Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Algérie Presse Service
  • vendredi 20 janvier 2017 10:22

Algérie - Les 20 prochaines années, une ère de véritable développement pour l’énergie durable (Bouterfa)



L’Algérie est résolue à faire des 20 prochaines années une ère de véritable développement pour l’énergie durable, a affirmé le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa.

 

"Nous avons fixé des objectifs ambitieux et prometteurs pour les énergies renouvelables et nous sommes résolus à faire des 20 prochaines années une ère de véritable développement pour l'énergie durable", a souligné M. Boutarfa dans une interview au groupe britannique d’expertise économique, Oxford Business Group, publiée dans son rapport Algérie 2016.
Le ministre a rappelé que le programme national des énergies renouvelables prévoit l’installation d’une puissance de 47-51 TWh d'ici 2030, dont plus de 9 TWh d'ici 2020.
La phase initiale de ce programme a déjà été lancée et, depuis la fin de 2016, l'Algérie a une capacité de 343 MW répartis sur 14 wilayas, a-t-il relevé, soulignant qu’actuellement, 16 usines d'une capacité de 195 MW sont déjà fonctionnelles et fournissent de l'énergie renouvelable au réseau, et six autres le seront prochainement.
Ces premières usines ont permis d'identifier les contraintes et les défis qui peuvent survenir lors du développement de grands projets d'énergies renouvelables, a expliqué le ministre.
Il a souligné que le programme national de développement de l'énergie renouvelable permettra le développement à grande échelle, des installations renouvelables associées à une industrie nationale qui comprendra tous les éléments de la chaîne de valeur renouvelable, dont l'ingénierie, l'équipement et la construction.
"Nous accordons une attention particulière à la création des meilleures conditions pour atteindre les objectifs assignés à la nouvelle stratégie de développement des énergies renouvelables", a affirmé le ministre.
L'évaluation du secteur énergétique national a confirmé que l’Algérie possède les compétences et les capacités nécessaires, et c’est sur cette base que sa stratégie "visera à aider les entreprises participantes à se développer en leur garantissant un environnement propice à leur développement", a-t-il encore souligné.
M. Boutarfa a souligné qu’afin d'accélérer la mise en œuvre du programme, un appel aux investisseurs pour 4.000 MW en technologie solaire est finalisé par le secteur énergétique pour la mise en place des installations de production d'électricité à partir de sources renouvelables.
Il a précisé que l’appel permet aux investisseurs de construire des centrales pour l'énergie renouvelable sur des sites présélectionnés, ce qui facilitera les aspects procéduraux pour les investisseurs, et permettra d’accroître le rythme de mise en œuvre.
Des études sur la connexion de ces sites au réseau électrique sont en cours pour déterminer la capacité des centrales électriques à installer, a-t-il dit.
M. Boutarfa relève que ce mode de mise en œuvre exigera la recherche de partenariats internationaux "forts, bénéfiques et équitables" pour permettre à l'Algérie d'investir dans une véritable transition énergétique visant des modèles de production et de consommation "propres, rentables et durables".
En plus du mécanisme d'appel d'offres pour les investisseurs nationaux et/ou étrangers pour former des partenariats, un mécanisme spécifique d'enchères de quantités d'énergie renouvelable sera mis en place pour les investisseurs nationaux.
L’Algérie qui dispose de capacités importantes d’énergies renouvelables, solaire, éolienne et autres, a opté pour le développement de ce secteur dans la perspective de préservation des ressources fossiles, de diversification des filières de production de l’électricité et de contribution au développement durable.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • a CONDITION QUE LE PEUPLE VOTE bouteflika POUR UN 5 VOIR 6EME MANDAT

    Rapporter jair57 vendredi 20 janvier 2017 19:26
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: Grève générale dans tous les ports du pays les 26, 27 et 28 avril

  Cette décision a été prise à l’unanimité par le bureau exécutif élargi de l’UTICA consacré à l’examen du dossier des entreprises spécialisées dans l’amarrage, le désamarrage et la protection des navires ainsi que des différentes préoccupations des professionnels.

Algérie: le coût de réalisation des logements dans le Sud supérieur de 20% à celui des autres régions du pays

Le coût de réalisation d'un logement au Sud est estimé à 43.000 DA/m², contre 36.000 DA/m² dans les autres régions du territoire national.

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).