Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

  •   Algérie Presse Service
  • vendredi 24 février 2017 09:47

La transition énergétique à la portée de l'Algérie (Noureddine Yassaa)



La transition énergétique est à la portée de l'Algérie dont le défi est l'accélération de la diffusion et l'utilisation à grande échelle des innovations et des solutions technologiques vertes, affirme à l'APS le directeur du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), Noureddine Yassaa.

 

"Au vu des atouts que recèle l'Algérie en termes des gisements solaire, éolien, géothermie, bioénergie et autres, la transition vers un modèle énergétique propre, durable et résilient est possible et à notre portée", soutient-il.
Affirmant, dans ce sens, que les innovations et les solutions technologiques vertes existent bel et bien dans tous les secteurs, le directeur du CDER avance que le défi reste dans "l'accélération de leur diffusion et leur utilisation à grande échelle".
Cependant, ajoute-t-il, il ne s'agit pas d'une transition purement technique, mais plutôt d'une "transition sociotechnique" dans des secteurs multiples, et ce, pas uniquement dans l'électricité qui vient juste en amont, mais également dans le transport, l'agro-alimentaire, le chauffage, la climatisation, le froid et le bâtiment.
Aussi, l'accélération de la diffusion des innovations doit tenir compte des coûts et des performances ainsi que de l'acceptabilité de la société, des discours positifs, de nouveaux modèles économiques, des politiques d'encouragement fortes et de nouveaux marchés, préconise-t-il.
Dans le secteur de l'énergie, l'innovation doit permettre la transformation des systèmes électriques en assurant l'accessibilité, la fiabilité et la sécurité à des prix abordables.
Selon lui, le développement des énergies renouvelables (solaire, éolien, géothermie, bioénergie...) ne doit pas prendre en charge uniquement les grandes centrales connectées au réseau mais également les systèmes décentralisés (énergie de communauté, citoyen producteur, les agriculteurs), le stockage d'électricité, l'extension des réseaux.
L'innovation est également nécessaire pour reconfigurer les systèmes du transport, insiste-t-il en citant les véhicules avec des sources d'énergie alternatives dont le BEV (véhicules à batterie électrique), HEV (véhicule électrique hybride), de nouveaux carburants et des nouvelles infrastructures de chargement, de nouveaux modèles de business (covoiturage...) et la gestion dynamique du trafic, les systèmes de transport intelligents et la refonte des systèmes de transport locaux.
En outre, poursuit-il, pour reconfigurer le secteur du bâtiment, l'innovation doit intervenir dans le thermique du bâtiment: murs, fenêtres, portes, terrasses, caves, les technologies de chauffage (chauffe-eau solaire, pompes à chaleur, les technologies de climatisation propres...), les maisons intelligentes, compteurs intelligents, télétravail, téléachat, ainsi que les villes intelligentes.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.