Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Août 2017

  •   Algérie Presse Service
  • lundi 28 novembre 2016 16:32

Algérie - En recul ou en stagnation, le secteur industriel en manque de personnel d’encadrement et de maîtrise

 La rareté des personnels d'encadrement et de maîtrise, un grand problème (DR)

En baisse dans le secteur public, en stagnation dans le privé au cours du 2ème trimestre 2016, l’activité industrielle reste durablement marquée par la faible qualification des personnels et la difficulté à recruter des personnel d’encadrement et de maîtrise devenus rares.

 

 L'activité industrielle a enregistré une baisse dans le secteur public et une stagnation dans le secteur privé au deuxième trimestre 2016, a appris l'APS auprès de l'Office national des statistiques (ONS).

Près de 67% du potentiel de production du secteur public et près de 56% de celui du privé ont utilisé leurs capacités de production à moins de 75%, indique l'ONS sur la base d'une enquête menée auprès de 514 entreprises composées de 250 sociétés publiques et 264 privées.

Concernant le niveau d'approvisionnement en matières premières, il a été inférieur à la demande exprimée, selon près de 60% des entreprises publiques, alors qu'il a correspondu à la demande, selon plus de 57% des entreprises privées.

 Ceci a engendré des ruptures de stocks à près de 43% pour les entreprises publiques, et près de 26% pour le privé, causant des arrêts de travail allant jusqu'à 29 jours pour la plupart des concernés du secteur privé et à plus de 30 jours pour près de 32% de ceux du public, selon l'ONS.

 En outre, près de 18% des enquêtés du secteur public et plus de 44% de ceux du privé ont connu des pannes d'électricité, causant des arrêts de travail allant jusqu'à 12 jours pour près de 32% des premiers et inférieur à 6 jours pour la plupart des seconds. Par ailleurs, l'approvisionnement en eau a été suffisant, selon la majorité des enquêtés du secteur public, et selon 85% de ceux du privé au deuxième trimestre 2016.

 D'autre part, malgré la hausse des prix de vente, la demande en produits fabriqués localement a connu une augmentation sur la même période, selon l'opinion des industriels des deux secteurs confondus.

 En effet, 68% des chefs d'entreprises du secteur public et plus de 34% de celles du privé n'ont pas satisfait toutes les commandes reçues. Aussi, plus de 16% des industriels du secteur public et plus de 15% de ceux du privé déclarent avoir rencontré des problèmes de transport des marchandises.

 

Un niveau de qualification du personnel "insuffisant" 

  

Avec cette hausse du volume des commandes, les effectifs ont poursuivi leur tendance haussière, selon les chefs d'entreprises du secteur privé, alors qu'ils se sont stabilisés, selon ceux du secteur public. Mais près de 54% des chefs d'entreprises du secteur public et plus de 48% de ceux du privé jugent le niveau de qualification du personnel "insuffisant".

 De surcroît, plus de 25% des patrons publics et près de 40% de ceux du privé affirment avoir trouvé des difficultés à en recruter, notamment le personnel d'encadrement et de maîtrise. Et en raison des conflits sociaux, plus de 5% du potentiel de production du secteur privé ont connu des ruptures de travail dépassant 12 jours, selon l'enquête de l'ONS.

 Côté finances, 77% des chefs d'entreprises du secteur public et 80% du secteur privé touchés par l'enquête ont jugé plutôt "bon" l'état de leur trésorerie. Toutefois, les charges élevées, l'allongement des délais de recouvrement des créances et la rigidité des prix continuent d'influer sur l'état de la trésorerie.

 Ainsi, près de 46% du potentiel de production du secteur public et près de 31% de celui du privé ont recouru à des crédits bancaires sachant que près de 90% des premiers et plus de 77% des seconds n'ont pas trouvé de difficultés à contracter ces prêts.

 Par ailleurs, en raison de la vétusté et de sur-utilisation des équipements, plus de 54% du potentiel de production du secteur public et plus de 44% de celui du privé ont connu des pannes engendrant des arrêts de travail allant jusqu'à 13 jours pour la majorité des concernés.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Un été brûlant en Algérie: 32.000 hectares de forêts ravagés par les feux

Les feux de forêts ont ravagé 32.000 hectares dans les wilayas de l'est et du centre du pays durant la période allant du 1er juin au 20 août, ont indiqué mardi à Alger des responsables du secteur.

La Tunisie ambitionne de devenir membre de la CEDEAO avant fin de 2017 (Youssef Chahed)

La Tunisie œuvre à devenir, avant la fin de l’année 2017, membre de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) , a affirmé, mardi, le chef du gouvernement Youssef Chahed.

La tarika Karkarya, un courant soufi d’origine marocaine fait des vagues en Algérie

Depuis quelques jours, une vidéo d'une nouvelle secte religieuse en Algérie, la Tarika Karkarya, dont les adeptes portent une djellaba en damier, fait le tour des réseaux sociaux algériens. Et suscite des polémiques.