Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Février 2017

  •   Merouane Korso
  • mardi 5 août 2014 09:25

La rumeur enfle de nouveau sur l’installation de Peugeot au Maroc

Si les rumeurs sur l'installation de Peugeot se confirment, le Maroc abriterait l'une des plus importantes plate-formes de production automoile en Afrique (DR)

De nouveau, la folle rumeur : celle de l'installation au Maroc du second constructeur automobile français, Peugeot PSA. L'information circule sur les sites marocains, et prend de la vigueur lorsqu'est évoqué un énigmatique ralentissement de la production de l'usine Renault de Casablanca, où sont assemblés les modèles Logan.

Tout est parti, selon L'Usine Nouvelle, d'une information faisant état du rachat par la marque au Lion, de l'usine de la Société marocaine de construction automobile (Somaca), détenue à hauteur de 80% par Renault et 20% par Peugeot SA. En cause : un ralentissement progressif de la production de voitures de l'usine de Casablanca et un léger dégraissage des travailleurs après un net rétrécissement des ventes. L'Usine nouvelle affirme pourtant que ''cette rumeur n'est confirmée par aucune direction des deux constructeurs français'', car Peugeot SA serait actuellement en phase d'exploration du marché chinois, après sa recapitalisation par le chinois Dongfeng et l'Etat français. ''Renault affirme de son côté que ce sujet n’est pas du tout à l’ordre du jour. Lors de la tenue de sa dernière assemblée générale en juin dernier, la Somaca n’a reçu aucune demande de PSA sur une quelconque", explique L'Usine nouvelle, citant des sources proches de Renault.
La Somaca, créée en 1962, fabrique les modèles low-cost Sandero et Dacia à Casablanca. Mais cette unité enregistre depuis avril dernier une baisse de son rythme de production en raison, selon L'Usine Nouvelle, du ''manque de visibilité sur les principaux marchés émergents du constructeur français''. En 2013, la production de l'usine Renault de Casablanca avait battu un nouveau record avec 66 500 véhicules, une hausse de 14%. Au mois d'avril, le rythme de production a sensiblement ralenti.

Coup de frein à la production de la Somaca

Renault-Maroc confirme ce ralentissement de la production, mais parle de ''situation normale'', tout en laissant entendre que le rétrécissement de la demande des marchés émergents, dont l'Egypte et la Jordanie, est une des explications de la baisse de la production de l'usine Casablancaise de Renault, qui possède une autre usine à Tanger, qu'il avait construite lui même avec un investissement de 1,4 milliard d'euros. "Dans cet environnement toujours incertain, le Groupe anticipe la poursuite de la baisse du marché dans ses pays émergents", annonce le groupe Renault dans son bilan annuel, sans citer nommément le marché marocain.
De son côté, Pierre-Olivier Salmon, responsable de communication et adjoint au directeur du service presse chez Peugeot, contacté par Les Echos (Maroc) a été formel: ''PSA n’a pas de projet de ce genre'' au Maroc. Le groupe Renault, qui réalise dans son usine Tangéroise 340.000 véhicules par an, aurait ralenti la cadence de la production de son usine de la capitale économique du Maroc, en attendant le retour de l'embellie économique eu Europe, principal débouché de sa production marocaine.
Renault, solidement implanté au Maroc après avoir porté ses parts à 80% dans l'usine Somaca, une usine CKD (completly Knocked Down, importation puis assemblage de pièces détachées de véhicules) détient 39% du marché marocain des véhicules en 2013 avec plus de 47.000 véhicules vendus. Peugeot arrive loin derrière avec une moyenne de 13%, puis suivent Fiat, Ford, et les marques asiatiques.

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

Les Bourses européennes, à l'exception de Londres, ouvrent en très légère hausse

Aux changes, l'euro poursuit sa remontée autour de 1,0560 dollar après l'annonce par François Bayrou de sa décision de ne pas se présenter à l'élection présidentielle française et sa proposition d'alliance acceptée par Emmanuel Macron.

Déjà substantiels, les investissements saoudiens au Maroc semblent promis à un bel avenir

Selon un membre du Conseil d'affaires maroco-saoudien, Mohamed Ben Badr Al Doussari, le volume des investissements saoudiens au Maroc devait dépasser les 38 milliards de dirhams à fin 2016.

"Alnaft est à l’écoute des partenaires étrangers pour être au rendez-vous de la reprise des investissements dans l’amont pétrolier" (Sid Ali Betata)

  Sid-Ali Betata, président du Comité de direction de l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT), confirme qu’un appel à la concurrence, axé essentiellement sur des projets de développement, est inscrit dans le plan d’actions d’ALNAFT pour 2017 Il se dit optimiste sur l’attractivité de l’amont pétrolier algérien. Entretien exclusif.