Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Algérie Presse Service
  • dimanche 15 octobre 2017 19:13

Algérie : Rachid Nadil installé à la tête de de Naftal en remplacement de Hocine Rizou

 

Le Conseil d’administration de la Société nationale de commercialisation et de distribution des produits pétroliers (Naftal) a procédé dimanche à l’installation officielle de M. Rachid Nadil en qualité de P-dg de Naftal, a indiqué un communiqué de cette entreprise publique.

 

La cérémonie d’installation s’est déroulée en présence du président du Holding Sonatrach Valorisation des Hydrocarbures (SVH Sonatrach), M. Youcef Saci, du secrétaire général de la Fédération nationale des travailleurs du pétrole, du gaz et de la chimie, M. Hamou Touahria, du secrétaire général du syndicat national de Naftal, M. Lazhar Adjroud, ainsi que des cadres dirigeants de l’entreprise.

Pour rappel, M. Nadil avait été nommé en mai dernier Directeur général par intérim de Naftal en remplacement de Hocine Rizou. Au cours de cette cérémonie d'installation, les différents intervenants ont mis l’accent sur la dimension économique et sociale de Naftal ainsi que sur le rôle "éminemment stratégique" dans l’accompagnement de la dynamique économique nationale.

Après avoir exprimé sa totale reconnaissance aux hautes autorités du pays et au ministre de l’Energie ainsi qu’au P-dg de Sonatrach pour la confiance hautement appréciée, en le désignant à la tête de Naftal, M. Nadil a indiqué que les principaux défis auxquels devrait faire face Naftal étaient  notamment "la disponibilité sans faille des besoins du marché national en produits pétroliers en tous lieux et en toutes circonstances et la mise à disposition de la clientèle d’un service de haute qualité".

Il a, en outre, rassuré que tous les moyens humains et matériels seraient mis à profit pour atteindre les objectifs assignés à l’entreprise par les pouvoirs publics, la tutelle et le Groupe Sonatrach.

M. Nadil, qui avait occupé auparavant le poste de Directeur exécutif finances au sein de Naftal, est titulaire d’un diplôme d’Etudes supérieures en finances, économie et droit du Rectorat d’Aix en Provence (France). Il est marié et père de cinq (5) enfants.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...