Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 23 Octobre 2017

  •   Algérie Presse Service
  • mardi 9 mai 2017 17:18

Algérie - L’énergie solaire à la maison ? C’est possible et facile, selon le directeur du CDER

 Première maison alimentée à l’énergie solaire à Ténès en 2011 (DR)

 

 Les ménages algériens auront-ils enfin accès à l’énergie solaire à domicile ? Oui, répond le directeur du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER) qui évoque deux options. Des lecteurs de Maghreb Emergent contestent ces propos. (voir au bas de l'article et sur la page Facebook)

 

 Introduire l'électricité d’origine solaire dans une maison ou une entreprise est désormais une démarche accessible en Algérie sur le plan aussi bien technique que financier.

 "L'installation d'un système d'alimentation d'électricité par la lumière solaire passe par des étapes simples techniquement, et abordables financièrement, même pour les familles à revenus moyens", explique à l’APS le directeur du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), Noureddine Yassaa.

 D'autant plus qu'en Algérie, le taux de rayonnement solaire dépasse dans certaines régions, tels Adrar et Aïn Salah, les 3.500 heures/an, alors que dans le nord du pays, il frôle la barre des 2.600 heures/an, ce qui représente un potentiel naturel énorme.

 Deux moyens sont possibles pour l'installation des panneaux photovoltaïques chez soi : soit le système "de stockage" qui est le plus intéressant puisqu’il n'est soumis à aucune réglementation ou loi, soit le raccordement des panneaux solaires au système d'alimentation électrique principal de Sonelgaz par le biais d’un second compteur.

 

Le système de stockage...

 

 Le "système de stockage" est basé sur un simple raccordement entre les appareils et les panneaux solaires, depuis la phase de captage de la lumière jusqu'à sa conversion finale en électricité.  "La toute première étape dans ce système est de faire appel à un technicien spécialisé qui doit faire une étude globale sur les besoins de l’habitation en matière de consommation électrique afin de définir tous les outils nécessaires", note le même responsable.

 Cette phase est suivie de celle de la mise en place d'une structure qui abritera les panneaux, laquelle doit être orientée vers le sud sachant que les panneaux nécessitent une inclinaison correcte par rapport au soleil afin de capter le maximum de rayons.  En outre, il est primordial d'équiper le système d'un régulateur de charge pour obtenir une puissance adaptée aux appareils électroménagers (220 volts au maximum). Concernant les batteries, elles sont suffisamment disponibles sur le marché national avec des modèles de fabrication locale de bonne qualité, assure-t-on.

 Cependant, l’option du système de stockage exige de l’utilisateur de prendre certaines mesures pour assurer un meilleur rendement, parmi lesquelles l'isolement de la maison, c'est-à-dire qu'elle soit construite avec des matériaux isolants et des fenêtres en double vitrage, que les appareils électroménagers soient moins consommateurs d’énergie (de classe A) et l'adoption d'un bon comportement en réduisant le gaspillage.

 Concernant la disponibilité des techniciens d'installations des systèmes photovoltaïques, le même responsable assure que cela ne pose aucun problème puisque le CDER et les Centres de formation et de l’enseignement professionnels ont suffisamment formé pour cette catégorie de professionnels.

 

... ou le raccordement au système Sonelgaz

 

Quant au second système d'alimentation en énergie solaire, il est quasiment le même que celui de stockage sauf qu’il nécessite le raccordement des panneaux solaires au système d'alimentation électrique principal de Sonelgaz, et ce, en installant un second compteur réservé au système photovoltaïque, nécessitant une autorisation officielle.

 C’est ainsi que le ministère de l'Energie en collaboration avec la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg) élaborent actuellement un texte réglementaire permettant de mieux gérer cette technique qui sera d'un grand apport à son utilisateur et à l'efficience énergétique.

 

Panneaux solaires : quels modèles choisir et à quel prix?

 

 Le bon choix des panneaux photovoltaïques est synonyme d'une production énergétique efficace, alors que plusieurs producteurs algériens se sont lancés dans ce secteur et fabriquent des panneaux de bonne qualité répondant aux standards mondiaux.

 "Il faut savoir que le nombre d'entreprises algériennes qui fabriquent des panneaux solaires est d’autant plus intéressant qu'elles ont introduit les dernières technologies pour les différents usages (industrie, pompage agricole, éclairage public...) en ayant investi de gros moyens, et les résultats s'annoncent probants en terme de qualité des produits", assure le même responsable.

 C’est le cas de l’Entreprise nationale des industries électroniques (Enie) dont le prix des panneaux solaires en silicium qu’elle fabrique s’élève à raison de 95 DA (hors taxes) pour un (1) watt.  Ainsi, un panneau photovoltaïque de 100 Watts est vendu par cette entreprise publique à 9.500 DA (hors taxe), sachant que la durée de vie moyenne des panneaux solaires oscille entre 15 et 20 ans.

