Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

Deux (2) personnes ont trouvé la mort et  vingt-cinq (25) autres ont été blessées dans un accident de la circulation  survenu sur un tronçon de la RN 79, dans la localité de Guettar El Aich, à  Constantine, a-t-on appris samedi auprès des services de la protection  civile.

L’accident est survenu vendredi soir suite au dérapage puis le reversement  d’un bus de transport des voyageurs assurant une excursion entre la wilaya  de Skikda et la ville d’Ain Kercha (Oum El Bouaghi), a précisé la même  source, détaillant que deux victimes, une fillette de 8 ans et une jeune fille de 18, étaient mortes sur place.

Deux (2) camions citernes, neuf (9) ambulances et les éléments de la  protection civile de l’unité principale d’Ali Mendjeli et l'unité  secondaire de Guettouche Djemai d’El Khroub ont été mobilisés pour porter  secours et assistance aux victimes de cet accident, a-t-on encore indiqué.

Une enquête a été ouverte par les services compétents pour déterminer les  causes de ce drame, a-t-on conclu.

APS

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a inauguré samedi près d'Alexandrie, sur la côte méditerranéenne, la plus grande base militaire du Moyen-Orient.

Le chef de l'Etat a hissé les couleurs de l'armée dans cette base située à El-Hammam, à l'ouest de la cité portuaire.

Elle porte le nom de l'ancien président Mohamed Néguib, qui a renversé le roi Farouk en 1952 à la tête du groupe des Officiers libres. Cette base est considérée comme la plus grande d'Afrique et du Moyen-orient, assure l'agence officielle égyptienne MENA.

A son arrivée au pouvoir en 2014, l'ex-maréchal Sissi a œuvré à la reconstruction des forces armées, signant de nombreux contrats d'achat d'armements avec les Etats-Unis, la France, la Russie et d'autres pays.

Samir Ghattas, président du Forum du Moyen-Orient sur les études stratégiques et de sécurité, a confié à Xinhua que l'Egypte faisait face à des menaces de sécurité qui nécessitent de diversifier les ressources de l'armée et d'améliorer son état de préparation.

Il a ainsi cité plusieurs défis tels que le contrôle des frontières avec la Libye et le Soudan, ainsi que les activités djihadistes dans le Sinaï. Il a aussi souligné le besoin de sécuriser le détroit de Bab el-Mandeb qui sépare Djibouti et le Yémen et qui est crucial pour la sécurité du canal de Suez, sans parler de protéger les gisements de gaz découverts en Méditerranée.

Xinhua 

 

Le dirigeant du mouvement Ennahdha, Abdelfattah Mourou a indiqué que le projet de loi sur la réconciliation administrative “a été victime de son appellation car il a été perçu comme un moyen pour blanchir la corruption et les corrompus, alors qu’il ne concerne que les fonctionnaires et fonctionnaires assimilés ayant exécuté les ordres de leurs supérieurs hiérarchiques sans en tirer un intérêt financier”.

Dans une déclaration, samedi, à l’agence TAP, en marge d’une cérémonie organisée par le bureau local du parti à Sidi Alouane (Mahdia), à l’occasion de la journée du savoir, Mourou a estimé que la guerre menée par le gouvernement de Youssef Chahed contre la corruption est une guerre réelle et non pas une tendance passagère.

“Il s’agit d’une guerre de longue haleine qui n’est qu’à ses débuts et demande des années pour en venir à bout après plus de trois décennies”, a-t-il souligné.

Il a estimé que cette guerre doit impérativement être accompagnée de poursuites judiciaires ainsi que de réformes sociales, économiques et fiscales, soulignant la nécessité d’une solidarité entre les différentes sensibilités politiques, sociales et syndicales.

S’agissant des élections municipales, Mourou a affirmé que son parti est déterminé à établir des listes électorales communes composées à 50% par ses adhérents et à 50% par des compétences locales indépendantes.

