Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 17 Décembre 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • mercredi 27 septembre 2017 17:37

Algérie : Le manque d’information et le 51/49 dissuadent les investisseurs allemands (responsable)

 Fausi Najjar, délégué de Germany Trad and invest (DR)

«Le cadre législatif, la règle du 51/49 et le manque d’information sur le climat des affaires en Algérie n’encouragent pas les allemands pour venir investir en Algérie », a déclaré, mardi à Alger,  Fausi Najjar, délégué de Germany Trad and invest.

 

 S’exprimant sur l’industrie automobile en marge du forum Algéro-Allemand, il a souligné que la règle était simple : pour convaincre, «il faut informer sur le potentiel existant et cela qui constitue une vraie aide aux investisseurs étrangers pour bien saisir le marché algérien ». Il a relevé que dans le cas de l’Algérie « il est très compliqué de savoir où sont les vraies possibilités ». 

 Un discours classique sur les raisons qui dissuadent les investissements direct (IDE) contrebalancé de manière diplomatique par M. Michael Zenner l’ambassadeur d’Allemagne en Algérie qui a souligné l’excellence des relations entre les deux pays.

C’est ce qui explique, a-t-il dit, que « l’Allemagne soit le 4ème partenaire commercial de l’Algérie ». Selon ses chiffres, l’Algérie a importé pour  avec  3 milliards de dollars des importations algériennes auprès de l'Allemagne contre  64 millions de dollars d’exportation algérienne en Allemagne."

L’Algérie représente 12% des exportations allemandes vers l’Afrique et 13% de importations de l’Allemagne en provenance du continent africain.

Intervenant lors de cette conférence, Noureddine Hassaim, secrétaire général de l’AC2A (association des constructeurs et concessionnaires automobiles en Algérie) a indiqué relevé que le déclin du marché automobile en 2014 a entrainé une accumulation de la demande qui « va atteindre environ de 275 000 véhicules d’ici 2020 ». Un partie, a-t-il, indiqué sera couverte par un système de quotas à l’importe,  le reste de la demande le sera par la production locale.

 S’agissant des usines de montages, M.Hassaim, a indiqué que de plus des marques installées, « il y a des discussions avancées avec d’autres marques mondiales, à l’instar de Hino, Nissan, Peugeot et Fiat » qui auront leur entrée sur le marché algérien, en attendant le nouveau cahier des charges qui encadrera ce secteur ».

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP se déchire sur Algériens et Palestiniens par temps de « Chedda »

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"LA TUNISIE DANS LA LISTE DES PARADIS FISCAUX, UN CLASSEMENT QUI EMBARRASSE TOUT LE MONDE".

A ne pas manquer

Prev Next

Polémique sur la promotion de Tamazight : Lotfi DK appelle à l’arrêt des hostilités sur Facebook

 La polémique qui fait rage sur les réseaux sociaux sur le refus des députés de la majorité une proposition d’amendement du projet de loi de finances pour l’année 2018 portant sur la promotion de la langue amazighe a fait réagir le chanteur engagé du Rap Lotfi DK.

Le taux de chômage en Algérie devrait atteindre 13,2 % en 2018 (étude)

  Une étude sur les défis de la démographie au Maghreb relève un décalage entre le capital humain et les besoins du marché de l'emploi, malgré les importants investissements consentis dans l'enseignement supérieur.

57 % des Algériens ont une opinion positive sur l’Union européenne (sondage)

Plus de 60%  des personnes sondées pensent que l'UE devrait en faire plus sur les questions liées aux droits de l'homme, près de 70% sur le commerce et près de 60% des personnes interrogées attendent davantage dans le domaine de la migration et de l'éducation.