des dépôts et de gestion (CDG) marocaine a investi les 5% restants. Les modalités de financement n'ont pas été communiquées par le groupe français », nous apprend L’Usine Nouvelle. Rappelons que le groupe a signé le 19 juin dernier, un accord d'implantation d'une unité d'assemblage au nord de Rabat. La production devrait démarrer en 2020.


Évaluer cet élément
(11 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Les médecins résidents demandent l’abrogation du caractère obligatoire du service civil et non sa suppression" (Yassine Balhi)

Sondage

Vidéos

Benflis ou pas Benflis ? Les Algériens très fans des pages religieuses FB étrangères.

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les réformes économiques préconisées actuellement risquent de ne pas aller loin, selon Hamid Temmar

L’ancien ministre  dira que si l’Etat ne comptait que « sur la planche à billets, les risques inflationnistes seront importants »

"L’ouverture du fret maritime au privé est une aventure" (Ferhat Ait Ali)

 Il était question, selon des déclarations officielles de l’ancien ministre du Transport Boudjemaa Talai, que la CNAN acquière 27 navires entre 2016 et 2022 pour renforcer sa flotte.

Algérie : "La grève du secteur de l’éducation a atteint un taux de suivi de 80%" (Cnapeste)

Le conseiller au ministère de l'Education nationale a déclaré que le calendrier scolaire annoncé au début de l'année sera respecté en dépit du mouvement de grève enclenché notamment dans les wilayas de Blida et Béjaïa.