Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 20 Janvier 2018

  •   Younes Saadi
  • dimanche 29 octobre 2017 09:33

Algérie : Un chocolat aux figues est né à Beni Maouche

Il ne s’agit pas d’une blague ou de la science fiction mais d'un projet réel : Un chocolat avec un taux d’intégration local de 70% est né sur les hauteurs de la Vallée de la Soummam, plus exactement au village Tiwal dans la commune de Beni Maouche wilaya de Bejaia.

 

Une louable initiative menée par une équipe de trois jeunes a donné des résultats prometteurs en ces moments de crise économique. Ils ont réussi à produire un chocolat 70% algérien en utilisant la figue fraiche et sèche produites localement. Tout a commencé lorsque ces trois jeunes Amar Abid 33 diplômé en HSE, Elyas Bouguider 32 ans titulaire un diplôme en marketing et Racham Tarik ingénieur biologiste ont décidé en 2015 de fusionner leurs entreprises pour se lancer dans la transformation des légumes et fruits (Sarl Tiwal Royaume). « Après de longues discussions entre nous avons décidé d’aller ensemble en lançant officiellement notre boite en janvier 2016. Une entreprise spécialisée dans la transformation des fruits et légumes et la valorisation des produits de terroir », nous a confié Amar Abid rencontré à la fête de la figue organisée les 26, 27 et 28 octobre à Beni Maouche. Interrogé sur le choix du créneau, il nous dira que le succès que rencontre le chocolat à base de la figue préparée d’une manière artisanale par des habitants de Beni Maouche et les régions avoisinantes leur a donné une idée. « Nous avons constaté que le chocolat traditionnel préparé avec la figue séduit toute personne le déguste, alors on s’est dit qu’il était temps de doter notre région d’une industrie moderne de chocolat de la figue », a-t-il expliqué.

Après avoir acquis des machines modernes dans le cadre des dispositifs de l’Agence nationale de l’emploi de jeunes (Ansej), l’équipe s’est focalisée sur la préparation des recettes qui associeront le goût du Cacao à celui de la figue. L’effort de l’équipe est couronné par la découverte de deux recettes. Une à base de figue sèche et la seconde avec la figue fraiche. « 70% de nos intrants sont issus du marché local. Nous utilisons les deux types de figues nous achetons auprès des agriculteurs locaux. C’est un exploit d’arriver à produire du chocolat avec 70% des intrants locaux », se réjouit-il. Il enchaine : « Si nous ajoutons l’emballage produit également en Algérie nous dépasseront ce taux d’intégration ».

Franc succès à la fête de la figue

Disponible à la fête de la figue, le chocolat avec la figue fraiche a rencontré un franc succès, a-t-on constaté sur place. « Nous n’arrêtons pas d’enregistrer des commandes qui viennent d’Alger, d’Oran et même de l’étranger », affirme notre interlocuteur. Il ajoute : « Notre capacité actuelle de production est de 400 boites par jour ne couvre pas toute la commande ». En outre, il souhaite prendre part à la prochaine Salon du chocolat et du café qui aura lieu le mois de février 2018 à Alger.

Pour les perspectives, l’équipe pense déjà à agrandir leur bisness et à viser les marchés extérieurs. « Des opérateurs économiques espagnols et français nous ont manifesté leurs volontés de placer notre produit sur le marché européen et ce, après l’avoir goûté et analysé », a-t-il révélé.

Par leur projet, les fondateurs de Tiwal Royaume pensent avoir accompli une tâche noble celle de préserver la culture de leurs ancêtres. « Nos parents et grands parents ont vécu grâce à cette récolte qui a failli disparaitre ces dernières années », a-t-il dit. « Maintenant, les enfants peuvent manger de figues sans se rendre compte », poursuit-il.  


Évaluer cet élément
(35 Votes)

Laissez un commentaire



7 Commentaires

  • Bonjour,
    ou est ce qu on peut se procurer ce produit?

    Rapporter saidi jeudi 16 novembre 2017 07:04
  • Bon courage.par votre travail vous êtes en train de montrer la voie à tous les jeunes. Lorsque on veut on peut. Merci.

    Rapporter benali rachid vendredi 3 novembre 2017 21:32
  • "LES FAUTES COMMISES NE CONCERNENT PAS LEUR LANGUE. ILS DOIVENT S'EN FICHER, S'EN CONTREFICHER ET S'EN MOQUER ROYALEMENT" et je les approuve.

    Voilà trois jeunes algériens qui ont compris, qui ont refusé de tenir les murs pour apprendre, SANS FAUTE, les poèmes de J. de la Fontaine et les pièces théâtrales de Voltaire et qui doivent se moquer aussi des subventions vivrières mensuelles auxquelles M. A. Ouyahya a fait allusion (je préfère" illusion", pour le cas d'espèce) pour justifier où sont passés les 1000 milliards de pétrodollars.

    A ces trois jeunes algériens et maghrébins je souhaite plein de succès dans leurs projets et que leur réussite soit une leçon de ''Doing business'' pour les ignorants et les managers de l'âge de bronze.

    Félicitations, Bravo, bon courage et....PLACE A LA JEUNESSE. Va-t-on le comprendre enfin ?!

    Rapporter Mansour Essaïh lundi 30 octobre 2017 11:43
  • Algérien, je viens de passer 3 semaine de vacance en Sardaigne, cette magnifique Ile rattachée à l'Italie. Cependant, je me suis intéressé aux produits locaux et notamment à la tomate. J'ai donc visité une ferme qui fabriquait et de manière artisanale des tomates séchées. Ces tomates exposées au soleil très généreux de cet ile - l'olivette de préférence - sont lavées, découpées en 2 puis légèrement épépinées pour être étalées soit une planche en bois ou un rideau métallique puis les saler. La durée de séchage varie entre 12 et 18 jours suivant l'intensité du soleil sans oublier de les couvrir - sans toucher le produit - par un voile transparent, genre moustiquaire. Une fois séchées, ces tomates sont mises en boites plastique transparentes, pesées, étiquetées avec code barre, puis une date de péremption car ce produit est suivit par un laboratoire biologique qui certifie l'authenticité du produit et sa production BIO et surtout qu'il est sain pour la consommation. Voici donc une idée qui devra compléter ce beau et bon produit de chocolat à base de figue.

    Rapporter Bonnaterro lundi 30 octobre 2017 10:45
  • Que de fautes d'orthographe, vous pouvez pas vous relire avant de mettre ce texte en ligne ? Aucun respect pour vos lecteurs !!!

    Rapporter Kerda lundi 30 octobre 2017 00:20
  • Moi abid houari de oran vie a paris mabrok 100000mabrok

    Rapporter Abid dimanche 29 octobre 2017 20:52
  • bravo pour vôtres projet, initiative que beaucoup de jeunes devrait prendre en exemple

    Rapporter bouterfa dimanche 29 octobre 2017 19:03
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie :Ouyahia et Yousfi recoivent les responsables des groupes SEAT et Sovac

La vente des premières SEAT IBIZA qui a commencé il y a quelques jours a vu un grand engouement de la part des Algériens au niveau des showroom des concessionnaires.

CPP : De quoi la maltraitance de Ouyahia par Bouteflika est-elle le nom ?

Le CPP de RadioM n’a pas boudé les thèmes forts de la semaine politique. Surprise, il a été beaucoup question du DRS.

Partenariat Public-Privé, Intégration avec la Tunisie, l’avenir comme ligne rouge présidentielle

  La chronique économique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan traite des sujets brulants de l’actualité sous l’angle de la trajectoire stratégique. Le verrou politique borne l’horizon au plus près.