Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 22 Février 2018

  •   Akram Belkaïd (Paris)
  • vendredi 13 janvier 2017 07:39

Un tournant structurel majeur en cours: la Chine, locomotive mondiale du renouvelable (BLOG)




Cela pourrait constituer l’un des changements structurels majeurs de ce début de siècle. La Chine est en passe de devenir la locomotive mondiale en terme de politique en faveur des énergies propres tandis que les Etats-Unis risquent de prendre une voie opposée après l’élection de Donald Trump.



 Ce dernier, on le sait, estime que les causes habituellement avancées pour expliquer le réchauffement climatique sont une pure invention. Une invention, notamment chinoise, destinée à pénaliser l’économie américaine en restreignant ses marges de manœuvre en matière d’industrie et de production d’énergie.

Or, c’est bien l’inverse qui risque de se produire. En niant que l’activité économique est à l’origine du réchauffement climatique, Donald Trump risque de faire rater le coche à l’économie américaine en l’empêchant de s’adapter et de trouver des solutions innovantes.

Des investissements massifs

Il serait d’ailleurs intéressant de connaître la réaction du président américain après l’annonce par Pékin d’un programme d’investissement de 360 milliards de dollars d’ici 2020 dans les énergies renouvelables (solaire et éolien).


Selon la National Energy Administration of China, 13 millions d’emplois devraient être créés grâce à ce plan qui pourrait même être bouclé dès la fin 2018. Autrement dit, la Chine, qui est tout de même le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre (gez), se veut le champion planétaire des énergies renouvelables.


Les statistiques qui témoignent de cette ambition sont assez impressionnantes. L’ONG Greenpeace estime ainsi qu’en 2015, la Chine a installé l’équivalent d’une éolienne toutes les heures pendant 365 jours (8.760, si l’on fait le calcul). De même, en ce qui concerne les panneaux solaires, c’est la superficie d’un stade de football qui est installée toutes les heures, tous les jours de l’année.

On sait que la Chine est confrontée à d’importants problèmes de pollution urbaine qui ont un impact important sur les coûts en matière de santé mais aussi de ralentissement de l’activité économique. Il y a aussi le fait que ce pays doit multiplier les efforts pour assurer son approvisionnement pétrolier et gazier.


Ces deux facteurs expliquent l’engagement de Pékin pour les renouvelables. A cela s’ajoute aussi un calcul stratégique évident. S’assurer la haute main sur ces nouvelles technologies, c’est être capable de concurrencer les Etats-Unis dans leur position de géant économique mondial. Bien entendu, il y a quelques nuances à apporter à ce constat.


En Chine, comme ailleurs, les lobbies industriels demeurent actifs. Pendant longtemps, la pollution occasionnée, par exemple, par les centrales à charbon, a été appréhendée comme un dommage collatéral au bénéfice de la croissance.


A ce jour, les installations liées au charbon demeurent en surcapacité et Pékin ne peut prendre le risque social d’en décider le démantèlement brutal. Cela explique pourquoi ce pays ne se fixe pas (encore) d’objectifs en matière de réduction de la production d’électricité liée au charbon ou aux hydrocarbures. Mais le plan annoncé par la NEAC montre que c’est une substitution progressive qui s’enclenche.

Une bonne nouvelle

En tout état de cause, ce programme d’investissement est une bonne nouvelle pour la planète. Face aux inepties de Trump en matière de réchauffement climatique, la Chine donnera l’exemple à suivre.

Plus important encore, cela ne manquera pas de faire baisser les coûts de production et de rendre les énergies alternatives, on pense notamment au solaire, moins chères à produire. D’autres pays, comme l’Algérie ou ses voisins africains, auront aussi le choix entre plusieurs fournisseurs de technologie à défaut d’en devenir un eux-mêmes.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

En 2040, pétrole, gaz, charbon et énergies fossiles se partageront à égalité le marché énergétique mondial (étude)

Selon le BP Energy Outlook 2018, si la demande sur le pétrole et d’autres carburants liquides croîtra, elle devrait progressivement « ralentir avant de se stabiliser pendant les dernières années » de la période couverte par les prévisions la compagnie britannique. La consommation de charbon dans le monde s’amenuisera tandis que celle du gaz devrait croître considérablement.

La Directrice d'Amnesty Algérie sur Radio M: 2017 a été l'année de la répression des migrants et des ahmadites (audio-vidéo)

Pour la directrice d’Amnesty International Algérie, invitée hier sur les ondes de Radio M, « Donald Trump a libéré les discours de haine dans le monde ». Les perspectives sociales dans le monde sont sombres, a-t-elle déploré, rappelant que plus de 6 milliards d’êtres humains seront affectées par les politiques d’austérité dans les trois prochaines années.

La Tunisie est l’Etat maghrébin le mieux classé dans l’indice de perception de la corruption de TI pour 2017

Cet indice de Transparency International (TI) mesure la perception de la corruption dans le secteur public. Pour 2017, la Nouvelle-Zélande, le Danemark et la Finlande y occupent, respectivement, la première, la deuxième et la troisième place, tandis que la Syrie, le Sud-Soudan et la Somalie ferment le classement à la 178e, la 179e et la 180e position respectivement.