Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 30 Mai 2017

  •   Algérie Presse Service
  • mardi 6 décembre 2016 11:09

Algérie: Le cahier de charges du projet automobile "Scania" à Mascara approuvé par le ministère de l'industrie

Le projet avec la société suédoise



 La commission d’évaluation technique au ministère de l’Industrie et des Mines a donné, en fin novembre dernier, son accord pour le cahier de charges proposé par une société privée pour l’installation d’une usine automobile de marque "Scania" dans la wilaya de Mascara, a-t-on appris lundi de l'investisseur.



Le directeur de la société "Attifi", Mohamed Mezoughi a indiqué, à l'APS, que le ministère a approuvé, par sa commission d’évaluation technique, le cahier de charges proposé en octobre dernier après la levée de réserves techniques et juridiques. Après la réalisation de l’usine, un agrément devra être accordé à chaque modèle de produits avant le lancement de la production.

Le projet de réalisation de l’usine de fabrication et montage de véhicules de poids lourds et de bus, lancé au parc industriel d’Oggaz au Nord de la wilaya, en collaboration avec la société suédoise "Scania", comprend cinq modèles de véhicules dont des bus de transport des voyageurs.

Le montant l’investissement est estimé à 900 millions DA dont les deux tiers d’un financement bancaire. La sortie d’usine du premier véhicule est attendue en octobre 2017. Une moyenne de 600 unités/an est prévue avec un taux d’intégration nationale de 40 pour cent.

Le partenaire suédois assure l’accompagnement technique, la licence de production gratuitement, le contrôle de la qualité, la formation et l’accompagnement du réseau des sous-traitants avec l’usine.

La société "Attifi" a conclu une convention avec le centre de formation professionnelle spécialisé de la wilaya d’Oran pour former des ouvriers à différents métiers retenus, par des techniciens relevant de la firme "Scania".


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP revendique un nouveau Tebboune tous les mercredis

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Le déficit de la balance courante s'est fortement aggravé et atteint 4,1% du PIB

   Le déficit commercial s’est aggravé, à fin avril 2017, pour se situer à 4,31 milliards de dinars, contre 3,30 milliards de dinars en avril 2016, selon le rapport de la Banque centrale de Tunisie sur les “évolutions économiques et monétaires”, publié en mai 2017.

Algérie - Les milliards de dollars d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.

Algém6rie - Les 15 milliards d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.