Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Algérie Presse Service
  • lundi 21 août 2017 06:45

L’Algérie a obtenu l’accord de la CICTA pour la mise en place de trois fermes d’engraissement du thon

 `

L’Algérie a obtenu récemment l’accord de la  Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (CICTA), pour la mise en place de 3 fermes d’engraissement du thon sur le territoire national.

 

 Le secteur de la Pêche a entamé officiellement les études de faisabilité en vue de lancer cette activité, a indiqué un responsable au ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la pêche.

 Le directeur général de la Pêche, Hamouche Taha, a annoncé le début officiel des préparatifs pour le lancement de cette activité durant la campagne de la pêche du thon rouge, à l’horizon 2018. Il est à noter que le ministère avait déposé sa demande au niveau de la   CICTA en janvier 2017.

 «Après avoir constaté l’émergence d’un grand marché international en la matière, nous avons décidé de nous lancer dans ce domaine ce qui nous permettra de relever la valeur ajoutée du produit, après engraissement, à 10 fois plus que le prix initial du thon rouge brut, précise M. Hamouche. 

 La direction de la Pêche œuvre actuellement à encourager les investisseurs à s’engager dans cette activité, indique le même responsable qui affirme que le secteur avait commencé à contacter les investisseurs dont les dossiers sont inscrits au niveau de la direction.

 «Les investisseurs travaillent actuellement à repérer les sites de pêche capables d’abriter ces fermes, et ce conformément aux exigences de la CICTA», a-t-il-révélé, ajoutant que l’investisseur devrait d’abord s’inscrire en tant qu’éleveur auprès de la commission internationale».

Accord de principe pour deux investisseurs privés

Selon M. Taha, deux investisseurs privés qui remplissent les conditions   matérielles et financières outre l’expérience ont obtenu l’accord de principe pour la réalisation du projet.

S’agissant des régions propices pour abriter ces fermes, le directeur  général de la pêche a affirmé que «toutes les régions du pays sont habilitées pour cette activité mais, a-t-il dit, ce sont les études   techniques qui détermineront les lieux».

Les régions de l’Est sont plus propices à la réalisation de ce projet en raison de la concentration du thon rouge dans cette zone durant la période de la pêche ouverte par la CICTA du 26 mai au 24 juin de chaque année, mais aussi pour leur proximité de la zone située entre la Sicile, la Tunisie et la Libye et qui regorge de cette variété de poisson, a-t-il précisé. (APS)


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

La SDC terminera l’année avec un déficit de près de 49 milliards de dinars

  Les chiffres les plus récents de la Sonelgaz font état d’un taux d’électrification à l’échelle nationale de 99%. Le taux de raccordement au gaz est, quant à lui, de 60%.

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.