Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Août 2017

  •   Amar Ingrachen
  • dimanche 23 juillet 2017 18:30

Algérie- L’Etat subventionne l’eau uniquement à Alger et Tipaza

Alors qu’elle souffre d’un déficit de 45 milliards de dinars dû essentiellement à des créances impayées, l’Etat prive l’Algérienne des Eaux (ADE) des subventions qui lui sont théoriquement imparties.

 

L’Etat algérien fait preuve d’une flagrante discrimination en matière de subvention de l’eau. Discrimination entre la capitale et le reste des régions du pays. En effet, les subventions destinées à l’ADE  qui gère l’eau dans 35 wilayas et couvre 85% de la population sont versées, dans le meilleur des cas, à hauteur de 15% tandis que celles destinées à la SEAAL, filiale de l’ADE gérée par l’entreprise française Suez Environnement et qui gère l’eau à Alger et Tipaza uniquement  sont versées à 100% depuis sa création en 2006. « Le coût de revient de 1 m3 d’eau se situe entre 58 et 60  dinars. Il est facturé à 18 dinars. La partie non facturée qui est de 40 ou de 42 dinars le 1 m3 est subventionnée par l’Etat. Mais jamais ses subventions n’ont été effectivement versées par l’Etat à l’ADE en totalité. A peine 15% de ces subventions sont versés, ce qui crée un  déficit de 80% dans le budget de l’ADE, » nous a confié une source très sûre en précisant que « la SEAAL, qui gère la ressource en eau à Alger et Tipaza reçoit la totalité des subventions qui lui sont imparties».

« 45 milliards de dinars de créances »

Cette situation financière se répercute lourdement sur le rendement de l’ADE d’autant plus qu’elle se conjugue avec nombre d’autres difficultés, ajoute notre source. Pour assurer un service public de qualité, il faut des moyens.  L’ADE  a des charges fixes : les salaires, la facture énergétique et les produits de traitement de la qualité de l’eau.  La masse salariale annuelle de l’ADE représente 24 milliards de dinars.  Pour la facture d’énergie,  elle est de 7 milliards de dinars par an.  Les produits de traitement de l’eau  coûtent 2 milliards de dinars annuellement. Mais pas seulement. L’ADE a aussi des charges variables, notamment pour la maintenance curative et préventive, l’intervention pour la réparation des fuites. « Pour faire face à toutes ces charges, il faut des ressources financières qui ne peuvent provenir que de la facturation de l’eau. Or, l’eau est facturé deux fois moins cher que son coût de revient et la différence, censée être couverte par les subventions étatiques, ne l’a jamais été, ce qui entraine un déficit annuel moyens de 9 milliards de dinars », explique-t-on. Toutefois, en plus de ce déficit, l’ADE enregistre 45 milliards de dinars de créances auprès de ses clients  dont 29 milliards de dinars sont détenus sur les ménages et 15 milliards de dinars sur les administrations, les wilayas, les communes, etc. « L’ADE est structurellement déficitaire.  Elle n’a pas les moyens d’intervention. Par conséquent, il faut mutualiser le peu qu’elle en a, ce qui entraine des retards et impacte la qualité du rendement », affirme-t-on.


Évaluer cet élément
(8 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole - L’OPEP examinera en novembre l'accord sur la production

  L’OPEP fera le point en novembre sur l'accord de réduction de la production en vigueur depuis le début de l'année afin de décider s'il y a lieu de le prolonger ou d'y mettre un terme, a déclaré lundi Essam el Marzouk, le ministre du Pétrole koweïtien, à Kuwait TV.

Algérie - De retour aux affaires, Ahmed Ouyahia va être confronté à la question de l’endettement extérieur

   Le recours à l’endettement extérieur a été réprouvé dans le passé par Ahmed Ouyahia au nom du respect du choix présidentiel. Depuis les choses ont évolué à l’image de son «ami » Ali Haddad qui défend ouvertement cette option. Le Premier ministre va-t-il se mettre à jour?

Attentats de Barcelone: La police confirme avoir tué le dernier suspect

La police autonome de Catalogne a confirmé lundi avoir tué Younès Abouyaaqoub, dernier membre encore en fuite de la cellule djihadiste responsable des attentats de la semaine dernière en Catalogne.