Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Propos recueillis par Nadir Allam
  • dimanche 1 octobre 2017 13:55

Le financement non-conventionnel va donner une "flexibilité financière aux entreprises bénéficiaires" (Brahim Guendouzi)

Les 1000 milliards s de dinars que le Gouvernement compte injecter dans le circuit bancaire vont permettre au Trésor public de rembourser les dettes de SONATRACH et SONELGAZ et donner une certaine flexibilité financière aux autres, soutient l’économiste Brahim Guendouzi. Entretien.

 

Ahmed Ouyahia a affirmé mercredi que le paiement des dettes des entreprises publiques permettra d'injecter 1000 milliards de dinars dans le réseau bancaire, et ce après l'adoption de la loi sur la monnaie et le crédit. Qu'est-ce que cela signifie?

L’entrée en action du mécanisme de financement non conventionnel après  l’adoption par le Parlement  des changements opérés dans  la loi sur la monnaie et le crédit (LMC), permettra sans doute au Trésor public de rembourser les dettes de deux entreprises publiques importantes, en l’occurrence SONATRACH et SONELGAZ. Il est nécessaire de rappeler l’origine de ces dettes  qui est les subventions publiques du prix du carburant ainsi que du KWH pour l’électricité.

Les ressources financières seront mises à leur disposition dans leurs comptes bancaires. Cela devrait donner une certaine flexibilité financière aux entreprises concernées en matière d’arbitrage par rapport à leurs projets d’investissements dans le cadre de leurs stratégies de développement à moyen et long terme. Le système bancaire peut également bénéficier des nouvelles liquidités qui arrivent et donc pouvoir faire face également au tarissement des ressources financières dans le circuit bancaire après les importants placements effectués lors de l’emprunt obligataire national de 2016.

 

Cette masse monétaire qui sera injectée dans le réseau bancaire devrait, selon Ahmed Ouyahia,  présenter davantage de soutien au développement national et au financement de projets productifs. Aller vers une économie productive est-il possible dans la conjoncture actuelle où l'on se prépare à utiliser ce que les experts appellent "la fausse monnaie" alors qui cela n'a pas été possible lorsque l'Algérie dormait sur des milliards de dollars?

Le financement des investissements productifs est du ressort des entreprises publiques et privées. Les freins actuels à l’entrepreneuriat sont nombreux, parmi lesquels le climat des affaires dont il faut peut être rappeler le classement dans le Doing Business de la Banque mondiale, à savoir le 156e rang sur 190 pays en 2016. Aussi, le système bancaire et financier est considéré comme l’une des contraintes à la réalisation des projets productifs. Ajouter à cela  la règle bloquante de 51 / 49 à l’égard des investissements directs étrangers.

En revanche, le recours au financement non conventionnel sur une période de cinq ans, peut atténuer certes la pression sur les finances publiques mais avec un grand risque, celui de l’accélération de l’inflation. Cette dernière, si elle n’est pas maîtrisée,  sera susceptible d’anéantir tous les efforts en faveur du développement économique. Les expériences à méditer à travers le monde ne manquent pas !

 

Le même Ahmed Ouyahia, allant à contre-courant de la majorité des économistes et financiers, affirme que "la loi sur la monnaie et le crédit permettant au trésor public d'emprunter directement auprès de la Banque centrale d'Algérie n'aura aucun impact négatif sur les prix des produits de consommation". Cette affirmation est-elle raisonnable selon vous?

Le recours au financement non conventionnel dans des économies comme celle de l’Algérie peut être une source d’accélération de l’inflation. L’écart inflationniste avec les pays partenaires entraînera une forte dépréciation de la monnaie nationale, selon la règle de la parité des pouvoirs d’achat, et donc une hausse des prix à l’importation aussi bien des produits de consommation que des matières premières et produits semi-finis, d’autant plus  que les pratiques du commerce extérieur font subir déjà aux transactions commerciales  des surfacturations. Le taux de change effectif réel du dinar constitue justement un facteur d’ajustement de la balance commerciale. Il doit suivre une trajectoire correspondant aux variables économiques fondamentales du pays. Enfin, l’indicateur fondamental à suivre de plus près est celui du niveau des réserves de changes qui s’établit actuellement à 101 milliards de dollars.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • de grace cessez de prendre les Algeriens pour des cons
    injecter 1000 milliards de dinars sans aucune contreprtie en matiere de production de biens st de service aboutira a la famine pour la grande majorite des algeriens.nous n'avons pas
    besoins de dinars nous avons besoins d'Euros ou de Dollars US NOUS IMPORTONS PRATIQUEMENT TOUT il ne reste a importer que l'air que nous respirons ils le feront bientot
    Alors messieurs les economistes en l'herbe ou etiez vous quand la situation etait florissante pour porter un jugement sur la maniere de depenser les centaines de milliards de dollars,aujourd'hui qu'il n'y a plus rien vous emergez .pourquoi? pourquoi n'a t'on rien investi dans les domaines productifs? pourquoi ce n'est qu'une fois les caisses vides qu'on decide d'investir?pourquoi a't'on abondonne l'agriculture alors que depuis qutre decennies au moins on chantait que l'avnir de l'Algerie est dans l'agriculture et dans le petrole,qu'a t'on fait depuis etc......

    Rapporter reguig mercredi 4 octobre 2017 15:12
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie – Le syndicat UGTT trace "cent mille lignes rouges" devant la cession des entreprises publiques

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a invité ceux "qui ont échoué" dans leur gestion à ne pas imputer leur échec aux entreprises publiques. Il a dénoncé les "prétendus experts" qui, a-t-il dit, font croire à l'opinion publique que le secteur public "est la cause de la ruine de l'économie nationale" ou que "la faiblesse...

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.