Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • dimanche 17 septembre 2017 19:13

Plan d’action du Gouvernement :1000 milliards DA pour la mise à niveau des entreprises publiques

Le plan d’action du Gouvernement Ouyahia prévoit « un financement global supérieur à 1000 milliards de DA sous forme de crédits bancaires bonifié » pour la mise à niveau des entreprises publiques.

 

Figurant dans les douze engagements pris par le gouvernement en matière de réformes en, ces fonds concerneront seulement les entreprises publiques, alors que pour la mise à niveau des entreprises privées, le Premier ministre a déclaré que « l’effort se poursuivra pour convaincre les entreprises privés d’adhérer au programme de mise à niveau instauré par l’Etat à leur profit, avec des conditions attrayantes ».

Outre le financement de la mise à niveau des entreprises publiques, Ahmed Ouyahia a aussi évoqué « la réalisation graduelle des 50 nouvelles zones industrielles », annoncées déjà dans le programme du Président de la république.

Comment le Premier ministre va procéder à son financement ? C’est « avec des crédits de long terme mobilisés par le Fonds National de l’Investissement. Ces crédits seront « mobilisés pendant une période de transition financière, par des financements non-conventionnels ».

C’est dans ce même sillage que le plan d’action compte accompagner et dynamiser « la mise àniveau des petites et moyennes entreprises », à condition que celles-ci disposent « d’un cadre juridique, réglementaire, et financier ».


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • DES ENTREPRISES SOUS PERFUSION JUSQU'A LA FIN DU MONDE

    Rapporter LA SOURIS mardi 19 septembre 2017 13:43
  • Dépenses inutiles.

    Combien de fois ces financements ont déjà eu lieu depuis l'existence de ces verrues qu'on appelle entreprises publiques, sans que ces dernières aient sorti la tête hors de l'eau ?

    Ces financements ne sont encore qu'une cautère sur une jambe de bois et populisme afin de calmer les éventuels mouvement sociaux.

    L’État qui n'a la maîtrise sur aucun domaine, continue encore à distribuer la rente ou du moins ce qu'il en reste afin de seulement conserver son kousi.

    Au liue de trancher dans le vif, privatiser ces prétendues entreprises qui ne dégagent que des pertes, on continue à dilapider en pure perte des fonds qui seraient plus utiles à d'autres secteurs par exemple la recherche, les tic, les énergies alternatives et autres domaines dont l'utilité future est autrement plus importante que cette merde de "souveraineté" qui fait qu'on préfère maintenir à flot des entreprises qui ne produisent rien.

    Rapporter Vangelis mardi 19 septembre 2017 10:42
  • Quel gaspillage.

    Quand la crise va s'intensifier, les gens vont se rendre compte de l'erreur qu'ils ont faites en faisant confiance à Boutef.

    Rapporter pixies lundi 18 septembre 2017 16:23
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie – Le syndicat UGTT trace "cent mille lignes rouges" devant la cession des entreprises publiques

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a invité ceux "qui ont échoué" dans leur gestion à ne pas imputer leur échec aux entreprises publiques. Il a dénoncé les "prétendus experts" qui, a-t-il dit, font croire à l'opinion publique que le secteur public "est la cause de la ruine de l'économie nationale" ou que "la faiblesse...

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.