Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • mardi 10 janvier 2017 14:46

Algérie "Les tarifs garantis pour l'électricité d'origine renouvelable sont généreux"- A. Badache (audio)

Abdelali Badache, ancien président la Commission nationale de l’électricité et du gaz (CREG)/ ph: Youcef Abada

L'ancien président de la CREG a affirmé ce matin sur RadioM que l'Algérie devrait tenir compte de la restructuration du marché mondial du renouvelable qui a fait chuter le coût de l'électricité solaire en dessous de celui de l'éolien.

 

L’Algérie est actuellement l’un des pays où la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables est la plus rentable au monde, a déclaré, en substance, l’invité de RadioM,  Abdelali Badache, ancien président la Commission nationale de l’électricité et du gaz (CREG).

D’après lui, c’est le système du tarif minimum ou « Feed-in tariff », garanti par l’Etat algérien aux producteurs d’électricité à partir du renouvelable qui en est la principale raison. Mais pas la seule. Des changements survenus au niveau international, durant ces dernières années, ont eu pour effet de réduire les coûts de production des énergies renouvelables  au niveau mondial faisant des tarifs garantis par l’Etat algérien des tarifs « généreux,  en dépit de la dévaluation du dinar ».  Des tarifs qu’il juge d’ailleurs « trop généreux pour être maintenus ».

Baisse des coûts de production du renouvelable à l’échelle mondiale

Parmi les facteurs à l’origine de la baisse généralisée des coûts de production de ces énergies, il citera « la crise financière de 2008, la baisse brutale des prix du renouvelable en plus d’une restructuration l’industrie mondiale dans ce secteur ».

Il rappelle, à ce propos, que de nombreuses usines spécialisées dans cette industrie ont été fermées, puis récupérées par la Chine qui s’est retrouvée en possession de capacités gigantesques. L’intervention de la Chine sur le marché a été, d’ailleurs, pour beaucoup dans la baisse des tarifs, relève M. Badache qui note que, dans le cadre de cette évolution du marché, les tarifs garantis aux investisseurs en Algérie sont au-dessus de la moyenne.

L’autre changement constaté au niveau du marché du renouvelable c’est le fait que l’énergie solaire soit devenue plus compétitive que l’énergie éolienne. «Aujourd’hui,  le solaire devient moins cher que l’éolien alors que cette énergie était développée car c’était une technologie valable pour les pays nordiques et les pays européens où il y a davantage de vent que de soleil ».

M. Badache a signalé, en outre, que comme de nombreux pays, l’Algérie allait opter pour le modèle des appels d’offres  dans le domaine des énergies renouvelables au lieu de celui des Feed-in tariff, n’excluant pas, néanmoins, la cohabitation, dans une certaine mesure,  de ces deux modèles.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...