Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

Algérie- Le haut fourneau d'El Hadjar risque d’être "mis en veille" pour cause de pénurie en eau

 


Le complexe sidérurgique Sider El Hadjar d’Annaba connaît une "nette baisse" de production et le haut fourneau risque d’être "mis en veille dans cinq jours faute d’approvisionnement en eau", a indiqué dimanche à l’APS le directeur de l’industrie, Raouf Dormane.

 


"Les deux aciéries à oxygène sont actuellement approvisionnées au ralenti à partir du haut fourneau qui puise de la propre réserve d’eau du complexe, le temps de vider la fonte", a précisé le même responsable.


Le complexe qui a besoin de 1.500 m3 par heure, a vu son alimentation réduite à 400 m3/heure avant d’être suspendue afin de satisfaire les besoins en eau potable de la population de la wilaya, selon les services de l’Algérienne des eaux (ADE).


Des mesures d’urgence ont été décidées pour trouver des sources d’alimentation en eau pour le complexe sidérurgique dont le fonçage de forages dans la région de Chaïba dans la commune de Sidi Amar où se trouve le complexe, outre la possibilité de réaliser une canalisation d’approvisionnement à partir de l’oued Seybous, ont indiqué les services de la wilaya.

Le complexe Sider El Hadjar emploie plus de 4.500 travailleurs et ceux dont les ateliers risques d’être fermés (haut fourneau et les deux aciéries) seront redéployés dans d’autres unités du complexe, a-t-on encore détaillé. Le complexe produisait quotidiennement 1.800 tonnes d’acier liquide.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Beaucoup de nos barrages sont envasés. La cause? L'érosion. Dès qu'il pleut, en amont, la terre des bassins versant est emportée par la pluie. Elle termine sa course dans les barrages.
    Nous disposons de spécialistes hydrauliciens dans nos universités. Certains ont publié dans des revues internationale pour exposer des solutions adaptées. Il serait peut-être temps de les écouter.

    SOLUTIONS CONTRE L'ENVASEMENT
    -réduire ou interdire le pâturage intensif ds moutons et chèvres sur les bassins versants (mais quelles activités leur proposer en remplacement à l'élevage?).
    -interdire le labour et le remplacer par des techniques plus douces telle le semis-direct.
    -associer les populations locales à de telles opérations,
    -définir une politique des prix de l'eau reflétant les coûts réels de production.
    D BELAID.

    Rapporter Djamel BELAID lundi 4 septembre 2017 13:43
  • Parce qu'il fonctionnait ? Une excellente excuse pour justifier sa production quasiment nulle de fonte conforme.

    Rapporter Madher lundi 4 septembre 2017 11:22
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

La SDC terminera l’année avec un déficit de près de 49 milliards de dinars

  Les chiffres les plus récents de la Sonelgaz font état d’un taux d’électrification à l’échelle nationale de 99%. Le taux de raccordement au gaz est, quant à lui, de 60%.

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.