Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Octobre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • dimanche 26 mars 2017 13:06

Sur fond de suspicion, les pouvoirs publics vont dépêcher une inspection à l’usine Tahkout de Tiaret

Mahieddine Tahkout, l'usine de Tiaret suscite bien des rumeurs (dr)

 

 Le ministre de l'Industrie et des mines, M. Abdeslam Bouchouareb a indiqué dimanche qu’une inspection diligentée par le Premier ministre allait se rendre à l’usine Tahkout de Tiaret pour vérifier que les obligations prévues dans le cahier des charges sont respectées.

 Le ministre répondant à une question sur des informations circulant sur les réseaux sociaux et rapportées par des médias affirmant que l'usine de montage des  véhicules Hyundai (Tiaret) de la société Tahkout manufacturing company  (TMC) livrerait des véhicules qui n'ont pas été assemblés en Algérie.

 Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, va dépêcher une inspection mixte comprenant l'Inspection général des finances, l’Inspection générale des douanes et l'inspection générale de l’industrie ainsi que les représentants de l'Enacta (Etablissement national de contrôle technique automobile), a-t-il indiqué.

 Cette mission va « se déplacer ces jours-ci sur le site (de l’usine), et on verra ce qu'il y a lieu de faire". Bouchouareb a souligné que "TMC a signé un engagement et un cahier des charges, et la première inspection a donné un résultat positif".

 Le ministre a également affirmé avoir signalé, il y a quelques semaines, que "ceux qui s’inscrivent dans l'activité de montage des véhicules seront observés et les conséquences seront tirées au cas où il y aurait des défaillances.

 Les quotas d'importation de véhicules par encore fixés

Par ailleurs, Bouchouareb a assuré que le comité interministériel chargé de définir le   quota d'importation des véhicules au titre de l'année 2017 ne s'est pas encore réuni et aucune décision, donc, n'a encore été prise, a affirmé dimanche à Alger le ministre de l'Industrie et des mines, M. Abdeslam Bouchouareb.

 

"La décision n'a pas été prise jusqu'à maintenant pour la simple raison que le comité ne s'est pas réuni par rapport aux licences d'importation des véhicules", a déclaré le ministre à la presse en marge de la Journée d’étude sur la numérisation de la radiodiffusion de la télévision et de la radio.

 

 A ce propos, il a rappelé que les licences d'importation des véhicules relevaient d'"une décision d'un comité présidé par le Premier ministre", tout en ajoutant qu'une réunion de ce comité va se tenir prochainement.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



6 Commentaires

  • Pour moi, ces affaires prouvent que l'Algérie est foutue
    Je ne vois pas - même si effectivement on n'a pas touché le fond- comment on peut remonter la pente. Mais bien sûr, le premier responsable, c'est la presse qui fait de la propagande au lieu de faire son travail.
    Grace à cette presse conciliante, plus c'est gros, plus cela passe.
    Le dernier CPP a montré que même le brillant K.H peut dire n'importe quoi (je suis gentil) alors que la vidéo restera à jamais pour attester ses paroles. Dire que Ould Kaddour est brillant et compétent parcequ'il a améliorer les marges de BRC (en volant l'argent public)..Il faut l'avoir entendu pour y croire.

    Rapporter respectueusement lundi 27 mars 2017 09:17
  • L’Algérie n'est plus depuis que la mafia a pris les commandes

    Rapporter Boualem dimanche 26 mars 2017 22:51
  • En réalité la présence de TMC dans la région de Tiaret n'a pas apporté les effets escomptés a la population locale.
    Lancé en grandes pompes par le PM Mr Sellal, l'usine de montage de la marque Hyundai n'est autre que l'ancienne usine Sonitex (complexe lainier) des année 70 devenue Elatex après les restructurations des grands groupes dans les années 80, suivit du coup de grâce dans les années 90 coïncidant avec la décennie noire qu'a connu l'Algerie.
    Or, aujourd'hui on traite mr Tahkout de tricheur même si cela n'est pas encore prouvé.
    Sur le terrain, les gens se bousculent tous les jours que Dieu fait au portillon de l'usine TMC sise a Zaaroura (Tiaret) pour une hypothétique embauche.
    La montée en cadence de l'usine n'est pas visible, vu la stagnation des recrutements.
    Alors que l'on parle déjà de la marque SAIPA(Iran) qui elle, est hébergée dans une ancienne usine du secteur public(chaussures) a Frenda, 50 km a l'ouest de Tiaret.
    Une autre usine victime de la déstructuration du secteur public est dans le viseur de mr Tahkout, cette fois ci a Tissemsilt dans l'ex usine de la SNLB.
    Mr Tahkout avec un investissement dérisoire récupère des ensembles industriels qui ont couté des sommes faramineuses a l'état et qui ont laissé en rade plusieurs milliers de pères de famille.
    Le temps est donc venu où l'état doit demander des comptes au-delà de la supposée arnaque dont mr Tahkout est montré du doigt.
    Car faire du SKD n'apporte rien a l'état, économiquement.
    Ce n'est qu'un passage, une étape peut être est nécessaire mais qui doit vite être zapée.
    Le montage n'est rentable que dans le cadre d'une sous-traitance locale de PME qui doivent graviter autour du montage et que mr Tahkout doit promouvoir le plus vite possible en attirant les équipementiers de la marque a s'implanter dans le cadre de joint-ventures.
    Pour Mr Tahkout, il est temps de renvoyer l'ascenseur ...
    Les Tiaretiens attendent beaucoup de vous, ne les décevez pas !

