Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Août 2017

Sonatrach signe avec 2 groupes turcs un mémorandum pour un projet de déshydrogénation en Turquie

Ould Kaddour avec Erman Ilicak patron de Rönesans Endüstri (dr)

La compagnie nationale Sonatrach a signé lundi à Alger un mémorandum d’entente avec Rönesans Endüstri Tesisleri lnöaat Sanayi ve Ticaret A. ö. et Bayegan pour la réalisation d’une étude de faisabilité sur un projet d'installation de déshydrogénation du propane en Turquie, a indiqué Sonatrach dans un communiqué.

 


L'étude de faisabilité porte notamment sur la conception, l'ingénierie, l'approvisionnement, la construction et l'exploitation de cette installation et la production de 500.000 à 750.000 tonnes/an de polypropylène en Turquie, précise la même source.


La compagnie nationale et ses partenaires turcs veulent ainsi mener conjointement l’étude de faisabilité détaillée relative au projet et évaluer ensemble la possibilité de créer une société conjointe aux fins de son développement.


Le développement en partenariat de ce projet en Turquie permettra d'assurer un débouché à long terme au propane algérien, qui sera utilisé comme matière première pour ce projet de taille mondiale, est-il noté dans le communiqué.Ce projet peut assurer également à Sonatrach des dividendes à hauteur de son taux de participation.


Le projet bénéficiera aussi de la proximité par rapport au marché turc qui se caractérise par une forte demande en produits pétrochimiques, ajoute la même source.


Ce mémorandum a été paraphé en présence du P-dg de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, et celui du groupe Rönesans Endüstri, Erman Ilicak.

APS


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



5 Commentaires

  • SVP corrigez le titre:

    Sonatrach signe avec 2 groupes turcs un mémorandum pour L'ETUDE DE FAISABILITE D'un projet de déshydrogénation en Turquie.

    Rapporter Bouloulou mardi 8 août 2017 17:38
  • pour dire honteux c'est pire que ça
    c'est une fuite en avant au lieu de drainer les investisseurs en Algérie c'est eux qui nous drainent vers leur pays respectifs.on cède le principal et on chasse l'accessoire ou plutôt les miettes et on parle de dividendes pour SH
    pour ce qui est du propane avons nous suffisamment de propane pour pouvoir parler d’excédents? ou sommes a l'ere de la difersification(c'est un v mais c'est fait a dessin) pour satisfaire la demande de certains nous sommes deja en Amérique latine,en Libye on aurait du etre au Nigeria qu'avons nous tire?
    Messieurs les médias de grâce quittez les sentiers battus et ayez un peu de professionnalisme
    pour ce qui est du commentaire de notre ami l'allemand un projet a 100 millions de USdollars n'existe pas
    et si vous connaissez une boite solide qui fait ça en cle en main je suis partant avec vous

    Rapporter reguig mardi 8 août 2017 14:37
  • Ben voilà le traître condamné par la justice pour intelligence avec l'étranger continue dans ses œuvres de destruction de la mamelle de l'Algérie.

    Est-ce que l'Algérie est suffisamment industrialisée pour se permettre de collaborer avec des étrangers en investissant chez eux afin qu'ils profitent non seulement des emplois mais aussi des produits sortant de ces usines ?

    Pourquoi la SH investit chez les turcs ou même chez les martiens alors que l'Algérie n'est pas auto-suffisante dans ce type de produit ?

    Pourquoi favoriser une entreprise étrangère en la plaçant dans une situation d'exportateur alors que ces exportations auraient pu avoir lieu d'une usine montée en Algérie ?

    Alors que, 50 ans après l'indépendance de l'Algérie, SH fait encore appel à des étrangers pour la recherche et l'exploitation des hydrocarbures, même en association, elle se permet de se prendre pour un major ou un groupe international capable de fournir une technologie.

    On ne nous dit pas, par ailleurs, le pourcentage de participation dans cette entreprise néfaste qui utilise non seulement les revenus des algériens mais qui plus est ne rapportera que des miettes, vu que certainement cette quotepart est inférieure à 50 %.

