Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Août 2017

  •   Aymen Zitouni
  • mardi 20 décembre 2016 18:48

La chute de la valeur du Dinar risque de briser l’élan de l’industrie pharmaceutique algérienne-A. Kerrar (audio-vidéo)

A Kerrar alerte sur les symptômes d’une 'mort programmée' de l'industrie du médicament (Ph Ahmed Belghit)

 La chute de la valeur du Dinar met en péril l’industrie pharmaceutique nationale encore naissante a averti, mardi, le président de l’Union nationale des opérateurs de la pharmacie (UNOP), Abdelouahed Kerrar sur le plateau de la webradio RadioM.

 

 

L’industrie pharmaceutique qui s’est développée d’une manière spectaculaire après les mesures "protectionnistes" prises en 2008 est en train de subir les contrecoups de la chute du Dinar, amorcée depuis 2014, après l'effondrement des revenus pétroliers de l’Algérie.

 La baisse de la valeur de la monnaie nationale qui a dépassé les 30% depuis 2014, a poussé des industriels à arrêter la production de certains médicaments pour lesquels ils ont des marges négatives, a révélé ce mardi le président de l’UNOP, Abdelouahed Kerrar.

 Selon ses explications, le médicament fabriqué localement qui coûtait 250 DA il y a deux ans coûte toujours 250 DA par ce qu’il est enregistré en Dinars. Tandis que le médicament importé "enregistré en devises" qui coûtait 200 DA coûte aujourd’hui 350 DA.

 L’invité du "Direct" de RadioM a expliqué que le prix du médicament fabriqué localement "n’a pas bougé" parce qu’il suit une durée de la décision d’enregistrement qui est de 5 ans.

 Le président de l’UNOP a indiqué que les autorités sanitaires du pays ont été saisies du problème qui va paradoxalement à l’encontre de la politique de la production nationale en médicaments amorcée en 2008.

 

Une mort programmée

 

 "Aujourd’hui nos coûts sont en train d’augmenter et nos marges sont en train de diminuer", a-t-il souligné, précisant que les membres de l’UNUP ont des marges négatives pour une centaine de produits dans pratiquement toutes les catégories thérapeutiques.

 Pour lui, les autorités sanitaires imposent aux producteurs les plus haut standards dans les installations et les matières premières "mais en même temps elles nous poussent à baisser nos prix d’une manière drastique".

 "A un certain moment il y a un arbitrage à faire et cet arbitrage doit se faire sur la réalité des coûts qui va se répercuter sur le prix", a-t-il enchainé, précisant que certain producteurs ont arrêté les médicaments pour lesquels ils ont des marges négatives.

 Cette situation qu’il qualifie de "premier symptôme d’une mort programmée" risque de casser l’"élan" de cette industrie pharmaceutique algérienne naissante qui a généré une baisse significative de facture des importations.

 Cette industrie couvre entre 45 et 50% des besoins nationaux en médicament à " la faveur des dispositions courageuses qu’a prises l’Etat en 2008 en protégeant la production locale d’une manière progressive " a souligné l’orateur.

Vidéo :

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Quelqu'un qui n'y comprendrait rien peut penser que puisque les produits étrangers importés ont presque doublé de prix, ils vont vendre moins et les producteurs Algériens vendraient plus et gagneraient en volume ce qu'ils perdent en marge....

    A moins que les Algériens achètent les produits étrangers même plus chers car ils n'ont pas confiance dans les médicaments locaux..

    En faite, le vrai problème est la....

    Rapporter Truc mardi 20 décembre 2016 20:14
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Un été brûlant en Algérie: 32.000 hectares de forêts ravagés par les feux

Les feux de forêts ont ravagé 32.000 hectares dans les wilayas de l'est et du centre du pays durant la période allant du 1er juin au 20 août, ont indiqué mardi à Alger des responsables du secteur.

La Tunisie ambitionne de devenir membre de la CEDEAO avant fin de 2017 (Youssef Chahed)

La Tunisie œuvre à devenir, avant la fin de l’année 2017, membre de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) , a affirmé, mardi, le chef du gouvernement Youssef Chahed.

La tarika Karkarya, un courant soufi d’origine marocaine fait des vagues en Algérie

Depuis quelques jours, une vidéo d'une nouvelle secte religieuse en Algérie, la Tarika Karkarya, dont les adeptes portent une djellaba en damier, fait le tour des réseaux sociaux algériens. Et suscite des polémiques.