Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

Algérie- "Le recours à l'endettement extérieur est totalement écarté" (PDG de Sonelgaz)

Le PDG de Sonelgaz avec le ministre de l'énergie (FB)

Le nouveau PDG du groupe Sonelgaz, M. Mohamed Arkab, installé dans ses fonctions mercredi, s'est engagé à relever les défis auxquels fait face la société notamment ceux d'ordre financiers, écartant totalement le recours à l'endettement extérieur.

 


"On va continuer le processus lancé, mais il faut apporter des changements adéquats pour la prochaine étape" car celle-ci est "difficile, mais il y a eu des étapes encore plus difficiles dans le passé notamment la décennie noire", a déclaré M. Arkab lors d'un point de presse tenu à l'issue de son installation officielle à la tête de la Sonelgaz.


"Nous avons une équipe dirigeante au niveau de Sonelgaz et nous pourrons faire face aux difficultés, d'ailleurs nous avons pu faire face à toutes les difficultés causées par la canicule qui a été enregistrée depuis juin dernier", a t-il dit.

"Maintenant, nous avons des défis notamment financiers, et nous en discuterons pour trouver les solutions adéquates" a t-il ajouté. Cependant, malgré la situation financière difficile, il n'est pas question d'avoir recours à l'endettement extérieur.

"Le recours à l'endettement extérieur est totalement écarté", a t-il affirmé, ajoutant que "Sonelgaz a les moyens de réaliser des programmes tracés et à chaque fois le groupe révisera ses programmes en fixant les priorités".

Il a cependant assuré qu'aucun programme de Sonelgaz n'a été gelé, et que la société bénéficie toujours du soutien de l'Etat, soulignant que les programmes du groupe s'étalent sur dix ans et à chaque fin de cette période il y a une évaluation.

En réponse à une question sur le chiffre de 4 milliards de dollars avancé par le ministre de l'Energie et interprété par certains médias comme étant des pertes, M. Arkab a expliqué qu'il "ne s'agit pas de pertes mais plutôt du coût des investissements de Sonelgaz, à savoir la production de 2000 mégawatts d'électricité par an, et ce, pour répondre à la consommation des ménages et le secteur industriel en utilisant différents moyens (centrales électriques, lignes de haute tension, transport du gaz) qui coûtent au budget de l'Etat entre 3,5 à 4 milliards dollars".

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • SANS LA RENTE VOUS COULEZ

    Rapporter larbi jeudi 31 août 2017 22:51
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Ahmed Ouyahia : Le budget d’équipement pour 2018 sera augmenté, pas le budget de fonctionnement

Citant un rapport de l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) qu’il a reçu le 12 septembre dernier, le Premier ministre a déclaré : « Le total des crédits octroyés par les banques ne dépasse pas 8.467 milliards de DA répartis comme suit : 4.000 milliards de DA octroyées aux entreprises publics, 700 milliards attribuées aux PME l’ANSEJ, le reste étant attribué...

Algérie - Ouyahia annonce la création d'une instance indépendante de contrôle du "financement non conventionnel"

Placée sous la tutelle du Président Abdelaziz Bouteflika, l'instance présentera des rapports trimestriels (trois mois) au Président de la République pour le suivi et l'évaluation de tout ce qui est réalisé.

Algérie- Retraites - L’âge, les prestations et les cotisations devraient être bientôt réformés

Lors de son passage hier sur Radio M., Mohamed Ali Deyahi, directeur Afrique du Nord du Bureau international du travail, a rappelé l’exemple de la réforme marocaine qui a porté sur ces trois aspects réunis. Il a regretté, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.