Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

  •   Tunis Afrique Presse
  • mercredi 17 mai 2017 17:29

Tunisie - Des investissements de 400 MD pour produire plus de 210 MW d'énergie renouvelable

 

Les promoteurs prêts à investir dans l’énergie solaire photovoltaïque et éolienne doivent déposer leurs offres, dans un délai ne dépassant pas le 15 novembre 2017, a déclaré aux médias, la ministre de l'Energie, des Mines et des Energies Renouvelables, Héla Cheikhrouhou.

 

 

Elle a rappelé, mercredi, à l'ouverture d'une conférence organisée en marge du salon international sur les énergies renouvelables, que le département de l'Energie a publié, depuis le 11 mai 2017, un appel d'offres pour l'installation de 210 MW d'énergie renouvelable, moyennant une enveloppe de 400 millions de dinars.

En détails, Cheikhrouhou a précisé que les projets d'une capacité de 10 MW (soit les projets dont la valeur d'investissement est estimée à environ 20 MD), ceux d'une capacité de 30 MW (60MD) et aussi les microprojets de 1Mw d'énergie solaire (2MD) à 5Mw d'énergie éolienne (5 MD) sont soumis à des autorisations conformément à la loi numéro 12 de 2015 pour donner plus de chances aux promoteurs tunisiens.

Un comité a été choisi pour sélectionner les projets selon des normes fixées (expérience du promoteur, compétences, possibilités financières, site du projet et étude de ses impacts environnementaux).

En ce qui concerne la STEG, la ministre a précisé que la société va acheter 60 MW d'électricité produite à partir de l'énergie solaire par les grands projets et 10 MW et des microprojets ainsi que des projets d'une capacité de 70Mw (60+10) de l'éolien. "Le coût de la production doit être raisonnable pour que les clients de la STEG puissent bénéficier de cette énergies", a déclaré la ministre.

 La Tunisie importe de l'énergie fossile pour couvrir 99% de ses besoins en énergie. La part des énergies renouvelables n'a pas dépassé le seuil de 1% dans le mix énergétique alors que le pays dispose d'un potentiel énorme d'énergie solaire. Le plan solaire tunisien (PST) envisage de porter cette part à 30% d'ici 2030.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

Le système Haddad, ou comment imposer une dîme sur les grands projets

De révélation en fuite, le système Haddad apparait au grand jour : une immense nasse qui permet au patron du FCE de percevoir une dîme sur tous les grands marchés.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».