“Le mouvement privilégie des cadres régionaux n’ayant pas d’appartenance partisane”, a-t-il dit, ajoutant que “s’attacher à la mentalité de famille politique dans les régions va faire fuir les compétences et entraver les élections”.

Le dirigeant d’Ennahdha a, dans ce contexte, indiqué que la transition progressive vers le pouvoir local ne sera possible qu’à travers le changement des mentalités en cédant la voie aux compétences.

TAP

 

 

Le chef de la Maison Blanche s'en est pris au Washington Post, l'accusant d'avoir révélé des données confidentielles et appelant à mettre fin à ces fuites.

Donald Trump a exprimé son indignation après avoir lu les rapports du Washington Post selon lesquels l'ambassadeur russe aux États-Unis Sergueï Kisliak aurait discuté de sa campagne présidentielle avec Jeff Sessions, actuel procureur général du pays.

«Nouvelle fuite de données de renseignement de la part du Washington Post, cette fois concernant le procureur général Jeff Sessions. Ces fuites illégales […] doivent cesser!», a écrit le dirigeant américain sur son compte Twitter.

Auparavant, le Washington Post, citant des sources anonymes, avait affirmé que l'ambassadeur russe avait évoqué la campagne électorale de Donald Trump avec M. Sessions, ainsi que les perspectives des relations entre les deux pays dans le cas de son élection au poste présidentiel.

Selon le quotidien, deux conversations entre MM. Kisliak et Sessions, qui était à l'époque un proche conseiller en politique étrangère du candidat républicain, ont été interceptées par des agences américaines.

L'actuel procureur général des États-Unis aurait fait des déclarations «trompeuses» sur ces discussions. Elles seraient d'ailleurs «contredites par d'autres preuves», a affirmé un responsable américain cité par le WP.

Sputnik

 

 

 

 

Une (1) casemate pour terroristes a été découverte dans une opération de ratissage menée vendredi à Tipaza, par des détachements de l'Armée nationale populaire (ANP), indique samedi le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué.

"Dans le cadre de la lutte antiterroriste et lors d'une opération de recherche et de ratissage, des détachements de l'Armée nationale populaire ont découvert, le 21 juillet 2017 à Tipaza (1e RM), une (1) casemate pour terroristes, contenant des denrées alimentaires et divers objets", précise la même source.

Par ailleurs, et dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des éléments de la Gendarmerie nationale "ont arrêté à Oran (2e RM), trois (3) narcotrafiquants et saisi 671 kilogrammes de kif traité", ajoute-t-on. 

Des détachements de l'ANP ont, en outre, "intercepté à Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam (6e RM), quatre (4) contrebandiers et saisi un (1) véhicule tout-terrain, (3) groupes électrogènes, (3) marteaux piqueurs, ainsi que (10.493) unités de différentes boissons à Biskra (4e RM)".

Sur un autre plan, des éléments des Gardes-côtes "ont mis en échec une tentative d'émigration clandestine de 37 individus, à bord d'une embarcation pneumatique à Skikda (5e RM) tandis qu'à Tlemcen et Ouargla, des détachements de l'ANP, appuyés par des éléments de la Gendarmerie nationale et des Gardes-frontières, ont intercepté 17 immigrants clandestins de différentes nationalités", rapporte également le communiqué du MDN.

APS

 

 

 

 

Le Commandement des forces armées syriennes a annoncé ce samedi l'entrée en vigueur du régime de cessez-le-feu dans la Ghouta orientale. Toutefois, l'armée se réserve le droit de riposter à toute violation de la trêve.

L'armée syrienne a annoncé ce samedi l'arrêt des combats dans la Ghouta orientale, zone tenue par des extrémistes à l'est de Damas. La trêve décrétée par le Commandement des forces armées du pays est entrée en vigueur samedi à midi (11h00 heure de Paris), a annoncé l'agence d'informations Sana.

«Le Commandement des forces armées annonce la cessation des hostilités dans plusieurs zones de la Ghouta orientale, province de Damas, samedi à midi», a précisé la source.