 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



6 Commentaires

  • c es chiffres sont covainquants 100W a 9500 DA EST FORMIDABLE TRES ECONOMIQUE alors passons a l'action
    reponse IMPOSSIBLE
    pourquoi ¿ tous simplement nos derigeant politiques ont pris des engagements avec avec leurs homologues etranger qui gere le monde mafieux de leur d'enrichir et pauvrir les algerien en contre partie de les laisser au pouvoir pour s'enrichir aussi

    Rapporter dakaoudaka vendredi 15 septembre 2017 11:38
  • Les panneaux solaires tout le monde en parle et beaucoup de gens en sont intéressés mais dans la pratique on ne les voit pas. Il y a un manque flagrant de de volonté politique de la part de nos responsables. Des maisons à la campagne ne sont pas occupées faute d'électricité. J'ai contacté plusieurs boîtes via internet mais aucune réponse.

    Rapporter Moali mardi 12 septembre 2017 23:25
  • J'adore le stoïcisme de Maghreb Emergent qui publie les remontrances permanentes d'un père fouettard oisif qui lui reproche tout... y compris de reprendre des infos signées APS, qui vous traite de "fonctionnaires" pas de "vrais journalistes"... Oui, vous êtes magnifiques... et j'adore son style vieux méchant surveillant....

    Rapporter Zloty mercredi 10 mai 2017 06:42
  • En fait la production de leur propre électricité par les particuliers dépend très fortement du prix des panneaux et aussi du prix de la prestation des installateurs. Les panneaux produits actuellement en Algérie sont trop chers: 21.750 DA HT le panneau de 250W Mono de l'ENIE et 21.600 le panneau 240 W de poly de Condor. Pour être vraiment attractifs il faudrait que ces prix soient divisés par deux pour rejoindre le prix des panneaux importés les plus compétitifs. Pour les installateurs, ils sont tellement rares pour le moment que les abus sont inévitables. Alors que effectivement, ne serait ce qu'en milieu rural ou un poteau de sonelgaz revient à 200.000 DA, c'est clair que cela mérite réflexion. Encore plus évidemment si Sonelgaz rachète le surplus.

    Rapporter IGHIL mardi 9 mai 2017 23:08
  • J'adore cette langue de bois de l'auteur "C’est ainsi que le ministère de l'Energie en collaboration avec la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg) élaborent actuellement un texte réglementaire permettant de mieux gérer cette technique qui sera d'un grand apport à son utilisateur et à l'efficience énergétique."
    Ils "élabore" depuis 10 ans mais l'accouchement semble être très difficile..Il est urgent d'aller doucement afin de réinventer ce qui se fait partout, notamment au Maghreb . Résumons nous. Sonelgaz ne veut pas racheter l'électricité solaire.

    Rapporter poliment mardi 9 mai 2017 22:45
  • Je demande à ME d'arrêter de reprendre les articles de l'APS du moins quand il ne s'agit pas de l'information pure. Quand l'APS dit qu'untel est mort ou que Sellal a fait un discours, on pourrait à la rigueur la croire, mais quand elle fait des articles généraux et spécialement économiques, c'est soit de la propagande soit du n'importe quoi comme l'article présent.

    "..Le "système de stockage" est basé sur un simple raccordement entre les appareils et les panneaux solaires, depuis la phase de captage de la lumière jusqu'à sa conversion finale en électricité...". Un traducteur APS-français serait le bienvenu...

    ".. Ainsi, un panneau photovoltaïque de 100 Watts est vendu par cette entreprise publique à 9.500 DA (hors taxe),..". Donc pour 9.500 DA (hors taxes), on peut allumer une lampe, enfin pendant le jour, puisque les batteries ne sont pas compris dans le prix. Un vrai journaliste et pas un fonctionnaire aurait demandé au président du CDER de nous donner simplement le prix de revient du kWh, là tout le monde sait ce que c'est...

    "..Cependant, l’option du système de stockage exige de l’utilisateur de prendre certaines mesures pour assurer un meilleur rendement, parmi lesquelles l'isolement de la maison, ... et l'adoption d'un bon comportement en réduisant le gaspillage...". Si l'électricité était fournie par Sonelgaz, l'isolation thermique n'est pas aussi importante que cela...

    Rapporter Truc mardi 9 mai 2017 18:16
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- A l'horizon 2020, "le Trésor public n'aura besoin de recourir à aucun financement" (ministre)

Le déficit du Trésor public devrait baisser à 55 milliards de dinars en 2019 grâce au recours au financement non conventionnel, a indiqué dimanche le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya.

Défis environnementaux du gaz du schiste: Du modèle américain à l’aventure algérienne (2ème partie)

  Dans la première partie de cette contribution sur le gaz de schiste, l’auteur a dressé le panorama de l’industrie des hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis. Qu’en est il de l’Algérie ?       II.            Et l’Algérie dans tous ça ! quel exemple ? Prédisposition géologique, vers une pétrolisation du schiste Les bassins d’hydrocarbures algériens consistent dans deux formations de gaz et de pétrole, le schiste du Silurien...

Les réserves de change de l'Algérie devraient baisser à 85,2 milliards de dollars fin2018 (ministre)

Les importations devraient poursuivre une tendance baissière pour atteindre 43,6 mds usd en 2018, puis 41,4 mds usd en 2019 et 40,9 mds usd en 2020.