Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Février 2017

  •   Hani Ghoualmi
  • vendredi 25 décembre 2015 18:35

Climat - "Plus personne aujourd'hui ne conteste l'urgence à agir" Gilles Luneau sur Radio M (vidéo)

La grande nouveauté de cette 21e Conférence sur le Climat, tenue à Paris du 30 au 12 décembre, est la reconnaissance du réchauffement climatique et de son ampleur, a commenté Gilles Luneau, journaliste français spécialiste du climat,  invité de l'émission “L’entretien” de la webradio Radio M.


 

La grande différence de la COP21 avec les précédentes conférences sur le climat est  le “changement d’état d’esprit de tous les camps (états riches, états en développement, les ONG, et les lobbys pétroliers) ”, relève le journaliste dans "L'entretien".

Mis à part les quelques mauvais élèves à l’image du Venezuela et l’Arabie Saoudite, Gilles Luneau estime qu’il y a eu l’émergence d’une bonne volonté de la part de tous les Etats. “Aucun pays ne conteste aujourd’hui le réchauffement climatique, son ampleur et l’urgence à agir”, estime-t-il.

Après une année de préparation ‘’tous les pays sont venus avec leurs engagements" pour que chacun contribue à diminuer l’émission de dioxyde de carbone dans l’objectif de ‘’quitter l’énergie fossile avant 2050”, explique le spécialiste des questions climatiques.

 Sauter la case pétrole

Pour les pays du Sud cette prise de conscience devrait se traduire par la volonté de surpasser ‘’la case industrielle pétrolée-charbonnée pour aller directement vers les énergies renouvelables‘’.

Toutefois, cette étape ne peut se faire sans l’aide d’un transfert de technologie et d’assistance de la part des pays riches, estiment les états en développement.C’est dans ce sens qu’a été créé le Fond vert d’ un milliard de dollars.

Ce Fonds est destiné à soutenir les efforts des pays qui n’ont pas les moyens pour s’adapter au changement climatique  détaille Gilles Luneau. Il est composé de deux volets : un volet d’atténuation qui concerne tout ce qui est transition énergétique et un volet d’adaptation relevant des politiques publiques telles que la reconstruction des immeubles, routes et ponts pour cause de montée des eaux.

Des conséquences climatiques déjà observables au Maghreb 

La montée des eaux de la mer ne menace pas uniquement les iles, elle concerne déjà la ville d’Alger, observe Gilles Luneau. ‘’J’ai appris qu’un petit bout d’un quartier d’Alger avait déjà les pieds dans l’eau et que très discrètement on a commencé à reconstruire ailleurs ”, souligne-t-il.

La montée des eaux toucherait aussi, selon le site de projection, une nappe phréatique du Sahara, située entre l’Algérie et la Tunisie. ‘’J’ai découvert ça (la remonté du niveau de la nappe phréatique) en préparant la formation pour les confrères journalistes Algériens… Il faudrait à présent creuser la question du pourquoi avec les scientifiques du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) “pour avoir des données plus précises”.

L’accord Union Européenne/Maroc annulé par la justice européenne

L’ami et collègue du député européen José Bové est revenu en fin d’émission sur la récente décision de la Cour européenne de Justice d’annuler l’accord de libre échange entre l’Union européenne et le royaume du Maroc.

Après deux ans de bataille de la part du député écologiste qui contestait l’inclusion dans l’accord du Sahara occidental, toujours sous un statut de protection de l’ONU, “la cour européenne de justice a  annulé l’accord pour vice de forme". L’information a été peu reprise par les médias, sauf sur Global Magazine, le journal en ligne fondé par Gilles Luneau.

Extraits vidéo : http://bit.ly/1Jz9h6L


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • M Luneau parle de la corde dans la maison d'un pendu....

    Il ne sait pas que le fond de commerce de l'Algérie sont les énergies fossiles et qu'on est en crise parce qu'ils se vendent mal ?

    Rapporter Truc vendredi 25 décembre 2015 20:11
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - La production industrielle globale a baissé de 7,5% au cours de l’année 2016 (INS)

  La production industrielle tunisienne a enregistré une baisse de 1,8% au cours du quatrième trimestre de l’année 2016, ajoute l’Institut national de la statistique.

Tunisie - La hausse des prix des matériaux de construction a fait augmenter les prix de l’immobilier (OBG, document)

En Tunisie, indique une étude du Centre for Affordable Housing Finance in Africa (CAHF), le secteur du logement rapporte 3% des recettes publiques, par le biais d’une combinaison de taxes foncières et locatives, de taxe à valeur ajoutée sur les nouvelles constructions et d’impôts fonciers locaux.

Maroc - Les crédits au secteur immobilier ont progressé de 5,1% fin 2016 en glissement annuel

Ce résultat succède à une hausse de 5,5% un an auparavant, précise la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) relevant du ministère marocain de l’Economie et des Finances.