Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 25 Mai 2017

  •   Algérie Presse Service
  • vendredi 10 mars 2017 16:10

Le méga projet solaire photovoltaïque de l’Algérie de 4.050 MW présenté à Washington

 

La Compagnie de l’engineering de l’électricité et du gaz (CEEG), filiale du groupe Sonelgaz, a présenté à Washington le projet solaire photovoltaïque de l’Algérie de 4.050 MW, lors d’un forum international consacré au développement de l’investissement dans le secteur énergétique en Afrique.

 

 

Le forum "Africa Summit Energy" auquel prennent part près de 400 investisseurs en quête d’opportunités dans le secteur énergétique africain a constitué l’occasion idoine pour exposer les grands axes de cet ambitieux projet que l’Algérie compte lancer prochainement.

 Le projet a été présenté par les organisateurs du forum comme l’un des plus importants en Afrique, devant contribuer à la transition énergétique du continent où la ruée vers le renouvelable se poursuit impulsée par la baisse des coûts de cette industrie.

 GEEC a été représentée, lors de cette rencontre axée sur la bancabilité des grands projets énergétiques en Afrique, par son PDG M. Mohamed Arkab, accompagné de l’ambassadeur d’Algérie à Washington, M. Madjid Bouguerra et de la directrice de développement et moyen de production, Mme Ouidad Hamrour.

La troisième édition de ce forum a enregistré la participation des représentants de plusieurs banques et agences gouvernementales américaines et de la Banque mondiale.

 L’Algérie vise la mise en service de près de 22.000 MW en énergie verte à l’horizon 2035-2040 et compte lancer prochainement un appel d’offres à investisseurs pour la réalisation d’un méga projet de centrales solaires photovoltaïques de 4.050 MW.

 Le projet sera scindé en trois lots de 1.350 MW chacun et adossé à la construction d’une ou plusieurs usines de fabrication d’équipements et composants de centrales solaires photovoltaïques, a expliqué Mme Hamrour lors de sa présentation.

Pour le lancement de cet appel d’offre, le ministère de l’Energie a finalisé un décret exécutif qui définit les conditions et procédures nécessaires de l’ancrage législatif et réglementaire. "Au stade actuel, le décret suit le processus de publication", a-t-elle fait savoir.

 Elle a précisé que l’appel d’offres comprend deux segments importants (énergétique et industriel) pour lesquels le ministère de l’Energie prévoit de créer en partenariat des sociétés par actions pour assurer le financement de l’EPC et la mise en service des centrales solaires ainsi que la réalisation et la maintenance de ces usines.

La partie industrielle du projet consiste en la création de plusieurs coentreprises spécialisées dans la fabrication de modules photovoltaïques, d’onduleurs et d’autres équipements.

 


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

6 Commentaires

  • Le président Donald Trump a durant sa campagne franchement contesté toute idée de changement climatique, et promis le renouveau du charbon et décrié les programmes d’énergie éolienne et solaire.
    Ce que cela signifie pour les efforts des États membres à promouvoir les énergies renouvelables est une question ouverte. En tous cas, ces États qui poussent à s’appuyer davantage sur l’énergie éolienne et solaire ne sont pas tout à fait sûr à quoi s’attendre avec Trump à la Maison Blanche. Bon nombre d'entre eux dépendent fortement des crédits d’impôts fédéraux sur les énergies renouvelables, des subventions et de la R&D, dont la majeure partie provient du Ministère de l’Energie à Washington ou voilà que les algériens s’improvisent en lobbyiste du solaire. Gratuitement, j’ose pas imaginer autre chose. Pauvres petits et petites, qu’est-ce qu’ils ne vont pas prendre en se donnant en spectacle au pays du Fossile Roi et des Big Oils. Je suis désolé mais il faut bien qu’il y est quelqu’un qui ait l’honnêteté de dire haut ce que tout le monde là-bas doit se dire tout bas.

