Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Mars 2017

  •   Samy Injar
  • vendredi 20 janvier 2017 16:14

Algérie - Au « moins disant» décide le gouvernement pour le « Big Deal » de l’électricité solaire


Le décret qui fixe les conditions d'appel d'offres national et international pour la production et la distribution de 4.000 mégawatts d'électricité d’origine solaire a été adopté ce mercredi. Appel d’offres hors gabarit.

 

La réalisation des champs solaires et la distribution des 4 GW d’électricité qu’ils généreront sera attribué aux soumissionnaires les moins disant sur le prix du kilowattheure (kwh). C’est cette option qui a donc été retenue par le gouvernement algérien dans les conditions de l’appel d’offres définit par un décret mercredi dernier en conseil du gouvernement. L’appel d’offres est le plus important jamais lancé dans le monde pour un même type de contrat dans l’énergie renouvelable.C’est le ministre de l’industrie et des mines Abdeslam Bouchouareb qui l’a annoncé jeudi en marge de la cérémonie de signature de conventions de partenariat entre Sonatrach et deux groupes industriels publics. L’option de la sélection des soumissionnaires par l’approche prix du kwh était pressentie depuis le mois d’octobre dernier. "Pour diverses considérations tels que la baisse des coûts des équipements sur le marché international et le recours grandissant, à travers le monde, aux appels d'offres pour mettre en compétition les investisseurs et réduire le kwh produit à partir des énergies renouvelables, l'Algérie va recourir à ce mécanisme afin de protéger le consommateur en lui offrant une énergie propre et durable à un prix du KWh le plus bas possible", avait assuré Nourredine Bouterfa lors du salon des énergies renouvelables à Oran.

Les « feed in prices » entre parenthèses

L’autre option pour développer la production de l’électricité solaire, celle d’un prix du kilowattheure garantit par l’Etat algérien client, et possible depuis l’établissement d’une grille de « feed in prices » (prix garantis) en 2014, est donc mise entre parenthèse. Elle avait été critiquée par Abdelaali Badache ancien président du régulateur de l’électricité et du gaz (CREG), lors de son passage dans « l’invité du direct » de RadioM. L’expert indépendant avait jugé les prix garantis par l’Etat algérien trop généreux pour les futurs producteurs et ne tenant pas compte du chamboulement mondial de l’industrie du solaire depuis qu’elle a basculé en territoire chinois. Le prix de l’électricité solaire est devenu, selon A Badache, compétitif face à l’éolien dont la maturité industrielle est beaucoup plus ancienne. Il existait aussi la possibilité de réviser à la baisse le prix du kilowatt du « feed in price », le prix garantit par le client, mais le gouvernement a fait le choix du risque concurrentiel en allant vers un appel d’offres au moins disant. L’autre condition, l’industrialisation partielle des équipements des champs solaires en Algérie, leitmotiv depuis des années chez Nourredine Bouterfa, est prévue également dans le cahier des charges de l’appel d’offres adopté par le gouvernement. Sans toutefois plus de précisions, à ce stade, sur le niveau de coercition de cette condition sur les soumissionnaires.

Un programme très en retard

L’appel d'offres géant pour la génération de 4 GW d’électricité solaire s'inscrit dans le cadre du déploiement du Programme national de développement des énergies renouvelables, à travers lequel le gouvernement aspire à atteindre un niveau de production de 22.000 mégawatts d'énergie électrique renouvelable à l'horizon 2030, soit un taux de 37% de la production nationale globale d'électricité. Le gouvernement algérien est très en retard dans le déploiement de ce programme. Il va générer au mieux 375 MW d’électricité verte à la fin de l’année 2017. Le programme prévoit de livrer 4500 MW (4,5 GW) d’électricité d’origine renouvelable à 2020.

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

6 Commentaires

  • Un panneau PV à haut rendement coûte cher grâce à ses performances et à la qualité des onduleurs dont la durée de vie est respectivement supérieure à 20 et 10 ans! Le choix du moins disant signifie la porte ouverte aux traditionnels avenants et la bienvenue aux escrocs internationaux et à l'arnaque pour transformer le pays en un véritable dépotoir où seront fourgués des panneaux photovoltaïques non performants, déclassés ou qui n'ont pas trouvé preneur ailleurs pour non conformité aux normes et performances exigées!
    Quels sont donc ces laboratoires qui vont assurer le contrôle des panneaux depuis l'usine de fabrication ainsi que tous les équipements y afférant. L'achat groupé a montré l'ampleur de l'arnaque à travers des intermédiaires lors de l'achat des équipements des universités et centres de recherche. Il revient à l'acheteur de se démener auprès du fabricant avec lequel il n'a signé aucun contrat de garantie et vers lequel il sera orienté par l'intermédiaire qui n'endosse aucune responsabilité! Quant aux installateurs à une si grande échelle, seraient-ils sélectionnés par appel d'offre faute de professionnels locaux pour le faire?

