Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Mars 2017

  •   Hani Ghoualmi
  • mardi 14 mars 2017 15:00

Algérie- Les freins à l’entreprenariat féminin en débat en présence de jeunes entrepreneures

Les obstacles rencontrés par les femmes entrepreneures sont généraux et ne sont pas liés au genre ( Ph H.Ghoualmi)

 

 Quels sont les freins à l’entreprenariat féminin en Algérie ? Le sujet a été discuté lundi 13 mars à Alger au cours d’une journée de travail regroupant des chefs d’entreprises et des représentants des dispositifs publics de soutien à l’entreprenariat.

 La rencontre s’inscrit dans le cadre d’un programme d’appui aux microentreprises dirigées par des femmes administré par le Bureau International du travail intitulé « identification des opportunités pour l’entreprenariat des femmes en Algérie »

 Le projet, financé par le Département d’Etat américain, est animé en coordination avec le Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise (CARE).La journée de travail a été organisée autour de trois tables rondes regroupant des jeunes entrepreneurs algériens et des chefs de grandes entreprises, à l’instar de Big Informatique.

 L’objectif de ces travaux est de « relever les points de vue des entrepreneurs sur la réalité du terrain, afin de dépasser le traitement théorique des problématiques » nous explique Roslane Bencharif, modérateur lors de ces travaux.

 Les participants ont partagé leurs expériences dans plusieurs secteurs d’activités, tel que le tourisme, l’agriculture ainsi que les services aux entreprises. Le domaine des TIC a été imbriqué dans tous ces brainstormings.

 "’C'est un domaine que nous avons inséré dans toutes les tables rondes, explique la représentante de CARE, Amel Belaid, car c’est un domaine en phase de développement en Algérie et touche à toutes les professions."

 Une des conclusions établies par les groupes de travail est celui de la présence de la femme algérienne dans tous les secteurs examinés au cours de cette journée. C’est le cas également de l’agriculture, notamment dans le sud algérien, comme en témoigne une participante de la ville de Tamanrasset.

 

Au-delà du genre, des problèmes plus généraux

 

Toutefois il y a des secteurs où la femme est assujettie aux pressions sociales, souligne le groupe de travail « services aux entreprises ». Des femmes ont ainsi opté pour le travail à domicile en étant par exemple Community Manager ou bien traiteur. Ces sont des professions qui conviennent également aux « jeunes mamans. »

 Dans le domaine touristique, dont l’industrie peine à se développer en Algérie, il est relevé que la femme algérienne peut se positionner dans ce marché grâce à plusieurs atouts.  Les participants ont souligné par exemple la création des maisons d’hôtes par des femmes afin de faire découvrir les villes (guide touristique) ainsi que les traditions du pays, dont l’esprit d’accueil.

Pour Aziz Hamdi, coordinateur de projet de la mise en place d’une cartographie culturelle, le secteur du tourisme détient un énorme potentiel. «L’Algérie a autant de site classés dans le patrimoine universel que l’Australie, nous déclare Aziz Hamdi, toutefois ce secteur manque beaucoup de prestataires de service.»

 Lire : Lancement sur Internet d'une cartographie des infrastructures culturelles en Algérie

 

Les conclusions des groupes de travail s’inscrivent dans optimisme relatif. Les freins et les obstacles relevés par les chefs d’entreprises et les jeunes entrepreneures vont dans la majorité des cas au-delà des problématiques du genre. Les chefs d’entreprises ont souligné surtout les maints secteurs où il y a carence et où l’offre ne répond pas aux exigences et aux besoins des particuliers comme des entreprises.

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • des métiers ont été omis
    mnaouliates
    machatates
    fkairates
    taiabates et j en oublie

    Rapporter momo mardi 14 mars 2017 19:39
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - La Direction de la Sûreté nationale tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur de la contrefaçon locale

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau d'oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont parmi les produits fabriqués localement victimes de contrefaçon locale, ont relevé des représentants de la DGSN lors de la seconde journée du séminaire sur la contrefaçon.

Opep : la réunion du comité de surveillance se tiendra dans un contexte pétrolier délicat

Lors de sa dernière réunion à Vienne, en janvier dernier, le comité de surveillance redoutait le non-respect des quotas de production fixés ; aujourd’hui, c’est surtout l’augmentation des stocks mondiaux d’or noir, principalement sous l’effet de l’augmentation de la production américaine, qui l’inquiète.

L’Observatoire tunisien de l’eau met en garde contre l’aggravation du stress hydrique en 2017

Entre 2016 et 2017, les ressources en eau dans les barrages tunisiens sont tombées de 1,426 milliard de m3 à quelque 700 millions de m3 seulement, selon des chiffres rendus publics par le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, le 7 mars dernier devant l’Assemblée des Représentants du Peuple.