Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Noreddine Izouaouen
  • mardi 15 août 2017 16:04

Retard dans le versement de la contribution de l’Etat : La SEAAL peine à payer ses sous-traitants

La crise financière qui secoue le pays depuis la chute drastique des prix du pétrole depuis trois ans, continue de toucher tous les secteurs d'activité.

 

Le secteur des ressources en eau n’est épargné par les conséquences directes de la crise financières. Des dizaines d'entreprises sous-traitantes avec la Société de l’Eau et de l’Assainissement d’Alger (SEAAL), ont été dans l'obligation de licencier leurs travailleurs, et ce, faute de paiement de leurs factures dont la moitié remonte à plus deux ans. Ainsi, les sous-traitants appellent l'intervention des autorités pour le règlement de leurs factures.

Selon nos interlocuteurs qui ont préféré garder l'anonymat, le cahier des charges qui les lie avec la SEAAL stipule que le paiement des factures se fait dans une durée de 60 jours au maximum. Mais dans leurs cas, les délais ont dépassé les deux années pour beaucoup d'entre eux. "Nous étions dans l'obligation de licencier nos travailleurs et arrêter notre activité temporairement car nous avons dépensé notre argent dans plusieurs projets de la SEAAL ", nous dira un sous-traitant. Ainsi, ils attendent toujours le paiement de leur factures pour pouvoir sauver les quelques emplois qui restent encore. Les sous-traitants hésitent à aller en justice car ils craignent de perdre d'autres projets.

La SEAAL rassure

Contacté, le directeur général de la Seaal Jean-Marc Jahn a tenu à rassurer encore une fois les sous-traitants, affirmant que toutes factures en retard seront assainies dans les meilleurs délais. "Comme prévu nous avons reçu au mois de juin, la première tranche de la part du ministère de tutelle, ainsi nous avons procédé au règlement de la majorité des factures non payées", a déclaré le DG de la SEAAL à Maghreb Émergent.

 "Nous avons commencé le payement des milliers de factures en retard. D'ici la fin du mois d'août nous allons assainir les 90% des factures non payées.", s'est-il engagé. Et d'ajouter : "Nous allons veiller au règlement du reste dans les brefs délais". Le même responsable rappelle que la SEAAL avait, au début de l'année, environ 10 milliards de dinars de dettes envers les sous-traitants mais aujourd'hui il lui reste qu’un milliard de dinars qui sera réglé le plus vite possible. Le DG de la SEAAL affirme que ce problème de paiement, est dû essentiellement au retard de versement par l'Etat des tranches de l'année écoulée (2016). Au début de l'année il y a environ 4 000 factures non payées.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

La SDC terminera l’année avec un déficit de près de 49 milliards de dinars

  Les chiffres les plus récents de la Sonelgaz font état d’un taux d’électrification à l’échelle nationale de 99%. Le taux de raccordement au gaz est, quant à lui, de 60%.

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.