Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 24 Février 2018

  •   Aymen Zitouni
  • mercredi 17 janvier 2018 09:37

Algérie-Les augmentations des prix à la pompe n’ont pas eu d’effets majeurs sur la consommation des carburants

 

La consommation des carburants a légèrement baissé en  2016/2017 après plusieurs années de croissance continue. Une baisse qui s’explique par les augmentations des prix à la pompe mais aussi par la baisse des importations de véhicules.

 

Les augmentations des prix à la pompe décidées depuis  2016 n’ont eu qu’un effet limité sur la consommation des carburants. Selon les chiffres de l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH),  la consommation nationale des carburants terre a certes connu une baisse après des années de croissance. Mais est restée minime. La consommation des carburants à fin 2016 a atteint 14,9 millions de tonnes contre 15,3 millions de tonnes en 2015, soit une baisse de 2,6% (moins de 400.000 tonnes).

Les chiffres les plus récents de l’ARH remontent à octobre 2017 où la consommation des dix derniers mois de l’année dernière avait atteint 12,188 millions de tonnes, soit une baisse de 2% par rapport à la consommation de la même période de l’année 2016 (12, 437 millions de tonnes).

En 2016, le gasoil qui représentait 69% de la consommation nationale des carburants n’a baissé que de 2,8%, les essences (28 ,7% du mix carburants) de 3,6% alors que celle du GPL-c (2,4% du mix carburants) a bondi de 21%.La même tendance est enregistrée durant les dix premiers mois de l’année 2017, avec -2,6% pour le gasoil, -3% pour les essences et +28,8% pour le GPL-c.

L’ARH explique cette baisse de la consommation par l’augmentation des prix à la pompe des essences et du gas-oil  (le GPL-c maintient un prix constant de 9 DA/litre) mais aussi par la baisse des importations de véhicules.

Car, il faut souligner que les importations de véhicules ont subi un sévère tour de vis ces trois dernières années après avoir culminé à plus de 600.000 unités en 2012.

La tendance à la hausse du parc automobile est restée quasiment stable durant la période, profitant à la fois de l’apport des unités d’assemblage de véhicules et des stocks accumulés qui ont été libérés progressivement sur le marché.  

A titre d’exemple, en 2016, le parc national automobile a continué d’augmenter de plus de 300.000 immatriculations dont 192 171 immatriculations de véhicules neufs, alors que les importations ont atteint près 98 000 unités.

Pour rappel, l’Algérie ne produit pas la totalité de sa consommation en carburants. Le déficit qui est de l’ordre de 3 millions de tonnes est comblé par l’importation qui a avoisiné les 2 milliards de dollars en 2017.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • M. Nour Meddahi
    j'ai pour le Chercheur M Meddahi un respect profond et irreversible mais je crois que le Nour algérien (interprétation "politique" des données statistiques" ) a pris la place de l'Economiste universel ,
    Je vous propose:
    1) sans utilisation de modèle stat (previsions) et macro, le scientifique Noor n'a pas le droit de proposer des conclusions , comme "une baisse de 8 % " et , camarade !, Quid de la moyenne mobile 3 ou 5 ans avant de se prononcer sur une baisse de la consommation , baisse totalement illusoire et fausse
    2) la théorie et l'expérience statistique de l'économie la plus transparente (les USA leur DOE leur IEA leurs Etats ...) nous ont permis depuis 50 ans d'apprécier l'élasticité prix-demande . Ces élasticités sont claires et valables pour l'ensemble des Economies mondiales ( OCDE ou Asie ou ... Afrique ou ... les modèles macro ou stat sont similaires , a quelques paramètres prés.
    Ce serait une insulte que de vous rappeler que
    - l'élasticité A COURT TERME de la consommation energetique n'est pas affectée par la variation des prix de l'energie
    -l'élasticité A LONG TERME de la consommation energetique est structurellement affectée par la variation des prix de l'energie.

    Hormis ces remarques , merci de considérer que l'Etat Rentier Algérie est Totalement et Irréversiblement foutu (sauf si Zeus !)avec la fin des 60 ans Kondratchieviens (ou post indépendance). La task force de Sell All (le grand PATRIOTE qui eut omis de faire son service !) , bidon tout comme le "pseudo modèle Excell" du gars bougiotte du labo de Marseille St Charles

    A quand les Jeunes Algériens qui prendront la releve des Chouhadas de Kabylie, des Aures et du reste de l'Algérie.

    Dr Benmégatel (Lycée H IV , Mines, IFP , ISUP, Dr Eco, et l'expérience en UE Algérie et Afrique)
    Mais vive Toulouse la belle cité de la Garonne et du prix Nobel

    Rapporter kefaifi ali mercredi 17 janvier 2018 19:49
  • Donc, en somme, le parc de voitures a augmenté de 5,5% et la consommation de carburants a diminué de 2,6% (ce qui donne les 8% de M Medahi) et l'ARH (ou l'auteur de l'article ?) arrive à la conclusion :
    " Les augmentations des prix à la pompe décidées depuis 2016 n’ont eu qu’un effet limité sur la consommation des carburants"...

    Bien vu...

    Rapporter Heureusement que le ridicule.. mercredi 17 janvier 2018 18:08
  • Il faut arrêter de dire et d’écrire n’importe quoi. L’augmentation des prix de l’énergie a eu un effet baissier très important, voire ENORME pour le carburant. Voici les taux d’accroissements (en %) de la consommation nationale d’énergie, d’électricité, de gaz et des produits pétroliers. Les taux de 2016 sont les plus faibles depuis 2002 et de très loin, surtout depuis 2011 année des augmentations massives des salaires.

    Année Conso. Totale Electricité Gaz Prod. Pétroliers
    2002 8,1 5,8 2 11,7
    2003 9,2 7,4 11,9 9,7
    2004 4,9 4,4 -7,1 2,5
    2005 5,3 5,3 7,9 3,1
    2006 4,9 5,7 -2,3 4
    2007 7,1 1,9 5 11,2
    2008 6,4 6,2 2,8 11,8
    2009 6 1,7 10,8 7,7
    2010 2,4 1,7 -1,4 -0,5
    2011 7,4 7,6 9,1 10,4
    2012 10 10 12,4 11,5
    2013 6 5,8 8,8 5,7
    2014 5 6,5 6,1 5,6
    2015 7,8 9,6 9,3 6,6
    2016 1 4,3 3,3 -2,8

    Il faut aussi tenir compte du nombre de véhicules du parc augmente chaque année. La baisse de consommation de carburant par véhicule est proche de 8% !!!!!!

    Certains n’aiment pas voir cette réalité ! Pourquoi ??? Il faut continuer les investissements de fous de Sonelgaz et autres…

    Nour Meddahi

    Rapporter Nour Meddahi mercredi 17 janvier 2018 14:37
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Le pain, le lait, le mini krach boursier de Wall Street et les paris de 2018

La chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan traite de la cacophonie sur les subventions et le sens du mini krach boursier qui menace le capitalisme mondial. 

Algérie : Des stations de péage de l’autoroute est-ouest seront livrées en octobre prochain

    Le gouvernement a réservé une rallonge financière pour la prise en charge des travaux supplémentaires du projet de l’accès entre Mascara et l’autoroute est-ouest.

Le Maroc fera partie des cinq pays d'investissement de la BERD

Le président de la BERD, Suma Chakrabarti a souligné que sa banque est engagée et prête à continuer à soutenir le Maroc.