Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Novembre 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • mardi 17 octobre 2017 13:09

"Le pétrole terminera l’année à 58 dollars", selon Mourad Preure (Audio-Vidéo)

 « Le schiste américain va être la variable d’ajustement du marché pétrolier mondial durant deux ans », estime l’expert.

 

« Les prix du pétrole vont terminer l’année autour de 58 dollars US », a déclaré lundi, le professeur Mourad Preure lors de son passage à l’émission « L’Invité du Direct » de Radio M.

L’expert en énergie considère qu’en réalité, les anticipations sur les prix du pétrole « sont fondées sur une observation stricte de l’actualité et les jeux d’acteurs ». Il se base pour étayer ses prévisions sur la baisse du montant des investissements dans le secteur pétrolier au cours de ces dernières années.

Il explique le choc pétrolier attendu entre 2020 et 2025 par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), par l’augmentation de la demande sur les énergies fossiles ajoutant que cet organisme international a réévalué la demande pétrolière  pour 2017 à 98 millions de barils par jour et à 99,4 millions de barils par jour en 2018.

Le professeur Preure a souligné, d’autre part, que les pétroliers savent que les ressources fossiles du monde entier ne peuvent pas produire plus que 100 millions de barils par jour, ajoutant que selon d’autres données internationales, la production mondiale peut atteindre les 115 millions barils par jour d’ici 2030.

Par ailleurs, l’invité de Radio M a indiqué que « le schiste américain va être la variable d’ajustement du marché pétrolier mondial durant deux ans (2018 et 2019), ensuite il sera intégré aux marchés ». Cette crise des prix du pétrole « est un des éléments de la recomposition géopolitique, actuellement en cours. C’est aussi un argument de négociation pour les différentes puissances », a insisté le professeur Preure.

L’effet Saudi Aramco

L’effet de la chute des prix du pétrole n’a pas épargné les plus grands. L’Arabie Saoudite, plus important membre de l’Opep en termes de production, se retrouve en difficultés financières avec un déficit budgétaire important durant les trois dernières années. Mourad Preure a déclaré qu’il avait déjà prévu que ce pays « va ouvrir le capital de sa plus grande compagnie pétrolière aux investisseurs étranger à hauteur de 5%, parce que sa capitalisation boursière dépend des prix des réserves ».

Cela veut dire que « si le prix du pétrole baisse, les prix des réserves Saoudiennes baisseront,  et que  les actions de l’Aramco ne coûteront pas cher ». Cet effet va pousser les autorités saoudiennes à « s’orienter vers une politique de défense des prix et non pas de défense des parts de marché ». Et d'ajouter: « Toutes les guerres des prix que l’Arabie Saoudite a menées  se sont terminé par des échecs ».

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Les Yaici et "Saida", persévérance d’une famille et grandeur d’une marque

  Le groupe Saida, qui active aujourd’hui dans l’agroalimentaire sous la direction de Samir Yaici, prend de l’ampleur et étend sa présence dans le marché chaque jour un peu plus. Ses mots d’ordre ? La qualité et l’originalité.

"L’Algérie résiste mieux que les autres pays africains à la crise pétrolière" (rapport)

Il est prévu que la situation soit moins inconfortable pour l’Algérie, dans les mois à venir.

"Le décret relatif au projet des 4000MW est illégal"-Badache (Audio-vidéo)

Le ministère de l’énergie n’a pas respecté son devoir d’impartialité en désignant Sonatrach et Sonelgaz pour participer au projet, selon M. Badache.