Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Maghreb Emergent
  • samedi 28 octobre 2017 09:40

Algérie : La consommation locale en pétrole a doublé entre 2010 et 2017 (ministre)

L'Algérie produit près de 11,5 millions de tonnes de carburants par an, tandis que le volume de consommation a atteint 15 millions de tonnes, la différence de l'ordre de 3,5 millions de tonnes étant importée avec une facture dépassant 1 milliards USD par an.

 

La consommation locale en pétrole est passée de près de 210.000 barils en 2010 à 420.000 barils en 2017, a indiqué le ministre de l’Energie Mustapha Guitouni à la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) dans le cadre de l’examen des dispositions du projet de loi de finances (PLF) 2018.

Selon l’APS qui a rapporté ses propos, le ministre a également fait savoir qu’en matière de gaz naturel, la demande nationale a enregistré une légère hausse au cours des neuf (9) premiers mois de 2017, la consommation des différents clients ayant atteint 31 milliards de mètres cubes, soit une augmentation de 3% par rapport à la même période de 2016, a précisé le ministre.

Le ministre a souligné que pour satisfaire les besoins de plus en plus croissants du marché national en matière de produits énergétiques, le secteur tend à développer l'activité de transformation à travers le parachèvement du programme de réhabilitation et de modernisation de la raffinerie d'Alger, la réalisation de deux nouvelles raffineries à Hassi Messaoud et Tiaret et de nouveaux complexes pétrochimiques.

Rationaliser la consommation

Dans ce contexte, M. Guitouni a mis en avant la nécessité de rationaliser la consommation des matières énergétiques produites localement et de les exporter, relevant que l'Algérie produit près de 11,5 millions de tonnes de carburants par an (essence, gasoil et kérosène), tandis que le volume de consommation a atteint 15 millions de tonnes, la différence de l'ordre de 3,5 millions de tonnes étant importée avec une facture dépassant 1 milliards USD par an.

S'agissant des augmentations dans les prix des carburants proposés dans le PLF 2018, et leurs répercussions sur le pouvoir d'achat des citoyens, le ministre a indiqué que ces légères augmentations n'auraient pas un grand impact sur l'inflation ou sur le pouvoir d'achat du citoyen, soulignant que la différence de prix dans le secteur agricole sera pris en charge par le fond de soutien à l'agriculture.

Le ministre de l’Energie a insisté sur la nécessité d'orienter vers l'utilisation du "Sirghaz", affirmant que ce type d'énergie aura un effet positif sur l'environnement et sur le citoyen eu égard de son prix par rapport au prix des carburants.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • L'augmentation des prix du carburant aurait le mérite de juguler la contrebande de ce produit aux frontières de l'Est et surtout de l'Ouest représentant une enveloppe budgétaire annuelle de 2 milliards de dollars comme perte sèche.

    Rapporter Hafraoui samedi 28 octobre 2017 20:03
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...