Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Younès Djama
  • lundi 25 mai 2015 17:11

Le groupe français Avril (ex-Sofiprotéol) inaugure en juin une unité de nutrition animale en Algérie

Abdelkader Taïeb Ezzraïmi, patron du grope SIM, partenaire algérien du groupe français Avril.

Le groupe français est déjà présent au Maroc. En 2012, pour 121 millions d’euros il a acheté les parts de la Société nationale d'investissement (holding détenue principalement de par la famille royale), dans Le Sieur Cristal, numéro 1 marocain des huiles alimentaires.

 

 

Le groupe français Avril (ex-Sofiprotéol) va inaugurer en juin prochain une unité de nutrition animale en Algérie, rapporte Le Monde dans son édition d’aujourd’hui. L’investissement, de 20 millions d’euros, est mené en partenariat avec le groupe d’agroalimentaire algérien Semoulerie industrielle de la Mitidja (SIM), qui détiendra 51% des parts, indique le quotidien français.

Nous ignorons pour le moment les détails de ce partenariat : nos tentatives d’en savoir plus auprès des deux partenaires se sont avérées infructueuses.

Le groupe français, qui commercialise, entre autres marques, Lesieur (mayonnaise), est déjà présent au Maroc. En 2012, pour 121 millions d’euros, il a acquis 41% de parts dans Le Sieur Cristal jusque-là détenues par la Société nationale d'investissement (SNI), holding majoritairement possédée par de la famille royale.

La société revendique au Maroc la place numéro un du savon de ménage, avec 80% de parts de marché, de même que la position de leader du marché des huiles alimentaires.

 

Baisse du chiffre d’affaire de la filiale marocaine d’Avril

 

Cependant, précise Le Monde, tout comme son chiffre d’affaire global, en recul de 7% à 6,5 milliards d’euros en 2014, la filiale marocaine du groupe Avril affiche, elle aussi, un chiffre d’affaires en baisse de 5 %, à 345 millions d’euros en 2014. « Elle subit à la fois le repli du prix des huiles et celui du pouvoir d’achat de ses clients et doit réagir aux évolutions de leurs habitudes », écrit la journaliste du quotidien français.

Selon elle, le gouvernement marocain compte sur l’appui du groupe français pour soutenir un projet de relance de la culture du tournesol et d’implantation du colza.

Notons aussi qu’Avril est présent en Afrique au Cameroun et au Sénégal. Il compte sur une enveloppe de 1,8 milliard d’euros pour accompagner son expansion dans ce continent.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • JE N'AI PAS DE SITE c-à-d URL ENVOYEZ SUR MON E-mail

    Rapporter gacem vendredi 4 septembre 2015 11:27
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».