Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Avril 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • mardi 10 janvier 2017 14:46

Algérie "Les tarifs garantis pour l'électricité d'origine renouvelable sont généreux"- A. Badache (audio)

Abdelali Badache, ancien président la Commission nationale de l’électricité et du gaz (CREG)/ ph: Youcef Abada

L'ancien président de la CREG a affirmé ce matin sur RadioM que l'Algérie devrait tenir compte de la restructuration du marché mondial du renouvelable qui a fait chuter le coût de l'électricité solaire en dessous de celui de l'éolien.

 

L’Algérie est actuellement l’un des pays où la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables est la plus rentable au monde, a déclaré, en substance, l’invité de RadioM,  Abdelali Badache, ancien président la Commission nationale de l’électricité et du gaz (CREG).

D’après lui, c’est le système du tarif minimum ou « Feed-in tariff », garanti par l’Etat algérien aux producteurs d’électricité à partir du renouvelable qui en est la principale raison. Mais pas la seule. Des changements survenus au niveau international, durant ces dernières années, ont eu pour effet de réduire les coûts de production des énergies renouvelables  au niveau mondial faisant des tarifs garantis par l’Etat algérien des tarifs « généreux,  en dépit de la dévaluation du dinar ».  Des tarifs qu’il juge d’ailleurs « trop généreux pour être maintenus ».

Baisse des coûts de production du renouvelable à l’échelle mondiale

Parmi les facteurs à l’origine de la baisse généralisée des coûts de production de ces énergies, il citera « la crise financière de 2008, la baisse brutale des prix du renouvelable en plus d’une restructuration l’industrie mondiale dans ce secteur ».

Il rappelle, à ce propos, que de nombreuses usines spécialisées dans cette industrie ont été fermées, puis récupérées par la Chine qui s’est retrouvée en possession de capacités gigantesques. L’intervention de la Chine sur le marché a été, d’ailleurs, pour beaucoup dans la baisse des tarifs, relève M. Badache qui note que, dans le cadre de cette évolution du marché, les tarifs garantis aux investisseurs en Algérie sont au-dessus de la moyenne.

L’autre changement constaté au niveau du marché du renouvelable c’est le fait que l’énergie solaire soit devenue plus compétitive que l’énergie éolienne. «Aujourd’hui,  le solaire devient moins cher que l’éolien alors que cette énergie était développée car c’était une technologie valable pour les pays nordiques et les pays européens où il y a davantage de vent que de soleil ».

M. Badache a signalé, en outre, que comme de nombreux pays, l’Algérie allait opter pour le modèle des appels d’offres  dans le domaine des énergies renouvelables au lieu de celui des Feed-in tariff, n’excluant pas, néanmoins, la cohabitation, dans une certaine mesure,  de ces deux modèles.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Dans le Rif, une fronde persistante qui se radicalise politiquement

                                La tension reste toujours vive dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, où le ton des manifestations contre '"'la hogra'' et le ''Makhzen'', sept mois après la mort dans d’atroces conditions d’un poissonnier se radicalise prenant parfois des contours ''indépendantistes''.

Réponse à Slim Othmani (I) - Le Partenariat public-privé et le risque de prédation en Algérie

    L’article de Slim Othmani sur les «6 Syndromes Phobiques de l’Economie Algérienne» a inspiré au chroniqueur Abed Charef des réflexions en 4 parties dont nous commençons la publication aujourd’hui. Le premier article porte sur l'interdiction de fait du partenariat public-privé (PPP) qui constitue bien un handicap pour les entreprises algériennes. Mais, estime-il, l’introduire en l’état actuel des choses contient un...

Maroc: Le gouvernement El Othmani à l'épreuve des revendications syndicales

       Le vote de confiance des deux chambres du Parlement est déjà acquis au nouveau chef de Gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani. Il lui reste l'épreuve des centrales syndicales qui ont ferraillé dur contre l’ex-gouvernement pour rétablir le dialogue social.