    Rapporter Djamel AIT AMRANE dimanche 26 mars 2017 17:36
  • En réalité la présence de TMC dans la région de Tiaret n'a pas apporté les effets escomptés a la population locale.
    Lancé en grandes pompes par le PM Mr Sellal, l'usine de montage de la marque Hyundai n'est autre que l'ancienne usine Sonitex (complexe lainier) des année 70 devenue Elatex après les restructurations des grands groupes dans les années 80, suivit du coup de grâce dans les années 90 coïncidant avec la décennie noire qu'a connu l'Algerie.
    Or, aujourd'hui on traite mr Tahkout de tricheur même si cela n'est pas encore prouvé.
    Sur le terrain, les gens se bousculent tous les jours que Dieu fait au portillon de l'usine TMC sise a Zaaroura (Tiaret) pour une hypothétique embauche.
    La montée en cadence de l'usine n'est pas visible, vu la stagnation des recrutements.
    Alors que l'on parle déjà de la marque SAIPA(Iran) qui elle, est hébergée dans une ancienne usine du secteur public(chaussures) a Frenda, 50 km a l'ouest de Tiaret.
    Une autre usine victime de la déstructuration du secteur public est dans le viseur de mr Tahkout, cette fois ci a Tissemsilt dans l'ex usine de la SNLB.
    Mr Tahkout avec un investissement dérisoire récupère des ensembles industriels qui ont couté des sommes faramineuses a l'état et qui ont laissé en rade plusieurs milliers de pères de famille.
    Le temps est donc venu où l'état doit demander des comptes au-delà de la supposée arnaque dont mr Tahkout est montré du doigt.
    Car faire du SKD n'apporte rien a l'état, économiquement.
    Ce n'est qu'un passage, une étape peut être est nécessaire mais qui doit vite être zapée.
    Le montage n'est rentable que dans le cadre d'une sous-traitance locale de PME qui doivent graviter autour du montage et que mr Tahkout doit promouvoir le plus vite possible en attirant les équipementiers de la marque a s'implanter dans le cadre de joint-ventures.
    Pour Mr Tahkout, il est temps de renvoyer l'ascenseur ...
    Les Tiaretiens attendent beaucoup de vous, ne les décevez pas !

    Rapporter Djamel AIT AMRANE dimanche 26 mars 2017 17:36
  • Bizarre cette affaire de fuite de photos et cette décision de dépécher une commissiuon d'inspection. Sans vouloir déoudader cet énergumène et son mentor Bopuchoureb, je trouve la succesion des évenements comme un scénario monté.

    plusieurs objectifs peuvent etre considérés à travers cet affaire.

    Sellal veut il mettre au pas Bouchouareb, le sponsor de cette immense arnaque, qui veut prendre sa place ? est ce pour justifier encore un resserrement des quotas d’importation de véhicules en sacrifiant cet "industriel" de pacotille ?

    Est-ce un coup d'autres partenaires (français peut être) devant la montée des gros ateliers de gonflage de pneus qui risquent de faire de l'ombre à Renault ?

    Déjà Bouchoureb commence a ramener la couverture à son niveau en laissant entendre qu un dispositif de contrôle existe et qu'un premier contrôle avait montré le respect du cahier des charges par Tahkout sans qu il prenne conscience de la bêtise de cette déclaration. Si un premier un contrôle avait conclu à l'existence d'un "résulat positif", cette fausse usine ne va pas disparaitre du jour au lendemain ya wahad DEBILE !

    Rapporter SaidoDz dimanche 26 mars 2017 17:19
  • Par définition et dans tous les secteurs, une inspection doit être menée à l'improviste et non pas annoncée au préalable.

    Cela évite des dissimulations de toutes sortes.

    Rapporter Vangelis dimanche 26 mars 2017 13:37
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

« L’Algérie est sur le point d’atteindre l'autosuffisance en produits agricoles » (ministre)

Le ministre signalé que très peu de produits agricoles sont aujourd’hui importés par l’Algérie. Des produits tels que « le blé, le lait et parfois les viandes ».

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.