Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Nadir Allam
  • mercredi 30 août 2017 16:22

Algérie : L’État desserre l’étau sur les entreprises Ansej en difficulté

 

Les dettes susceptibles d’être rééchelonnées sont celles qui ont été contractées avant 2011 par des entreprises Ansej toujours en activité mais en proie à des difficultés.

 L’État desserre l’étau sur les entreprises crées dans le cadre du dispositif Ansej. Après l’annonce par Mourad Zemali, le 22 aout dernier, l’arrêt de la procédure de saisie du matériel des entreprises Ansej défaillantes, il a été décidé, au niveau du ministère du Travail, d’étudier les dossiers des entreprises en difficultés et d’essayer de trouver un moyen de les aider à survivre en leur accordant, de concert avec les banques, la possibilité de rééchelonner leurs dettes.

"Il y a deux catégories de promoteurs ; ceux qui ont bénéficié d’un crédit avant 2011 et ceux qui ont en bénéficié après. Les premiers ont été soumis à des taux d’intérêt assez importants. Donc, il a été décidé de procéder à la bonification de ces taux d’intérêt. De plus, les entreprises en difficultés qui désirent rééchelonner leurs dettes peuvent soumettre une demande à leurs banques respectives. C’est possible, mais à condition qu’elles soient toujours en activité et qu’elles aient remboursé au moins une petite partie de leurs crédits" nous a affirmé Djamel Chaalal, chargé de communication au ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale

Ainsi, les jeunes investisseurs ayant bénéficié de crédit bancaire avant 2011 et qui ont des difficultés à rembourser, peuvent déposer leurs dossiers pour un rééchelonnement de leurs dettes auprès de leurs banques. Toutefois, comme le précise Djamel Chaalal, ce n’est pas le même traitement qui est réservé à tous les dossiers. « Les dossiers vont être traités au cas par cas », assure-t-il.

La même source explique par ailleurs que les entreprises créées dans le cadre du dispositif Ansej, qui ont des difficultés à rembourser leurs dettes et qui ne sont plus en activités, quelle qu’en soit la raison, la loi leur sera appliquée dans toute sa rigueur.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • c'est du bricolage et de l'argent jeté par les fenêtres et pour gagner du temps
    Le but de création de ces entreprises de khoroto avaient pour seul but d'acheter le silence de ces jeunes
    Beaucoup ont vendu leur matériel se sont achetés des voitures et font le beau le long de nos sales artères, ça ne s'est vu dans aucun pays au monde
    Arrêtez de nous prendre pour des idiots, jamais ces crédits ne seront remboursés

    Rapporter larbi vendredi 1 septembre 2017 13:07
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

La SDC terminera l’année avec un déficit de près de 49 milliards de dinars

  Les chiffres les plus récents de la Sonelgaz font état d’un taux d’électrification à l’échelle nationale de 99%. Le taux de raccordement au gaz est, quant à lui, de 60%.

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.