Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Amar Ingrachen
  • dimanche 8 octobre 2017 14:45

Le Groupe Tahkout compte lancer un projet automobile à El Bayedh avec un partenaire tunisien

 

PEC, le partenaire tunisien, est un groupe industriel basé à Tunis, contrôlé à hauteur de 80% par des capitaux tunisiens et dont 39,5% de l’activité est dédiée à l’automobile.

 

Le Groupe Tahkout est en cours de réalisation d’un projet d’investissement à El Bayaedh avec un partenaire tunisien, a déclaré Mahieddine Tahkout à Maghreb-Emergent. « Nous sommes en cours de réalisation d’un investissement pour le fabrication de pièces de rechanges pour notre usine de Tiaret mais pas que avec un partenaires tunisien : Plastic Electromechanic Company (PEC) », nous a indiqué le patron de TMC. Cet investissement porte, selon lui, sur  la production de pièces de rechanges et de systèmes électriques et électromécaniques automobiles pour développer le taux d’intégration de l’activité de montage de véhicules Hyundai du groupe à Tiaret. PEC, le partenaire tunisien, est un groupe industriel basé à la zone industrielle de Hammam-Zriba, près de Tunis, contrôlé à hauteur de 80% par des capitaux tunisiens et dont 39,5% de l’activité est dédiée à l’automobile. Très présent à l’international, PEC réalise la quasi totalité de son chiffre d’affaires à l’export, notamment en France, en Espagne, en Chin, en Italie, au Brésil et même aux États-Unis.

Ainsi, contrairement aux informations rapportées par des médias tunisiens et algériens selon lesquelles TMC serait autorisé à transférer son argent à travers les banques algériennes pour investir en Tunisie, c’est le contraire qui est vrai. C’est le partenaire tunisien, PEC, qui viendra investir en Algérie.  « Notre groupe n’a aucun projet d’investissement en Tunisie et en dehors de l’Algérie. Nous sommes des Algériens et c’est en Algérie que nous investissons et nous investirons », a affirmé Mahieddine Tahkout.

Pour rappel, l’usine d’El Bayedh qui fabriquera des pièces de rechange, des accessoires automobiles et des moteurs, est d’une capacité de production de  2 500 moteurs par an et elle devra générer, dans un premier temps, plus de 290 emplois directs dont des agents de maîtrise, des techniciens supérieurs ainsi que des ingénieurs.


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • ont veut des Voitures 100% électrique
    des Voitures Hybrides / essence
    des Vélos 100% électrique
    des locations de vélos dans chaque grande ville

    et

    les Bornes de recharge électriques gratuites et les pistes Cyclables. Bouteflika s en occuperas.

    Rapporter Parti écologiste Nord Africain. lundi 9 octobre 2017 19:19
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie – Le syndicat UGTT trace "cent mille lignes rouges" devant la cession des entreprises publiques

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a invité ceux "qui ont échoué" dans leur gestion à ne pas imputer leur échec aux entreprises publiques. Il a dénoncé les "prétendus experts" qui, a-t-il dit, font croire à l'opinion publique que le secteur public "est la cause de la ruine de l'économie nationale" ou que "la faiblesse...

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.