Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

  •   Maghreb Emergent
  • samedi 12 novembre 2016 10:32

COP22 : 33 milliards USD d’investissements/an pendant 20 ans sont nécessaires pour développer l’énergie solaire en Afrique

 L’Afrique a un potentiel de 1 000 gigawatt en énergie solaire. Or le continent ne dispose que de 1 % de ce type d’énergie renouvelable dans son réseau.

 

Pour que le solaire se développe véritablement sur le continent africain, il faudrait 33 milliards de dollars d’investissements par an pendant 20 ans, selon un conte-rendu de la Banque africaine de développement (BAD) d’une conférence sur la problématique du changement climatique spécifique à l’Afrique organisée au deuxième jour de la COP22 à Marrakech.

« L’Afrique a un gros potentiel en énergie solaire, un potentiel de 1 000 gigawatt », a indiqué Charles Cormier, directeur de l'énergie pour la région du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord à la Banque mondiale, cité par la BAD. Or le continent ne dispose que de 1 % de ce type d’énergie renouvelable dans son réseau. Et « sur les prochaines décennies, il y aura un grand besoin », a-t-il affirmé.

Pour lui, il faut « maintenant rassurer les investisseurs pour qu’ils se lancent dans le secteur. Pour cela, il faut voir comment aider les pays à s’assurer qu’ils ont un environnement attrayant. En amont, on peut faire quelques projets pour commencer ». La baisse de 60 % du prix du solaire sur les cinq dernières années est un avantage.

Le problème, ont argué certains experts, est le manque de projets bancables ; des investisseurs africains sillonneraient l’Afrique à la recherche de projets de ce type sans en trouver. C’est pourquoi, lesdits experts préconisent un mouvement global et dynamique, comme cela a été le cas avec la révolution de la téléphonie mobile. « La révolution solaire ne se fera pas toute seule. Des pays ont pris une bonne avance, tout le monde peut suivre », ont suggéré les experts présents, citant le Sénégal en exemple.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 12 millions de tonnes de produits sidérurgiques par an à l'horizon 2020

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre  principaux producteurs. Il s’agit des groupes public Imetal , le groupe turc Tosyali  ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia  et SPA Maghreb tubes.

Le FMI récolte 450 milliards de dollars pour maintenir sa capacité de prêt

Les emprunts bilatéraux constituent la troisième ligne de défense importante du FMI après les quotes-parts et les nouveaux accords d’emprunt.

Algérie : Le ralentissement du marché de l’automobile relance l’industrie des deux roues

Le constructeur public de cycles et motocycles CYCMA Guelma compte de, son côté, saisir cette opportunité pour revenir sur le marché algérien après une période d’arrêt.