Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Amar Ingrachen
  • lundi 25 septembre 2017 14:29

Algérie: Ali Haddad (FCE) revient à la charge sur le droit des privés de créer et de gérer des parcs industriels

 

Le patron du Forum des chefs d’entreprises (FCE) a relancé ce lundi 25 septembre 2017  une ancienne revendication : le droit des privés à créer et à gérer des parcs industriels dans le cadre d’un régime de concession... pouvant évoluer vers la cession.

 

 Le FCE, qui plaide depuis des années pour l’octroi par l’Etat de terrains au privé national pour y implanter des zones industrielles et des zones d’activités, est revenu à la charge.

 

 

 

 Dans une tribune publiée sur sa page Facebook, Ali Haddad a en effet appelé le gouvernement d’Ahmed Ouyahia à « accorder au secteur privé la possibilité de créer, d’aménager et de gérer, dans le cadre du système de concession, des parcs industriels le long de l’autoroute Est-Ouest ».

 C’est une «solution pour laquelle plaide le FCE depuis des années » rappelle-t-il dans sa tribune reprise également sur la page Facebook de l’organisation patronale qui est, dit-il, disposée « à engager sa responsabilité pour la création de sociétés privées en vue de la réalisation d’un tel projet. »

 De la concession à la cession

 Selon lui, « parallèlement à la poursuite du programme étatique d’implantation de nouvelles zones industrielles, le secteur privé peut contribuer à la résorption de la pénurie en foncier industriel par le lancement d’un premier programme pilote portant sur dix (10) parcs industriels, de 3000 ha minimum soit au total 30 000 ha, à aménager et gérer selon un cahier des charges préalablement établi en concertation entre les services gouvernementaux et les représentations patronales. »

Ali Haddad souhaite par ailleurs que « système de concession dans sa formule actuelle puisse évoluer vers un système permettant la cession, mais seulement après la réalisation et la mise en exploitation du projet. »

Pour rappel, face aux difficultés d’accès au au foncier industriel, l’ancien ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesslam Bouchouareb, à introduit, dans le code d’investissement qu’il a préparé, une disposition permettant au privé national d’aménager et de gérer des zones d’activités et des zones industrielles. Mais la disposition, selon l’ancien ministre, avait été vidée de sa substance par l’ajout d’une condition.

  «Quand j’ai élaboré le Code d’Investissement, j’ai introduit un article permettant aux privés d’être des aménageurs de zones industrielles et d’exploiter à cet effet le foncier alloué à l’industrie. Et alors que j’étais en déplacement à l’étranger, on a jouté la phrase suivante : le foncier dont ils sont propriétaires », avait déclaré Abdesslam Bouchouareb, le 04 octobre 2016, lors de l’université d’été du FCE qui s’est tenue à Constantine.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie – Le syndicat UGTT trace "cent mille lignes rouges" devant la cession des entreprises publiques

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a invité ceux "qui ont échoué" dans leur gestion à ne pas imputer leur échec aux entreprises publiques. Il a dénoncé les "prétendus experts" qui, a-t-il dit, font croire à l'opinion publique que le secteur public "est la cause de la ruine de l'économie nationale" ou que "la faiblesse...

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.