Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 20 Août 2017

  •   Maghreb Emergent et agence
  • jeudi 5 juin 2014 10:58

Le Maroc rejette la cession des activités du français Veolia à Rabat-Salé

Les marocains veulent récupérer les concessions lucratives de Veolia à Rabat-Salé (DR)

Les élus de Rabat ont rejeté un accord de cession des activités du géant français Veolia, leader mondial du traitement de l'eau et des déchets, dans la capitale marocaine au fonds d’investissement Actis.

 

Cet accord, signé en 2013 entre Veolia et Acis, devait rapporter au groupe français environ 370 millions d’euros, dans le cadre de sa stratégie de désendettement entamée depuis 2001. Veolia entendait céder ses concessions d'eau et d'électricité au Maroc à ce fonds d'investissement international, mais les élus de la capitale marocaine Rabat-Salé ont refusé cet accord, a annoncé mercredi l'agence MAP. La transaction devait recevoir l’aval des autorités de tutelle marocaines, à travers le Conseil communal de Rabat.

Les élus veulent racheter la concession

L’agence marocaine de presse rapporte que les élus du Conseil se sont prononcés pour un rachat des actions de Veolia. Cette option "est la plus utile pour l'autorité déléguante, dans la mesure où les ressources financières dégagées par ce service pourraient être utilisées comme des investissements supplémentaires", ajoute la MAP, citant un document du Conseil communal de Rabat.

Contactée par l'AFP, Veolia n'a pas souhaité réagir à cette décision de la ville de Rabat.

Avec 1,5 million d'habitants, Rabat-Salé constitue la deuxième agglomération du Maroc, derrière Casablanca (cinq millions). Les activités de distribution d'eau, d'assainissement et d'électricité de Veolia dans le royaume sont déléguées aux sociétés Redal, pour l'agglomération de Rabat-Salé, et Amendis pour les villes de Tanger et Tétouan.

Fin mai, le conseil municipal de Tanger avait également décidé de s'opposer à la cession d'Amendis, en charge des services d'eau, d'électricité et d'assainissement dans la ville, à Actis.

Un vaste plan de désendettement
Le géant français Veolia est engagé depuis 2011 dans un vaste plan de désendettement, complété l'an passé par la mise en place d'une nouvelle organisation par zones géographiques et non plus par activités, avec l'objectif de réduire ses coûts de 400 millions d'euros en 2014 et 750 millions en 2015. Il a dans le même temps recentré ses activités sur 40 pays.

La cession de ses activités eau et électricité au Maroc devait permettre de participer au désendettement à hauteur de 88 millions d'euros en 2013, avait à l'époque indiqué Veolia Environnement.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Les familles tunisiennes s'endettent de plus en plus : la dette des ménages a plus que doublé depuis 2010

Les tunisiens s’endettent surtout pour l’acquisition ou l’aménagement de logements, soit 80% des crédits alloués aux ménages.

Algérie- Youcef Yousfi veut "intégrer" l’automobile dans le programme des "industries nationales"

  Selon le ministre, la priorité sera accordée aux projets industriels dans la valorisation du phosphate, les engrais, la sidérurgie.  

Bouteflika procède à un important mouvement des cadres de l'administration territoriale

  Ce mouvement "vient suite à la promotion de certains cadres dans d'autres fonctions supérieures au niveau de l'administration territoriale.