Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 30 Mai 2017

  •   Algérie Presse Service
  • lundi 26 décembre 2016 13:54

Électroménagers et véhicules sont les principales attractions à la foire de la production algérienne

 Sellal à l'ouverture de la foire de la production nationale (dr)

 

La Foire de la production algérienne, qui se tient depuis mercredi au Palais des expositions (Alger), attire de nombreux visiteurs curieux de connaître les nouveaux produits de l'industrie locale et de s'enquérir des conditions des crédits à la consommation pour les véhicules et l'électroménager.

 

 

Selon les organisateurs, les vacances scolaires et les ventes promotionnelles ainsi que la présence, pour la première fois, de stands de produits de l'industrie militaire ont été autant de facteurs ayant contribué à drainer davantage le public composé aussi bien des ménages que des professionnels.

 

Plus de 400 exposants composés de 135 entreprises publiques et plus de 280 sociétés privées prennent part à cette manifestation économique. C'est le pavillon central "la Concorde" qui constitue le plus grand attrait avec l'exposition de produits électroniques et électroménagers d'entreprises publiques et privées, ainsi que des 4 modèles "made in Algeria" de Renault Algérie production.

 "Les nouveautés dévoilées lors de cette 25ème édition de la Foire de la production algérienne, notamment dans les filières électronique et électroménager, ont séduit le grand public", soulignent plusieurs exposants à l'APS.

 Selon le responsable commercial d'une entreprise publique spécialisée dans la production de l'électroménager, la demande se focalise, entre autres, sur les produits de la filière chauffage en cette période d'hiver.

 

"Les consommateurs ont conscience maintenant des risques mortels occasionnés par les appareils contrefaits", signale-t-il. C'est dans ce sens que cette société a développé un système de sécurité intelligent pour refouler les gaz brûlés.

 Pour sa part, le responsable marketing d'une autre entreprise relève que la nouvelle politique de rationalisation de la consommation énergétique a motivé le département Recherche et développement de cette société à mettre au point une technologie appelée "froid brassé combiné" pour les réfrigérateurs, permettant une très faible consommation de l'énergie.

 "Nous proposons une gamme variée à des prix compétitifs et répondant aux normes de sécurité avec un taux d'intégration atteignant 95%. Notre objectif est de satisfaire le marché local et d'exporter", avance-t-il.

 Il déplore, cependant, des contraintes persistantes à l'acte d'exportation en citant l'absence de conventions bilatérales avec des pays notamment africains susceptibles d'importer les produits algériens, et la dépréciation du dinar qui a renchéri les inputs importés.

 

Les questions chez Renault-Algérie: disponibilité et financement

 

Par ailleurs, l'affluence du public a été particulière au stand de Renault Production Algérie où trônent ses 4 modèles produits par l'usine de Tlelat (Oran): la Symbole avec 2 types de motorisation essence 1.2 et 1.6, et la Dacia Sandero en version diesel et essence.  La "Foire aux questions" des visiteurs de ce stand tourne constamment autour de la disponibilité des véhicules et des modalités de financement.

 

D'ailleurs, à quelques mètres de ces stands, le salon "Expofinances", organisé concomitamment avec la Foire de la production algérienne, tombe à pic pour les clients potentiels en leur permettant non seulement de s'informer sur place auprès des banques exposantes sur les formules bancaires disponibles mais aussi de bénéficier d'opérations de simulation pour l'octroi des crédits à la consommation en fonction de leurs revenus.

 

Les stands de l'industrie agroalimentaire ne se sont pas désemplis également où 82 exposants sont venus des quatre coins du pays pour promouvoir leurs nouveaux produits tout en les agrémentant de séances de dégustation.   La Safex, entreprise organisatrice de cette Foire de la production algérienne, a aussi dédié un stand spécial pour la vente directe à des prix promotionnels.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP revendique un nouveau Tebboune tous les mercredis

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Le déficit de la balance courante s'est fortement aggravé et atteint 4,1% du PIB

   Le déficit commercial s’est aggravé, à fin avril 2017, pour se situer à 4,31 milliards de dinars, contre 3,30 milliards de dinars en avril 2016, selon le rapport de la Banque centrale de Tunisie sur les “évolutions économiques et monétaires”, publié en mai 2017.

Algérie - Les milliards de dollars d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.

Algém6rie - Les 15 milliards d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.