Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 30 Mai 2017

  •   Aymen Zitouni
  • dimanche 4 décembre 2016 16:36

Sonelgaz va installer des systèmes solaires au Soudan : une première pour le groupe algérien

Le PDG de Ettarkib Mohamed Chikaoui  

La filiale de Sonelgaz, spécialisée dans le montage des centrales électriques, Ettarkib va installer des systèmes solaires photovoltaïques pour l’irrigation des grands espaces agricoles au Soudan.  Une première d’un montant de 2,7 millions de dollars pour le groupe public. Qui ne sera pas la dernière, promettent ses dirigeants.

 Une alliance a été scellée dimanche 4 décembre 2016 à Alger, en marge du Forum Algérie-Afrique d’investissements et d’affaires, entre le PDG de Ettarkib Mohamed Chikaoui et son homologue soudanais du groupe Al Salma, en présence du PDG de Sonelgaz et du ministre de l’Energie Nouredine Boutarfa.

 Cette alliance comprend un projet d’un montant de 2,7 millions de dollars pour l’installation de 53 systèmes solaires d’irrigation de 75 KW. Le projet démarrera au mois de janvier prochain, selon le PDG de Ettarkib. Une extension du projet pour l’installation de 500 systèmes solaires est prévue dans un avenir proche, a indiqué pour sa part le PDG du groupe Sonelgaz, Mustapha Guitouni,.

 

 Du savoir-faire dans l’engineering à exporter

 

  "On commence avec ce contrat de 2 millions de dollars dans le domaine des énergies renouvelables et à l’avenir ce sont 500 stations de ce type qui seront installées au Soudan", a-t-il déclaré, soulignant que c’est la première opération d’exportation de Sonelgaz. Mais pas la dernière. Le Soudan a également sollicité Sonelgaz pour l’installation d’une centrale électrique de 400 MW fonctionnant au gaz naturel, a-t-il ajouté.

 Pour lui, les filiales du groupe Sonelgaz disposent d’un grand savoir-faire dans l’engineering qui est sollicité par les pays d’Afrique.  Il a cité, dans ce sens, un projet en cours de discussions avec les autorités maliennes dans l’électrification rurale. "Notre expertise va s’exporter de plus en plus", a-t-il conclu.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP revendique un nouveau Tebboune tous les mercredis

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Le déficit de la balance courante s'est fortement aggravé et atteint 4,1% du PIB

   Le déficit commercial s’est aggravé, à fin avril 2017, pour se situer à 4,31 milliards de dinars, contre 3,30 milliards de dinars en avril 2016, selon le rapport de la Banque centrale de Tunisie sur les “évolutions économiques et monétaires”, publié en mai 2017.

Algérie - Les milliards de dollars d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.

Algém6rie - Les 15 milliards d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.