    Rapporter Faro Laz vendredi 10 mars 2017 22:17
  • Le ministre de l'énergie actuel, ancien PDG de SONELGAZ était un farouche opposant des énergies renouvelables. Aucun texte ne régi le processus de commercialisation de cette énergie. L'actuel président de la CREG a commis une note dans laquelle il alignait le prix de cette énergie à celle du kWh produit à partir du Diesel SVP. Et pourtant, le règne des copains l'a fait promouvoir de Directeur exec à Président d'une CREG dont il sera probablement le fossoyeur
    Ceci est la rèalite, triste ou joyeuse. Alors les 22000 MW, autant ne pas y penser dés à présent!!!!!

    Rapporter safouhi vendredi 10 mars 2017 22:13
  • Le président Donald Trump a durant sa campagne franchement contesté toute idée de changement climatique, et promis le renouveau du charbon et décrié les programmes d’énergie éolienne et solaire.
    Ce que cela signifie pour les efforts des États membres à promouvoir les énergies renouvelables est une question ouverte. En tous cas, ces États qui poussent à s’appuyer davantage sur l’énergie éolienne et solaire ne sont pas tout à fait sûr à quoi s’attendre avec Trump à la Maison Blanche. Bon nombre d'entre eux dépendent fortement des crédits d’impôts fédéraux sur les énergies renouvelables, des subventions et de la R&D, dont la majeure partie provient du Ministère de l’Energie à Washington ou voilà que les algériens s’improvisent en lobbyiste du solaire. Pauvres petits et petites, qu’est-ce qu’ils ne vont pas prendre pour se donner en spectacle au pays du Fossile Roi et des Big Oils. Je suis désolé mais il faut bien qu’il y est quelqu’un qui ait l’honnêteté de dire haut ce que tout le monde là-bas doit se dire tout bas

    Rapporter Faro Laz vendredi 10 mars 2017 22:08
  • c'est très bien de se saisir une telle opportunité pour dépasser les anciennes méthodes d'appels d'offres, seulement, il aurait très opportuniste si ce fameux décret est déjà publié, pour le présenter aussi.

    Rapporter Ali ben vendredi 10 mars 2017 17:23
  • Ne soyez pas timide. Avouez que c'est une autre arnaque de Chakib Khelil et que le solaire en Algérie est le dernier de vos soucis. C'est l'argent de la rente pétrolière qui vous intéresse. La preuve: vous allez forcer Sonatrach à devenir actionnaire principal pour des usines de fabrication de panneaux photovoltaïques , usines qui seront obsolètes dans moins de 5 ans!!!
    Importez les panneaux de Chine comme tout le monde et laissez nous nous brancher au réseau. Cela économisera le gaz naturel.

    Rapporter Respectueusementvotre vendredi 10 mars 2017 17:16
  • Bravo Algerie Verte..!!

    Rapporter Amir Azzedine vendredi 10 mars 2017 16:43
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

En prolongeant le bail des français à B2-Namous, Boumediene a hâté l'évacuation de la base de Mers el-Kébir - Général R.Benyelles

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie-Immobilier : Le "Yes we can" de M’hamed Sahraoui, promoteur et président de l’ONIP

  Les promoteurs algériens sont à la hauteur et peuvent faire marcher le secteur de l’immobilier sans qu’il y a besoin de recourir aux entreprises étrangères, a estimé jeudi, M’hamed Sahraoui, promoteur et président de l’Organisation Nationale des promoteurs immobiliers (ONPI).

Algérie: Le campus industriel de Sanofi à Sidi Abdallah sera ouvert en 2018 (Haissam Chraiteh)

  Le plus important complexe de production de médicament de Sanofi en Afrique en cours de réalisation à Sidi-Abdallah, Alger, sera opérationnel en 2018 a confirmé mercredi, le PDG de Sanofi Algérie, Haissam Chraiteh.

Algérie: Lancement du Cluster de l’énergie solaire

Le Cluster algérien des énergies solaires est officiellement né, mercredi 24 mai 2017, à l’issue d’un atelier spécialisé tenu à l’hôtel Hilton d’Alger avec la participation de représentants d’entreprises, de centres de recherches et des cadres du ministère de l’Industrie et des mines.