Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 12 Décembre 2017

  •   Aymen Zitouni
  • mardi 20 décembre 2016 18:48

La chute de la valeur du Dinar risque de briser l’élan de l’industrie pharmaceutique algérienne-A. Kerrar (audio-vidéo)

A Kerrar alerte sur les symptômes d’une 'mort programmée' de l'industrie du médicament (Ph Ahmed Belghit)

 La chute de la valeur du Dinar met en péril l’industrie pharmaceutique nationale encore naissante a averti, mardi, le président de l’Union nationale des opérateurs de la pharmacie (UNOP), Abdelouahed Kerrar sur le plateau de la webradio RadioM.

 

 

L’industrie pharmaceutique qui s’est développée d’une manière spectaculaire après les mesures "protectionnistes" prises en 2008 est en train de subir les contrecoups de la chute du Dinar, amorcée depuis 2014, après l'effondrement des revenus pétroliers de l’Algérie.

 La baisse de la valeur de la monnaie nationale qui a dépassé les 30% depuis 2014, a poussé des industriels à arrêter la production de certains médicaments pour lesquels ils ont des marges négatives, a révélé ce mardi le président de l’UNOP, Abdelouahed Kerrar.

 Selon ses explications, le médicament fabriqué localement qui coûtait 250 DA il y a deux ans coûte toujours 250 DA par ce qu’il est enregistré en Dinars. Tandis que le médicament importé "enregistré en devises" qui coûtait 200 DA coûte aujourd’hui 350 DA.

 L’invité du "Direct" de RadioM a expliqué que le prix du médicament fabriqué localement "n’a pas bougé" parce qu’il suit une durée de la décision d’enregistrement qui est de 5 ans.

 Le président de l’UNOP a indiqué que les autorités sanitaires du pays ont été saisies du problème qui va paradoxalement à l’encontre de la politique de la production nationale en médicaments amorcée en 2008.

 

Une mort programmée

 

 "Aujourd’hui nos coûts sont en train d’augmenter et nos marges sont en train de diminuer", a-t-il souligné, précisant que les membres de l’UNUP ont des marges négatives pour une centaine de produits dans pratiquement toutes les catégories thérapeutiques.

 Pour lui, les autorités sanitaires imposent aux producteurs les plus haut standards dans les installations et les matières premières "mais en même temps elles nous poussent à baisser nos prix d’une manière drastique".

 "A un certain moment il y a un arbitrage à faire et cet arbitrage doit se faire sur la réalité des coûts qui va se répercuter sur le prix", a-t-il enchainé, précisant que certain producteurs ont arrêté les médicaments pour lesquels ils ont des marges négatives.

 Cette situation qu’il qualifie de "premier symptôme d’une mort programmée" risque de casser l’"élan" de cette industrie pharmaceutique algérienne naissante qui a généré une baisse significative de facture des importations.

 Cette industrie couvre entre 45 et 50% des besoins nationaux en médicament à " la faveur des dispositions courageuses qu’a prises l’Etat en 2008 en protégeant la production locale d’une manière progressive " a souligné l’orateur.

Vidéo :

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Quelqu'un qui n'y comprendrait rien peut penser que puisque les produits étrangers importés ont presque doublé de prix, ils vont vendre moins et les producteurs Algériens vendraient plus et gagneraient en volume ce qu'ils perdent en marge....

    A moins que les Algériens achètent les produits étrangers même plus chers car ils n'ont pas confiance dans les médicaments locaux..

    En faite, le vrai problème est la....

    Rapporter Truc mardi 20 décembre 2016 20:14
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

"La hausse des prix aucunement liée à l'opération de tirage de billets de banque" (Raouia)

  Le ministre a précisé que la chute des cours du pétrole a impacté l'économie nationale mettant notre économie face à plusieurs défis.

Algérie: Plus de 14.000 demandes d’accès au foncier industriel rejetées depuis 2016

L’ANIREF indique que la structure des transactions est désormais dominée par la concession du foncier public qui totalise 85% des transactions totales observées sur l’exercice 2016.

Algérie: Les assureurs courent les salons professionnels pour booster leurs chiffres d’affaires

  Selon le président de l’Union des assureurs et des réassureurs, la baisse du chiffre d’affaire des assurances enregistré durant le 1er semestre 2017 n’est que conjoncturelle.