Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 20 Février 2018

  •   Nadir Allam
  • mercredi 30 août 2017 16:22

Algérie : L’État desserre l’étau sur les entreprises Ansej en difficulté

 

Les dettes susceptibles d’être rééchelonnées sont celles qui ont été contractées avant 2011 par des entreprises Ansej toujours en activité mais en proie à des difficultés.

 L’État desserre l’étau sur les entreprises crées dans le cadre du dispositif Ansej. Après l’annonce par Mourad Zemali, le 22 aout dernier, l’arrêt de la procédure de saisie du matériel des entreprises Ansej défaillantes, il a été décidé, au niveau du ministère du Travail, d’étudier les dossiers des entreprises en difficultés et d’essayer de trouver un moyen de les aider à survivre en leur accordant, de concert avec les banques, la possibilité de rééchelonner leurs dettes.

"Il y a deux catégories de promoteurs ; ceux qui ont bénéficié d’un crédit avant 2011 et ceux qui ont en bénéficié après. Les premiers ont été soumis à des taux d’intérêt assez importants. Donc, il a été décidé de procéder à la bonification de ces taux d’intérêt. De plus, les entreprises en difficultés qui désirent rééchelonner leurs dettes peuvent soumettre une demande à leurs banques respectives. C’est possible, mais à condition qu’elles soient toujours en activité et qu’elles aient remboursé au moins une petite partie de leurs crédits" nous a affirmé Djamel Chaalal, chargé de communication au ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale

Ainsi, les jeunes investisseurs ayant bénéficié de crédit bancaire avant 2011 et qui ont des difficultés à rembourser, peuvent déposer leurs dossiers pour un rééchelonnement de leurs dettes auprès de leurs banques. Toutefois, comme le précise Djamel Chaalal, ce n’est pas le même traitement qui est réservé à tous les dossiers. « Les dossiers vont être traités au cas par cas », assure-t-il.

La même source explique par ailleurs que les entreprises créées dans le cadre du dispositif Ansej, qui ont des difficultés à rembourser leurs dettes et qui ne sont plus en activités, quelle qu’en soit la raison, la loi leur sera appliquée dans toute sa rigueur.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • c'est du bricolage et de l'argent jeté par les fenêtres et pour gagner du temps
    Le but de création de ces entreprises de khoroto avaient pour seul but d'acheter le silence de ces jeunes
    Beaucoup ont vendu leur matériel se sont achetés des voitures et font le beau le long de nos sales artères, ça ne s'est vu dans aucun pays au monde
    Arrêtez de nous prendre pour des idiots, jamais ces crédits ne seront remboursés

    Rapporter larbi vendredi 1 septembre 2017 13:07
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Les médecins résidents demandent l’abrogation du caractère obligatoire du service civil et non sa suppression" (Yassine Balhi)

Sondage

Vidéos

Benflis ou pas Benflis ? Les Algériens très fans des pages religieuses FB étrangères.

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les médecins résidents organisent trois marches régionales ce mercredi

Les résidents accusent la tutelle d'être à l'origine de suspension de toutes formes de dialogue.

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar (Audio)

Le professeur Hamid Temmar a été ministre des participations et de la coordination des réformes, ministre du Commerce,  ministre de l’Industrie et conseiller du président de la République pour les affaires économiques.

Algérie : La douane dévoile une opération d’importation frauduleuse de 3,4 millions de dollars

Le croisement des données bancaires et celles du Système d'information et de gestion automatisée de dédouanement (SIGAD) a permis de mettre au jour cette opération.