Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • jeudi 7 septembre 2017 17:50

Algérie : Les pénalités de retard de paiement des entrepreneurs ANSEJ et CNAC seront effacées

Les pénalités de retard de paiement des jeunes entrepreneurs ayant bénéficié des crédits ANSEJ et CNAC avant mars 2011 seront effacées, a annoncé, jeudi,  Mourad Zemali ministre du Travail de l’Emploi et de la Sécurité sociale.

 

 

Lors de l’ouverture de la réunion du comité interministériel de suivi des conflits collectifs de travail, le ministre a déclaré que « cette mesure concernera aussi les charges qui ont découlé des dettes des jeunes entrepreneurs et plus précisément celle de traitement des agios

 «Cette mesure concerne seulement les entreprises créées avant mars 2011 car elles n’avaient pas les mêmes avantages que celles qui ont été créées après cette date,  notamment en matière de délais de de paiement de dettes », a souligné le ministre.

 Cet arrangement, a-t-il, ajouté  est «communément utilisé partout dans le monde ». Le ministre a indiqué que le nombre d’entreprises pouvant bénéficier de cette mesure n’est pas encore connu. «Les entreprises ont le choix de s’inscrire pour en bénéficier ou non ».

 La réunion du comité interministériel s’inscrit dans le cadre de la réactivation du système de veille qui privilégie l’anticipation des situations conflictuelles.

Selon une fiche remise à la presse, les missions du comité interministériel de suivi des conflits de travail consistent à « contribuer à consolider la paix sociale dans les secteurs sensibles à travers des propositions, des avis et des conseils et de consolider le dialogue social. ».

 Il a également pour objection d’assurer une coordination entre les secteurs, à travers la « collecte des informations et des données statistiques sur les conflits et les grèves enregistrées ».

 

Pour rappel, le comité de suivi des conflits collectifs de travail a été créé et installé au mois de janvier dernier. L’ancien premier ministre, Abdeladjid Tebboune avait instruit les cadres du ministère pour sa réactivation, à l’issue des conclusions de la réunion du gouvernement le 15 juillet dernier.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • IL Y A LE VOTE EN VUE
    C'EST L ARGENT DE TOUT UN PEUPLE QU ILS DILAPIDENT AU PROFIT DES VOYOUS
    DE QUEL DROIT?

    Rapporter LA SOURIS vendredi 8 septembre 2017 23:20
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Ahmed Ouyahia : Le budget d’équipement pour 2018 sera augmenté, pas le budget de fonctionnement

Citant un rapport de l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) qu’il a reçu le 12 septembre dernier, le Premier ministre a déclaré : « Le total des crédits octroyés par les banques ne dépasse pas 8.467 milliards de DA répartis comme suit : 4.000 milliards de DA octroyées aux entreprises publics, 700 milliards attribuées aux PME l’ANSEJ, le reste étant attribué...

Algérie - Ouyahia annonce la création d'une instance indépendante de contrôle du "financement non conventionnel"

Placée sous la tutelle du Président Abdelaziz Bouteflika, l'instance présentera des rapports trimestriels (trois mois) au Président de la République pour le suivi et l'évaluation de tout ce qui est réalisé.

Algérie- Retraites - L’âge, les prestations et les cotisations devraient être bientôt réformés

Lors de son passage hier sur Radio M., Mohamed Ali Deyahi, directeur Afrique du Nord du Bureau international du travail, a rappelé l’exemple de la réforme marocaine qui a porté sur ces trois aspects réunis. Il a regretté, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.