Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 30 Mai 2017

  •   Selam Kasmi
  • vendredi 18 décembre 2015 09:40

Intégrer l’électricité verte algérienne au réseau européen lors de la renégociation de l’accord d’association (Tewfik Hasni) [Vidéo]

L’électricité produite à partir du solaire hybridé avec du gaz torché peut être compétitive en Europe. Et celle-ci doit participer au financement du transport et des interconnexions électriques depuis le sud de l’Algérie ; propose Tewfik Hasni.

 

« L’électricité verte algérienne a toute sa place sur le marché électrique européen », a estimé M. Tewfik Hasni, consultant en transition énergétique, lors de son passage à l’émission « l’Entretien », de Radio M. La révision de l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union Européenne doit être l’occasion de négocier l’introduction de l’électricité verte algérienne dans le réseau électrique européen : « nous devrions revoir cet accord d’association sur la base d’un meilleur équilibre », a-t-il dit en proposant la négociation du financement des interconnexions électriques depuis les centrales solaires hybrides du sud algérien jusqu’aux points d’entrée de l’Europe ( Espagne, Italie, Corse), en passant par les villes algériennes du Nord.

Avec le photovoltaïque l’Algérie n’atteindra pas les 40% d’électricité verte visés

L’Algérie qui a projeté de produire 40% d’énergie électrique d’origine verte à l’horizon 2030, est loin de pouvoir atteindre cet objectif selon M Tewfik Hasni, car l’Algérie a réorienté ses investissements de génération électrique de source renouvelable vers le photovoltaïque à plus de 50%. « Avec cette configuration, l’Algérie ne pourra jamais atteindre son objectif de 40% d’énergie électrique d’origine verte », estime-il. Pour le consultant en transition énergétique, le lancement récent d’une unité de production de l’électricité solaire à partir du photovoltaïque d’une capacité de 1.1 mégawat est un recul, compte tenu des besoins et du programme tracé ; 22 gigawatts en 15 ans. En effet la centrale solaire thermique (CSP) hybride (gaz naturel) inaugurée en 2011 à Hassi R’Mel développe déjà une capacité de production électrique de 25 mégawatts de source solaire. « Il était prévu de s’appuyer sur le retour d’expérience de cette première centrale solaire thermique pour en réaliser trois autres sans hybridation. 60 millions de dollars d’aide ont été obtenu pour ces projets » expliqueTewfik Hasni, qui déplore l’abandon de la génération électrique à partir du solaire thermique concentré au profit du photovoltaïque. Il considère que l’argument du coût élevé du CSP est frauduleux. « Le prix de cession de l’électricité de la centrale solaire thermique de Hassi R’Mel, est de l’ordre 3.5 dinars le kw/h, tandis que les prix appliqués par Sonelgaz (subventionnés), sont de l’ordre de 4 dinars, ce qui reviendrait à 10 dinars sans subventions. Ou est la cherté du kw/h solaire thermique ? », s’est-il interrogé, en ajoutant « le temps de production d’un champ solaire photovoltaïque est réduit par rapport à celui d’une centrale solaire thermique hybridée avec du gaz » Tewfik Hasni insiste sur l’utilisation du « gaz torché » dans les centrales hybrides, ce qui permettrait à la fois d’ « utiliser un gaz déjà brulé, de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, et d’économiser la taxe de 8 dinars pour le mètre cube brulé », a-t-il expliqué.

Extraits vidéo : http://bit.ly/1QwN0hB


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Bonjour merci pour cette excellente interview de Mr Tewfik Hasni, jai la même analyse que lui je suis moi même un spécialiste du Solaire Thermodynamique que Jai du mal a développer en Algérie. Pouvez vous m'aider a rentrer en contact avec lui . Je suis baser en France voici mon site:
    http://www.ecotechenergy.net
    Merci a bientôt

    PS: la vidéo a un problème de son au de 28minute

    Rapporter BEL RACHID vendredi 18 décembre 2015 23:49
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP revendique un nouveau Tebboune tous les mercredis

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vous approuvez cet objectif car il permettra d’effacer le déficit commercial ? - 28.8%
Vous considérez que c’est un objectif non raisonnable car il va créer de la pénurie et de la récession ? - 28.8%
Vous pensez que le vrai objectif du gouvernement est de maintenir coute que coute les réserves de change au-dessus de 100 milliards de dollars ? - 33.4%

Total votes: 860

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie - Le déficit de la balance courante s'est fortement aggravé et atteint 4,1% du PIB

  Le déficit commercial s’est aggravé, à fin avril 2017, pour se situer à 4,31 milliards de dinars, contre 3,30 milliards de dinars en avril 2016, selon le rapport de la Banque centrale de Tunisie sur les “évolutions économiques et monétaires”, publié en mai 2017.

Algérie - Les milliards de dollars d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.

Algém6rie - Les 15 milliards d'investissements du saoudien Radyolla dans le phosphate n'étaient que du vent

Ce qui devait être un méga-investissement saoudien de 15 milliards de dollars dans le secteur des phosphates et qui a été présenté, l'espace d'un moment fugace comme un gros succès de Abdeslam Bouchouareb n’était que du vent, révèle une enquête de Tariq Hafid, publiée aujourd'hui dans Le Soir d’Algérie.