Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 27 Mars 2017

  •   Aymen Zitouni
  • dimanche 4 décembre 2016 11:58

Un appel d'offres pour la réalisation d'une capacité de 4000 MW en énergie renouvelabe lancé début 2017 - Boutarfa

 Noureddine Boutarfa

 L'appel d'offres pour la réalisation d'une capacité de 4000 mégawatts (mW) en énergie renouvelables va être lancé au début de l'année 2017, a annoncé dimanche, le ministre algérien de l'énergie, Nouredine Boutarfa, à l'ouverture de la conférence sur l'énergie dans le cadre du Forum africain d'investissements et d'affaires qui se déroule à Alger depuis samedi.

 

L'Algérie a lancé un programme national prévoit la réalisation d’installations d’une capacité de 20.000 mégawatts dont 4.000 MWH mis en route d’ici 2025. Une capacité de 350 mW a été déjà installée a-t-il rappelé.

 M.Boutarfa a admis que les financements des équipements énergétiques étaient un problème majeur qui se dresse devant la promotion des énergies renouvelables et qu'il faut "solutionner" rapidement.

 Selon lui, l'approche la plupart la plus appropriées pour les énergies renouvelables en Afrique est celle de programmes portés par les Etats et impliquant tous les intervenants dans le secteur.  ''Cette approche doit inclure les groupe internationaux spécialisés dans la production des équipements énergétiques pour accompagner les industries sous-traitante locale''.

 Le programmé évoqué par le ministre avait été détaillé début novembre par la secrétaire générale du ministère de l’Energie, Fatma Zohra Talantiki. Elle avait indiqué que le plan national de 20.000 mégawatts entrait dans le cadre d’une stratégie reposant sur les composantes énergétiques et industrielles.

 "Cette stratégie a pour objectif, d’une part de contribuer à la préservation des ressources fossiles et d’ autre part, participer à l’émergence d’une énergie nationale du renouvelable, qui favorisera la transition énergétique et le développement durable" avait-elle souligné.

 Le programme est principalement axé sur le développement des installations des énergies renouvelables, qui touchent tous les éléments de la chaine de valeurs notamment l’engineering, la fabrication des équipements et la construction.

 Fatma Zohra Talantiki a indiqué qu'à la fin 2016, l’Algérie comptera une capacité de 343 mégawatts répartis à travers 40 wilayas. Actuellement 16 centrales d’une capacité de 195 mégawatts sont déjà fonctionnelles et injectent de l’énergie d’origine renouvelable dans le réseau.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Rocambolesque revirement sur le dossier des importations après plusieurs jours d’embargo

  La Banque d’Algérie a autorisé la domiciliation des opérations d’importations de produits destinés à la revente en l’état. Ce revirement intervient moins d’une semaine après la suspension décidée par le ministre du commerce Abdelmadjid Tebboune.

OPEP et NON OPEP trancheront en avril sur la reconduction de l’accord sur la réduction de la production

  Les membres du comité ministériel de suivi des accords OPEP et non OPEP, réunis au Koweït se prononceront en avril prochain sur la reconduction ou non de l’accord sur la réduction de leur production.

Maroc: Pour pouvoir former le gouvernement El Othmani a cédé et fait le contraire de Benkirane

                                           Saad Eddine El Othmani a rapidement dénoué le blocage dans lequel s’empêtrait son prédécesseur Abdelilah Benkirane. Il a choisi de céder : l’USFP fera partie du gouvernement, l’Istiqlal reste dehors.