Cependant, comme le souligne le Commandement, l'armée se réserve le droit de riposter à toute violation du régime de cessez-le-feu.

À l'issue de négociations entre le ministère russe de la Défense et l'opposition syrienne modérée qui se sont tenues dans la capitale égyptienne Le Caire, le département militaire russe a annoncé ce samedi la signature d'un accord portant sur les règles instaurées dans la zone de désescalade dans la Ghouta orientale. Il a en outre été précisé qu'un convoi humanitaire y sera dépêché dans les jours qui viennent.

Sputnik

 

 

 

Le Pentagone a annoncé vendredi que les Etats-Unis suspendaient le versement de 50 millions de dollars au Pakistan en raison du manque d'efforts d'Islamabad dans la lutte contre le terrorisme.

"Les fonds ne peuvent pas être versés au gouvernement pakistanais en ce moment car le secrétaire [à la Défense, Jim Mattis] ne peut pas garantir que le Pakistan a pris suffisamment de mesures contre le réseau Haqqani [groupe armé lié aux talibans] conformément aux exigences de la loi de finances relatives au budget de défense nationale de l'année fiscale 2016", a indiqué le Pentagone dans un communiqué.

Le montant bloqué fait partie d'un programme du Pentagone, le Fonds de soutien à la coalition, qui vise à rembourser les alliés et partenaires des Etats-Unis pour leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme.

Au cours de l'année fiscale 2016, 900 millions de dollars devaient être alloués au remboursement des activités du Pakistan, dont 550 millions ont déjà été versés à Islamabad.

Cette annonce du Pentagone intervient quelques jours après que le département d'Etat américain a accusé le Pakistan, dans un rapport sur le terrorisme mondial, de ne pas prendre d'"actions efficaces" contre les talibans ou le réseau Haqqani, considéré depuis 2012 par Washington comme une organisation terroriste.

 

Xinhua

 

 

 

Le Yémen est confronté à la plus grande épidémie du choléra au monde, avec plus de 5.000 cas d'infection signalés chaque jours, a alerté vendredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Entre le 27 avril et le 19 juillet 2017, 368.207 cas suspects de choléra et 1.828 décès ont été signalés dans 91,3% des gouvernorats du Yémen", a déclaré une porte-parole de l'OMS, Fadela Chaib, lors d'un point de presse à Genève.

L'OMS et ses partenaires de santé concentrent actuellement leurs ressources sur des interventions visant à traiter les personnes touchées par l'épidémie et à réduire sa propagation. Il s'agit notamment d'étendre l'accès à l'eau potable et à l'assainissement, à mettre en place des centres de traitement, à former les agents de santé, à renforcer la surveillance et à travailler avec les communautés en matière de prévention, a fait savoir l'OMS.

"Le choléra attaque les plus vulnérables et dans l'épidémie en cours, les enfants et les personnes âgées payent le prix le plus élevé", a déploré la porte-parole, soulignant la nécessité de rompre le cercle vicieux de la diarrhée et de la malnutrition.

Le suivi de l'épidémie a confirmé une légère baisse des cas suspects au cours des deux dernières semaines dans certains des gouvernorats les plus touchés. L'OMS continue de surveiller la situation pour déterminer si cette tendance de légère diminution continuera au cours des prochaines semaines.

"L'épidémie de choléra au Yémen est loin d'être maîtrisée", a prévenu Mme Chaib, ajoutant qu'avec le début de la saison des pluies, le rythme de transmission de l'épidémie de choléra pourrait encore augmenter.

Xinhua

 

Une surface agricole de 2.810 hectares, irriguée sous pivots, a été consacrée aux différentes cultures fourragères, pour soutenir l'essor de la filière lait dans la wilaya de Ghardaïa, a indiqué samedi à l'APS le directeur des services agricoles (DSA).

La luzerne constitue la culture fourragère dominante avec une superficie de 1.175 ha, soit plus de 41,81% de la superficie fourragère totale, suivie du maïs ensilage avec une superficie de 1.160 ha (41%), puis l'orge avec 320 ha (11%) et l'avoine avec 150 ha, a précisé M. Mustapha Djaâboub.

