Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent avec Agences
  • vendredi 27 octobre 2017 17:55

Le pétrole au-dessus de 60 dollars à Londres, une première depuis 2015

 

Le marché pétrolier est en hausse. Le Brent évolue au-dessus de 60 dollars le baril, soutenu par les anticipations de prolongation de l'accord entre pays producteurs sur l'encadrement de l'offre mondiale.

 

Vers 16H25 GMT (18H25 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 60,25 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 95 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance prenait 1,09 dollar à 53,73 dollars. Le Brent a atteint 60,53 dollars vers 16H00 GMT, son plus haut niveau depuis juillet 2015, tandis que le WTI a touché 53,93 dollars vers 15H15 GMT, son plus haut depuis sept mois.

Selon les experts, les prix du pétrole ont été soutenus par les anticipations des pays producteurs sur l’équilibrage de l’offre mondiale. L’Arabie Saoudite, le chef de file de l’Organisation des pays exportateurs du pétrole (OPEP), a confirmé sa volonté de respecter le plafond de production jusqu’à fin 2018.

Les pays de l’OPEP et ses partenaires ont réduit leur production en septembre dernier au-delà de leurs engagements, atteignant un taux de conformité de 120%. Ce taux "souligne à nouveau l'engagement résolu des pays producteurs participants à coopérer pour rééquilibrer le marché", selon le Comité ministériel conjoint de suivi de l'accord de réduction de la production pétrolière des pays de l'Opep et non Opep (JMMC) qui s'est déclaré "satisfait des résultats globaux et a encouragé tous les pays participants à poursuivre sur la voie de la conformité, au bénéfice des  producteurs et des consommateurs".

Lecture positive des données du DoE

Par ailleurs, les marchés semblent désormais opter pour une lecture positive des données hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE) publiées mercredi. "Les réserves d'essence des Etats-Unis ont reculé plus que prévu, après quatre semaines de hausse. Les stocks sont désormais moins élevés qu'en 2015 et en 2016 à la même période. En revanche, les réserves de brut augmentent et la production rebondit très vite, après avoir été perturbée par les ouragans cet été", ont commenté les analystes de Capital Economics.

Dans ce contexte, les investisseurs regarderont attentivement les prochaines données sur le marché américain, publiées par l'entreprise Baker Hughes après la clôture américaine. "Le décompte des puits actifs de Baker Hughes donnera un nouvel indice sur l'état du marché mondial", a commenté Sam Sinclair, analyste chez Inenco.

Notons que la Banque mondiale prévoit dans son dernier rapport que les cours du pétrole atteindront les 56 dollars le baril en 2018, contre 53 dollars en 2017. "Le baril de pétrole devrait atteindre 56 dollars en 2018, sous l'effet de l'augmentation constante de la demande, des accords entre exportateurs sur une diminution des volumes de production et de la stabilisation de l'extraction d'huile de schiste aux États-Unis", note le rapport de la banque mondiale publié cette semaine.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...