    Rapporter Bensaad mardi 14 février 2017 17:13
  • Certains model de distribution d'électricité ne fonctionne plus au niveau économique car les couts relier a la distribution ( GRID) est exponentiel. La question des revenus de l'état est importante et doit être pris en considération mais les technologies de l'informations permettent aujourd'hui de décentraliser des activités de gestion électriques tout en conservant un model financier intéressant pour les parties impliqués. Rappeler vous les ordinateurs centralisés au virages de PC et des tablettes, du telephone fixe au portable

    Rapporter Victor Francour samedi 21 janvier 2017 14:22
  • Badache a déclaré:
    "la problématique industrielle n’a rien à voir avec le renouvelable. Il ne comprend pas pourquoi on ferait payer durablement au contribuable algérien des choix industriels précoces liés à la production locale des équipements dans un secteur en plein bouleversement dans lequel même les producteurs européens ont jeté l’éponge au cours des dernières années »
    L'argument de l'intégration (incompréhensible) est utilisé depuis 2009 pour retarder la transition énergétique. Cet appel d'offre sera l'arnaque du siècle!!!

    Rapporter Fakou samedi 21 janvier 2017 09:14
  • autant alors faire le projet pour 8000 ou 10 000 mw pendant qu'on y est !!!!!!!!!! on permettra au monopole etranger de faire des benefices mais pas a sonelgaz. !!!!!
    c'est triste

    Rapporter farsi vendredi 20 janvier 2017 22:20
  • Il etait temps de lancer ce projet. neanmoins, la strategie ne semble pas claire. on donc ajouter au monopole de sonelgaz un autre mais etranger !!!
    il aurait fallu faire jouer la competition entre partenaires etranger et impliquer les nationaux dans le processus industriel. Donner 4 000 MW a un seul operateur est une premiere mondiale qui nous imposera ses regles, ses reevaluations de couts, . si cet entrepreuneur depose son bilan dans son pays, les repercussions seront graves. le risque est enorme pour le pays.dans une analyse strategique l'evaluation des risques est vitale. encore un mauvais depart

    Rapporter farsi vendredi 20 janvier 2017 22:14
  • Je ne comprends pas la logique qui est derrière ce méga appel d'offre. Si on ne le fait pas ailleurs, c'est que ces gens doivent être plus bêtes que nous....

    Ailleurs, on lance de plus petits appels d'offres, l'expérience a montré que les nouveaux contrats sont toujours signés à des prix inferieurs que les précédents. On apprend des anciens contrats, on corrige les erreurs, on laisse murir la technologie et on essaye de donner du temps aux sous traitant locaux d'apprendre, voire de prendre le relais. L'exemple de l'autoroute est ouest n'a pas servi à grand chose. Nos voisins ont fait leurs autoroute par morceaux, leurs a coute 2 ou 3 fois moins cher et réalisés par les locaux. La preuve ? Haddad fait toujours de la tôle ondulée....

    Deuxio, les prix garantis n'ont de signification que pour les petites installations individuelles, ce qui n'a jamais pris en Algérie et je ne vois pas comment on aurait pu faire concourir des entreprise sur autre chose que le prix si les prix de rachat étaient garantis. Sur celui qui va rétrocéder la plus grosse chippa ?

    Rapporter Truc vendredi 20 janvier 2017 20:50
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - La Direction de la Sûreté nationale tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur de la contrefaçon locale

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau d'oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont parmi les produits fabriqués localement victimes de contrefaçon locale, ont relevé des représentants de la DGSN lors de la seconde journée du séminaire sur la contrefaçon.

Opep : la réunion du comité de surveillance se tiendra dans un contexte pétrolier délicat

Lors de sa dernière réunion à Vienne, en janvier dernier, le comité de surveillance redoutait le non-respect des quotas de production fixés ; aujourd’hui, c’est surtout l’augmentation des stocks mondiaux d’or noir, principalement sous l’effet de l’augmentation de la production américaine, qui l’inquiète.

L’Observatoire tunisien de l’eau met en garde contre l’aggravation du stress hydrique en 2017

Entre 2016 et 2017, les ressources en eau dans les barrages tunisiens sont tombées de 1,426 milliard de m3 à quelque 700 millions de m3 seulement, selon des chiffres rendus publics par le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, le 7 mars dernier devant l’Assemblée des Représentants du Peuple.