Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Algérie Presse Service
  • vendredi 27 octobre 2017 14:51

L’Algérie va consacrer 78 milliards USD à l'investissement dans les hydrocarbures durant la période 2017-2021

Le secteur de l'énergie a tracé pour la période 2017-2021 un programme de développement ambitieux en vue de satisfaire les besoins du marché national en matière de produits énergétiques et augmenter les recettes des exportations.

 

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, a indiqué jeudi à Alger, qu'une enveloppe de 78 milliards de dollars sera consacrée à l'investissement dans les hydrocarbures durant la période 2017-2021, précisant que la majorité de ces investissements seront destinés à la prospection et à l'exploration.

Le secteur de l'énergie a tracé pour la période 2017-2021 un programme de développement ambitieux en vue de satisfaire les besoins du marché national en matière de produits énergétiques et augmenter les recettes des exportations, a indiqué M. Guitouni devant la commission des Finances et du budget à l'Assemblée populaire nationale (APN) dans le cadre du débat sur les dispositions du projet de loi des Finances (PLF) 2018.

Ce programme a pour objectif d'élargir l'activité d'exploration en vue d'augmenter les réserves d'hydrocarbures et améliorer l'exploitation des champs pétroliers et gaziers ce qui renforcera, à moyen et long termes, la production nationale en hydrocarbures, a ajouté le ministre.

Le ministre a souligné que pour satisfaire les besoins de plus en plus croissants du marché national en matière de produits énergétiques, le secteur tend à développer l'activité de transformation à travers le parachèvement du programme de réhabilitation et de modernisation de la raffinerie d'Alger, la réalisation de deux nouvelles raffineries à Hassi Messaoud et Tiaret et de nouveaux complexes pétrochimiques.

La société Naftal a prévu, dans le but d'améliorer la qualité des services, la réalisation de plusieurs centres de stockage ainsi que de nouvelles stations de distribution des produits pétroliers, a ajouté M. Guitouni.

Faire face à la demande croissante en électricité

Par ailleurs, et pour faire face à la demande croissante en électricité, le ministre a indiqué que les capacités de production d'électricité en Algérie avaient connu une augmentation sensible atteignant 18.000 mégawatts fin août 2017, soit une augmentation de 4% par rapport à la même période de 2016.

Le secteur poursuivra le développement des capacités de production d'électricité, notamment avec l'entrée en service de nouvelles stations à l'horizon 2021, d'une capacité totale de 12.400 mégawatts, a fait savoir M. Guitouni. 

Le secteur poursuivra également ses efforts d'alimentation en électricité à travers l'ensemble du territoire national, et compte augmenter le taux de raccordement au gaz de 56% à 65% à l'horizon 2019, poursuit le ministre.

M. Guitouni a affirmé que le programme de développement des énergies renouvelables se poursuivra avec la réalisation de 4.000 mégawatts à l'horizon 2021, outre la promotion de la rationalisation de l'énergie à travers la généralisation des techniques d'efficacité énergétiques au niveau des habitations et des infrastructures.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Mais elle va ramener d'où cet argent ?

    Ils n'ont pas dit pas de financement extérieur ?

    Rapporter pixies samedi 28 octobre 2017 10:22
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...