Bien adaptées aux conditions climatiques et à l'environnement aride de la région, ces cultures fourragères se sont avérées indispensable pour renforcer significativement le développement de la filière lait en amont et à améliorer la qualité du produit et le rendement, a-t-il souligné.

La pérennité et l'augmentation de la production laitière dans la wilaya est strictement liée au développement de la culture fourragère, a soutenu le DSA, ajoutant que la formation des agriculteurs aux techniques culturales et à l'extension des cultures fourragères reste primordiale.

L'élevage représente l'une des principales composantes de l'économie oasienne de la wilaya Ghardaïa.

Ce secteur constitue une source importante de revenus pour la population locale et contribue au maintien de l'équilibre écologique de la région, a estimé M. Djaâboub.

L'essor que connait la filière de lait dans la wilaya de Ghardaïa est favorisé par plusieurs facteurs, notamment l'augmentation du cheptel laitier bovin estimé actuellement à prés de 4.000 vaches laitières, l'amélioration du taux de vêlage et l'accroissement des superficies de production de fourrage et de maïs ensilage destiné à la fabrication d'aliment de bétail.

Dans cette perspective, de nombreux investisseurs envisagent de créer dans la wilaya de Ghardaïa de nouvelles exploitations agricoles intégrées alliant l'élevage bovin laitier, la production fourragère et la production de lait et ses dérivés.

Le développement de la filière dans la wilaya vise à pérenniser et accroître la production tout en garantissant la qualité des procédés de pasteurisation, en encourageant la création de nouvelles unités de transformation et de pasteurisation afin de favoriser la conservation sans porter atteinte aux propriétés gustative du lait, a souligné le responsable de la DSA.

Actuellement, plus de 1,2 million de litres de lait frais sont produit mensuellement dans la wilaya de Ghardaïa, signale-t-on.

APS

 Le ministre de l'Intérieur, des collectivités locales et l'aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a procédé, samedi à Alger, à l'installation des nouveaux walis et des walis délégués et ce suite au dernier mouvement opéré par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, dans le corps des walis.

Le mouvement, qui vise à insuffler une nouvelle dynamique à la gestion des collectivités locales dans le cadre de la poursuite des efforts consentis en termes de développement et de modernisation du service public, a concerné 28 wilayas : 13 walis ont été mutés à d'autres wilayas, tandis que 14 cadres ont été promus au poste de wali, dont 3 walis délégués et 11 secrétaires généraux de wilayas. 

Dans ce cadre, les nouvelles nominations dans le corps des walis ont concerné deux 2 femmes, portant ainsi le niveau de représentation de l'élément féminin dans ce corps à 03 femmes walis. 

Les cadres chargés de ces responsabilités ont été choisis parmi les cadres ayant occupé différents postes de responsabilité au niveau des administrations locales et jouissant d'une expérience dans le domaine de la gestion publique locale.

APS

 

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Les sites touristiques à Gabès demeurent sous exploités

Les opérateurs économiques dans la région espèrent voir le secteur du tourisme à Gabès enregistrer une nette relance et souhaitent que le ministère de tutelle accorde un intérêt particulier au lancement du projet de pôle touristique et environnemental intégré.

Réunion du Comité ministériel de suivi Opep-Non Opep: Des ajustements en vue pour mieux stabiliser les marchés

Les perspectives de l'accord Opep-non Opep sur la réduction de la production de pétrole seront examinées lundi à Saint-Pétersbourg (Russie) par les représentants des pays signataires, dans l'optique à d'éventuels réajustements dans un marché pétrolier mondial encore sous pression.

Algérie- L’Etat subventionne l’eau uniquement à Alger et Tipaza

Alors qu’elle souffre d’un déficit de 45 milliards de dinars dû essentiellement à des créances impayées, l’Etat prive l’Algérienne des Eaux (ADE) des subventions qui lui sont théoriquement imparties.