Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 23 Octobre 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • mercredi 26 juillet 2017 16:25

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf (audio-vidéo)

L’Algérie risque de fabriquer des panneaux solaires plus cher que l’énergie solaire qui va être produite, vu qu’elle ne maitrise pas encore cette technologie, « très coûteuse ».  

 

Le Pr- Omar Aktouf estime qu’il est  urgent de lancer le méga projet de production de  4.000 MW d’électricité solaire, même si cela ne servira pas à rattraper notre retard dans le secteur des énergies renouvelables, mais seulement à en « colmater les brèches ».

« Tout ce que le gouvernement dépense dans ce qui est alternatif au gaz et au pétrole n’est pas perdu sur le long terme », a indiqué mardi le professeur à HEC Montréal sur le plateau de Radio M.

A propos de la clause qui oblige les industriels à  installer des unités de production de panneaux solaires en Algérie pour participer à ce projet, le professeur Aktouf pense que « la technologie sera très coûteuse », bien que l’Algérie dispose de la matière première, la silice en l’occurrence, qui est largement disponible dans le sud du pays.

« Les panneaux solaires seront produits en silicium, une matière disponible dans le Sahara algérien. Pour en fabriquer, cela coûtera très cher, vu que le pays ne dispose pas encore de grandes unités de production des panneaux. Ça serai une espèce de non-sens que de produire des panneaux plus cher que l’énergie qui va être produite », a-t-il expliqué.

Toutefois, il affirme que ce projet 4000 MW solaire « ne peut qu’être bénéfique pour l’avenir énergétique du pays » d’autant que l’Algérie, quasi-dépendante des recettes pétrolières, subit les contrecoups de la chute des prix de pétrole depuis juin 2014.

Une task-force de bonnes intentions ?

D’ailleurs, le gouvernement a recouru à une task-force algérienne pour y faire face. Constituée autour de l’ex-premier ministre Abdelmalek Sellal, cette task-force devait trouver une issue en matière de gouvernance économique.  Le professeur à HEC Montréal a déclaré qu’il n’a pas été sollicité. Si le gouvernement l’avait appelé, le professeur aurait répondu favorablement, « mais avec des conditions ».

« Le rendu de la Task-force des sept experts, formée par le gouvernement, a été utile jusque-là », a souligné Pr- Aktouf. Cela en restituant deux documents d’analyses sur la situation économique du pays. Le premier qui concerne la stratégie budgétaire à court terme à l’horizon 2019 et le second concerne le nouveau modèle de croissance horizon 2030. « J’ai parcouru le document, sincèrement, j’ai rien vu de nouveau, mais il y a plusieurs déclaration de bonnes intentions pour diversifier l’économie et ce qui manque ce sont les faits, le concret, » a-t-il regretté.  

Vidéo :

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • Il y a un aspect non pris en considération par l'intervenant: les micro-installations solaires. En effet, les ménages peuvent installer des panneaux solaires sur leurs terrasses. Cela peut contribuer à réduire leur facture d'électricité. A ce titre, il s'agit là d'un amortisseur de crise pour les ménages. Les pouvoirs publics auraient tort d'ignorer cet aspect des choses au moment où dans le sud sont apparues les premières manifestations populaires contre les hausses de tarif de Sonelgaz. Sans compte avec les emplois d'installateurs ainsi créés. Il est urgent que les pouvoirs publics facilitent l'installation de panneaux solaires et encouragent le rachat de l'électricité ainsi produite par SONELGAZ.
    Il faut progressivement aller vers une vérité des prix afin de ne pas obérer les possibilités d'investissements de demain. Dans le cas du sud, l'isolation thermique des habitations doit être fortement encouragée. Il existe des moyens pour les habitations à venir mais aussi des solutions pour isoler les habitations de l'intérieur ou de l'extérieur (adjonction de panneaux isolants sur les façade et pose d'un nouveau crépi). Djamel BELAID.

    Rapporter Djamel BELAID lundi 31 juillet 2017 10:29
  • Quand un expert approuve la recapitalisation a fond perdu d'hôtels mi publics mi soviétique
    On peut dire sans l'ombre d'un doute qu'il n'a absolument rien compris aux problèmes de l'économie algérienne

    Rapporter Sam jeudi 27 juillet 2017 07:35
  • Avec tous mes respects Mr Aktouf, je ne partage pas du tout votre avis. Sachez que dans le cadre d'un honorable partenariat Algéro-Japonais, un professeur Algérien, responsable d'un grand laboratoire de matériaux à l'université d'Oran spécialisé en matériaux semi conducteurs, a mis au point un nouveau procédé révolutionnaire d'extraction du silicium, notamment, utilisé dans la fabrication des cellules PV ... . Cette nouvelle technologie est non seulement non polluante mais elle moins onéreuse et très compétitive, même face aux Chinois, qui pratiquent un dumping sociale très contesté. Et attendez-vous à d'autres innovations de chercheurs Algériens indépendants installés à l'étranger, qui constitueront une rupture technologique. Et je parle en connaissance de cause. Il suffit que l'état finance l'industrialisation du procédé de notre compatriote professeur à l'université d'Oran. Son projet permettra des exportations hors hydrocarbures de plus de 30 milliards de dollars, dans les 10 ans à venir, au vu des applications de ce procédé, dans plusieurs domaines. On n'arrête pas le progrès. Et l'Algérie est parfaitement capable de relever le défi. Il suffit d'écarter les corrompus et les traîtres des postes stratégiques, qu'ils ne méritent pas.

    Rapporter Mohamed lAlgérien jeudi 27 juillet 2017 01:34
  • Il faut laisser son invité terminer l'expression de ses idées au lieu de l'interrompre à chaque instant. De plus vous cherchiez souvent à ce qu'il suive le sillage de vos idées et heureusement qu'il a été très conscient de cela. Ce qui est anormal c'est que c'était vous qui étaliez vos idées à vous au lieu de poser simplement vos questions et le laisser répondre ! Ce qui est certain c'est que votre invité est un expert sauf quand il avait parlé de robotique et que pour lui cela crée du chômage alors que non, la robotique libère l'homme au lieu de l'asservir à la machine !

    Rapporter bey mustapha Bebbouche jeudi 27 juillet 2017 01:00
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- A l'horizon 2020, "le Trésor public n'aura besoin de recourir à aucun financement" (ministre)

Le déficit du Trésor public devrait baisser à 55 milliards de dinars en 2019 grâce au recours au financement non conventionnel, a indiqué dimanche le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya.

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l’aventure algérienne (2ème partie)

  Dans la première partie de cette contribution sur le gaz de schiste, l’auteur a dressé le panorama de l’industrie des hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis. Qu’en est il de l’Algérie ?       II.            Et l’Algérie dans tous ça ! quel exemple ? Prédisposition géologique, vers une pétrolisation du schiste Les bassins d’hydrocarbures algériens consistent dans deux formations de gaz et de pétrole, le schiste du Silurien...

Les réserves de change de l'Algérie devraient baisser à 85,2 milliards de dollars fin2018 (ministre)

Les importations devraient poursuivre une tendance baissière pour atteindre 43,6 mds usd en 2018, puis 41,4 mds usd en 2019 et 40,9 mds usd en 2020.