Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • mercredi 27 septembre 2017 17:37

Algérie : Le manque d’information et le 51/49 dissuadent les investisseurs allemands (responsable)

 Fausi Najjar, délégué de Germany Trad and invest (DR)

«Le cadre législatif, la règle du 51/49 et le manque d’information sur le climat des affaires en Algérie n’encouragent pas les allemands pour venir investir en Algérie », a déclaré, mardi à Alger,  Fausi Najjar, délégué de Germany Trad and invest.

 

 S’exprimant sur l’industrie automobile en marge du forum Algéro-Allemand, il a souligné que la règle était simple : pour convaincre, «il faut informer sur le potentiel existant et cela qui constitue une vraie aide aux investisseurs étrangers pour bien saisir le marché algérien ». Il a relevé que dans le cas de l’Algérie « il est très compliqué de savoir où sont les vraies possibilités ». 

 Un discours classique sur les raisons qui dissuadent les investissements direct (IDE) contrebalancé de manière diplomatique par M. Michael Zenner l’ambassadeur d’Allemagne en Algérie qui a souligné l’excellence des relations entre les deux pays.

C’est ce qui explique, a-t-il dit, que « l’Allemagne soit le 4ème partenaire commercial de l’Algérie ». Selon ses chiffres, l’Algérie a importé pour  avec  3 milliards de dollars des importations algériennes auprès de l'Allemagne contre  64 millions de dollars d’exportation algérienne en Allemagne."

L’Algérie représente 12% des exportations allemandes vers l’Afrique et 13% de importations de l’Allemagne en provenance du continent africain.

Intervenant lors de cette conférence, Noureddine Hassaim, secrétaire général de l’AC2A (association des constructeurs et concessionnaires automobiles en Algérie) a indiqué relevé que le déclin du marché automobile en 2014 a entrainé une accumulation de la demande qui « va atteindre environ de 275 000 véhicules d’ici 2020 ». Un partie, a-t-il, indiqué sera couverte par un système de quotas à l’importe,  le reste de la demande le sera par la production locale.

 S’agissant des usines de montages, M.Hassaim, a indiqué que de plus des marques installées, « il y a des discussions avancées avec d’autres marques mondiales, à l’instar de Hino, Nissan, Peugeot et Fiat » qui auront leur entrée sur le marché algérien, en attendant le nouveau cahier des charges qui encadrera ce secteur ».

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie – Le syndicat UGTT trace "cent mille lignes rouges" devant la cession des entreprises publiques

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a invité ceux "qui ont échoué" dans leur gestion à ne pas imputer leur échec aux entreprises publiques. Il a dénoncé les "prétendus experts" qui, a-t-il dit, font croire à l'opinion publique que le secteur public "est la cause de la ruine de l'économie nationale" ou que "la faiblesse...

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.