Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 20 Janvier 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • dimanche 15 octobre 2017 20:18

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi (audio-vidéo)

Pour le professeur Hafsi, " l’Etat n’est pas le seul responsable de la grande difficulté dont laquelle vit l’Algérie".

 

« Le plus important dans la présentation d’une entreprise dans un livre, c’est l’effet que celui-ci a sur la population et non pas ce que pensent certains que cela cible à faire de l’effet sur l’Etat », a déclaré TaïebHafsi, dans l’entretien du direct de Radio M.

Taïeb Hafsi, titulaire de la chair du management stratégique à HEC de Montréal au Canada et directeur des collections « Les Grands Bâtisseurs» à Casbah éditions a présenté le weekend dernier son dernier livre « Les Hasnaoui : une entreprise citoyenne ». C’est dans la même collection avait apparus les livres sur les success story de Isaad Rebrab et Amor Benamor.

Pour le professeur Hafsi, « l’Etat n’est pas le seul responsable de la grande difficulté dont laquelle vit l’Algérie. Certes, il (l’Etat)  gère mal le pays, mais le souci c’est que la population pense que les entreprises ne sont pas bonnes ».

Cette image négative que porte le citoyen sur les entreprises « a souvent de bonnes raisons », affirme Taïeb Hafsi.  C’est-à-dire, a-t-il expliqué, « il y a beaucoup d’exemples de publicités négatives transmises par les médias ou des gens qui influencent mal l’opinion publique », qui les traitent dans la plus part des cas de tricheurs, corrompus, voleurs ...

L’image négative n’est pas venue du néant

En continuant à redorer les images des entreprises citoyennes qui réussissent en Algérie, le professeur Hafsi a par contre souligné que « la population n’a pas complètement tort dans son jugement », parce que les mauvais modèles existent.  

Il y a un travail qui se fait pour rendre accessible les livres sur les entreprises, d’ailleurs,« au début, ces livres sont édités d’une manière académique et parfois ne sont pas accessibles à tout le monde. C’est pour cela que la méthode a changé pour que ceux-ci soient lisibles et compris par tout le monde, surtout ceux qui influencent la population », a précisé le professeur. 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • "..L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi .."

    Heureusement qu'il y'a des hagiographes de service qui réécrivent les histoires de nos "grands bâtisseurs" qui sous d'autres cieux seraient passés tous par la case prison...

    Au faite, il manque encore l'hagiographie de M Tiba grand bâtisseur de l'Est Algérien..

    Rapporter Hayy ibn Yaquadhan lundi 16 octobre 2017 13:54
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie :Ouyahia et Yousfi recoivent les responsables des groupes SEAT et Sovac

La vente des premières SEAT IBIZA qui a commencé il y a quelques jours a vu un grand engouement de la part des Algériens au niveau des showroom des concessionnaires.

CPP : De quoi la maltraitance de Ouyahia par Bouteflika est-elle le nom ?

Le CPP de RadioM n’a pas boudé les thèmes forts de la semaine politique. Surprise, il a été beaucoup question du DRS.

Partenariat Public-Privé, Intégration avec la Tunisie, l’avenir comme ligne rouge présidentielle

  La chronique économique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan traite des sujets brulants de l’actualité sous l’angle de la trajectoire stratégique. Le verrou politique borne l’horizon au plus près.