Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Avril 2017

  •   ME - APS
  • samedi 18 mars 2017 13:38

Coup d'envoi pour la centrale photovoltaïque de Bir Rebaa Nord : 32000 panneaux sur 20 hectares

  C'est parti pour la centrale photovoltaïque de Bir Rebaa Nord -(ENI Twitter°

Le coup d’envoi à la réalisation de la centrale photovoltaïque de Bir Rebaa Nord (El Borma, Ouargla) a été donné samedi 8 mars par les dirigeants de Sonatrach et de l’italien ENI.

 

 

La première pierre de la centrale photovoltaïque de champ Bir Rebaa du Nord (El Borma) dans le sud algérien, qui fournira de l’électricité au champ pétrolier exploité par Groupement Sonatrach Agip (GSA) a été posée aujourd'hui par les PDG de Sonatrach Amine Mazouzi et d'ENI (Italie) , Claudio Descalzi.

 La centrale photovoltaïque de 10 mégawatts (Mw) à Bir Rebaa Nord (Ouargla) doit entrer en service en décembre 2017, elle doit fournir une partie des besoins en électricité du champ pétrolier de Bir Rebaa Nord opéré par le groupement Sonatrach er Agip, une filiale d'Eni.  

 

 

 

 32000 panneaux solaires sont installés sur une superficie de 20 hectares mitoyenne à ce champ et permettra d'économiser l'équivalent de 6 millions de m3 par an de gaz.  Le projet s'inscrit dans le cadre de la collaboration entre Sonatrach et ENI, engagée en vertu de l'accord du 25 novembre 2016, et la volonté des deux sociétés à coopérer dans le domaine de la promotion et le développement des énergies renouvelables, explique-t-on.

Le projet comprend également la la mise en place à proximité de la future centrale d'un laboratoire de recherche "intelligent" dédié aux énergies renouvelables pour développer et tester de nouvelles technologies renouvelables dans les conditions réelles voire extrêmes du sud algérien.

 

Economiser 63 milliards de dollars d'énergie fossile sur 20 ans

 

Le Programme national de développement des énergies renouvelables prévoit une production d'ici à 2030 de 22.000 mégawatts d'électricité de sources  renouvelables, destinée au marché intérieur, en plus de 10.000 mégawatts (MW) supplémentaires à  exporter.

 L'objectif est de réduire de plus de 9% la consommation d'énergie fossile à l'horizon en 2030 et d'économiser 240 milliards m3 de gaz naturel, soit 63 milliards de dollars sur 20 ans.

 

400 Mw ont été réalisées à partir d'énergies renouvelables à travers la centrale électrique hybride de Hassi R'mel (100 Mw) et la centrale solaire pilote de Ghardaïa (1,1 Mw), auxquels s'ajoutent 22 stations électriques solaires d'une capacité de 343 Mw à travers 14   wilayas, dont 270 Mw qui sont déjà en service.

 

Un appel d'offre national et international va être lancé pour la production de  4.000 Mw d'électricité à partir de sources renouvelables avec un cahier des charges obligeant les  investisseurs nationaux et étrangers de produire et d'assurer le montage local des équipements  industriels de production et de distribution des énergies renouvelables, notamment les panneaux  photovoltaïques.

 

 


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

4 Commentaires

  • Bien dit Mustapha115.
    Et c'est pour cette raison que le plus important dans cette centrale est le coût . Il n'a pas été divulgué.

    Rapporter zawali_wafhel lundi 20 mars 2017 10:46
  • Bien dit Belaid.
    Quand on aura ce droit (comme dans tous les pays), on pourra alors vous prendre au sérieux car les investissements pour la chippa, on connait déjà. Dans le secteur de l'energie, il y a énormément d'équipements qui ne tournent pas. On a meme construit un complexe pétrochimique à Skikda sans avoir de charge (complexe à l'arrêt bien sûr).
    Quand aux installations solaires réalisées il y a plus de 20 ans au Sud, on sait qu'elles sont à l'arrêt.
    Le comble de Sonatrach: délaisser une fabrique d'outils de forage entièrement algérianisée (ex Aldai à Reghaia) pour en créer une autre avec des étrangers...

    Rapporter Mustapha115 dimanche 19 mars 2017 16:34
  • C'est une révolution et notre potentiel nous condamne à être parmi les premiers et surtout de ne pas lâcher prise L'ETAT ALGÉRIEN,.les politiques de tous les bords, les scientifiques, les universités, les patrons investisseurs,,les institutions et élites sociales,les collectivités locales , les citoyens, tous les médias sont interpellés par cette dynamique mondiale..chacun à la place qui est la sienne.Une mobilisation quasi générale ,résolue et déterminée,pour se libérer une fois pour toutes du colonialisme ..pétrolier et gazier. VIVE SONASOLAR.....MERCI SONATRACH.

    Rapporter afaf dimanche 19 mars 2017 10:30
  • Très bien ce projet. Mais en Algérie, il ne faut pas privatiser le soleil. Chaque Algérien doit avoir la possibilité d'installer des panneaux solaires sur sa terrasse et d'en revendre à Sonelgaz.
    Djamel BELAID. Ingénieur agronome.

    Rapporter Djamel BELAID samedi 18 mars 2017 14:42
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Dans le Rif, une fronde persistante qui se radicalise politiquement

                                La tension reste toujours vive dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, où le ton des manifestations contre '"'la hogra'' et le ''Makhzen'', sept mois après la mort dans d’atroces conditions d’un poissonnier se radicalise prenant parfois des contours ''indépendantistes''.

Réponse à Slim Othmani (I) - Le Partenariat public-privé et le risque de prédation en Algérie

    L’article de Slim Othmani sur les «6 Syndromes Phobiques de l’Economie Algérienne» a inspiré au chroniqueur Abed Charef des réflexions en 4 parties dont nous commençons la publication aujourd’hui. Le premier article porte sur l'interdiction de fait du partenariat public-privé (PPP) qui constitue bien un handicap pour les entreprises algériennes. Mais, estime-il, l’introduire en l’état actuel des choses contient un...

Maroc: Le gouvernement El Othmani à l'épreuve des revendications syndicales

       Le vote de confiance des deux chambres du Parlement est déjà acquis au nouveau chef de Gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani. Il lui reste l'épreuve des centrales syndicales qui ont ferraillé dur contre l’ex-gouvernement pour rétablir le dialogue social.