    Comment se fait-il que la banque d'Algérie permette un transfert de capitaux sans qu'une information adéquate soit fournie et documentée ? On connaît au moins un algérien qui voulait investir à l'étranger pour y prendre des technologies et du savoir-faire mais jusqu'à preuve du contraire, on n'a pas cessé de lui mettre des bâtons dans les roues, en l'empêchant de transférer des fonds pour le rachat d'un groupe en Italie ?

    Sacrés turcs, ils sont capables de profiter, comme d'ailleurs tous les autres pays de la naïveté, de l'incompétence et plus encore de la traitrise de dirigeants algériens pour tondre le pays en ne lui laissant que la peau sur le dos.

    Chaque jour que dieu fait, on constate avec effarement la gabegie en règle opérée par des soi-disant cadres et dirigeants.

    Il y a une espèce d'injustice flagrante dans la gestion des deniers publics et elle est aggravée selon que vous êtes dans l'ombre des crapules ou les ignorant, les laissant à leurs petit commerce d'épicier de quartier.

    Rapporter Vangelis mardi 8 août 2017 13:51
  • bonjour M. Honteusement
    quand vous dites honte vous etes en deçà de la réalité ! la vérité ? il n y a que les algériens pour faire ce genre de graves erreurs ,en fait du VOL IGNOBLE officialisé. Mais il y a un précédent similaire : SH/ BASF a Taragone: (1998 avec YOYO et sa bande de commerciaux et leur 1er voyage à Leverkussen/BASF)
    - le projet polypropylene (BASF sans SH) avait un taux de rentabilité TRI de 40 à 50 % (c'est ENNNHAURMMME) alors que le projet dehydrogénation (similaire a celui projeté en Turquie) n était pas rentable. Pour aider ses amis de SH Londres lesquels "aimaient " BASF , la formule du prix du propane fut "allégée" de quelques $ (la fameuse formule du prix du propane "américanisée pour la rendre légère légére)pour rendre l'opération "executable" . N est-ce pas Ali H. et Mohamed le Viennois ? Ah sacrés algériens !! j'étais directeur dans une boite d 'ingénierie allemande et je vomissais quand j' entendais parler du "projet noir d'afrique" . Bientot la journée des Chouhada . Chiche pensez a eux et crachez sur ce projet algero-turc ,sombre et ...HONTEUX. Et que dire des autres projets de petrochimie (PEHD Repsol/Enipà 300 million $ au lieu de 100 million $) et ceux à venir ....

    Rapporter benmegatel mardi 8 août 2017 11:20
  • Honte à vous

    Rebrab voulait investir dans cette usine en Algérie pour créer des emplois et alimenter en matière première PP des PME qui vont produire des produits finis importés. On le lui a interdit. Aujourd'hui, c'est Sonatrach qui va investir notre argent pour brader notre propane en Turquie et y créer des emplois. Elle va aussi assurer la reprise du PP polypropylène en l'important en Algérie. Honte à vous

    Rapporter Honteusement mardi 8 août 2017 10:16
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole - L’OPEP examinera en novembre l'accord sur la production

  L’OPEP fera le point en novembre sur l'accord de réduction de la production en vigueur depuis le début de l'année afin de décider s'il y a lieu de le prolonger ou d'y mettre un terme, a déclaré lundi Essam el Marzouk, le ministre du Pétrole koweïtien, à Kuwait TV.

Algérie - De retour aux affaires, Ahmed Ouyahia va être confronté à la question de l’endettement extérieur

   Le recours à l’endettement extérieur a été réprouvé dans le passé par Ahmed Ouyahia au nom du respect du choix présidentiel. Depuis les choses ont évolué à l’image de son «ami » Ali Haddad qui défend ouvertement cette option. Le Premier ministre va-t-il se mettre à jour?

Attentats de Barcelone: La police confirme avoir tué le dernier suspect

La police autonome de Catalogne a confirmé lundi avoir tué Younès Abouyaaqoub, dernier membre encore en fuite de la cellule djihadiste responsable des attentats de la semaine dernière en Catalogne.