Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

Algérie - La capacité de transfert via le gazoduc Medgaz pourrait être portée à 10 milliards m3/an (Sonatrach)

Medgaz- Almeria, Espagne 2008 (Ph medgaz.com)

Le Président directeur général du groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a souligné, mardi, dans la wilaya d'Ain Témouchent, la possibilité d'augmenter les capacités de transfert de gaz via le gazoduc de l'entreprise Medgaz, située à Béni Saf, à 2 milliards de m3 supplémentaires par an.

 


Lors d'une visite d'inspection de cette infrastructure énergétique, réalisée dans le cadre d'un partenariat algéro-étranger, le PDG de Sonatrach a indiqué que les possibilités actuelles de transfert du gaz vers l'Espagne puis vers l'Europe de cette infrastructure sont de l'ordre de 8 milliards de m3 par an.
Cette capacité pourra être revue à la hausse pour atteindre les 10 milliards de m3/an avec le renforcement de cette infrastructure en équipements nécessaires, a-t-il estimé.


Abdelmoumen Ould Kaddour a ajouté que le groupe qu'il préside a adopté une stratégie visant à augmenter ses capacités productives notamment celle du gaz industriel. C'est une solution idoine pour l'Algérie eu égard à ses importantes réserves de gaz et les possibilités d'exportation de cette ressource par le biais des gazoducs implantés à l'Est et à l'Ouest du pays, a-t-il estimé.

 

Miser sur le gaz


Le PDG de Sonatrach a rappelé la situation du marché pétrolier à l'échelle internationale après la décision de l'OPEP de fixer le seuil de production du pétrole, décision à laquelle a adhéré l'Algérie en décembre 2016.


Etant donné la baisse actuelle du prix du pétrole sur le marché mondial, l'Algérie doit miser sur le gaz pour augmenter ses recettes en devises et développer ses capacités productives dans ce domaine, a-t-il estimé.


Le même responsable a également souligné que le développement des capacités de l'Algérie en matière de production du gaz intervient pour faire face aux besoins du marché international. Il a mis l'accent sur le développement de l'industrie pétrochimique plus que nécessaire pour valoriser la production gazière, a-t-il indiqué.


Le PDG du groupe Sonatrach a inspecté, lors de cette visite, le gazoduc N4 de Béni Saf, long de 513 km reliant le gisement de Hassi Rmel à Beni Saf, d'où part un gazoduc sous-marin assurant le transport du gaz vers Alméria (Espagne) sur une distance de 122 km.

APS


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Quelles sont les reserves de gaz et pour combien de temps a ce rythme?
    Merci

    Rapporter Mestari mercredi 27 septembre 2017 19:02
  • Et le peuple n'en verras jamais les milliards de dollars...

    Rapporter batronpe mercredi 27 septembre 2017 11:40
  • L'on pompe à fond le gaz de schiste d'Ain Salah...

    Rapporter derdour mercredi 27 septembre 2017 11:05
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie – Le syndicat UGTT trace "cent mille lignes rouges" devant la cession des entreprises publiques

Le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a invité ceux "qui ont échoué" dans leur gestion à ne pas imputer leur échec aux entreprises publiques. Il a dénoncé les "prétendus experts" qui, a-t-il dit, font croire à l'opinion publique que le secteur public "est la cause de la ruine de l'économie nationale" ou que "la faiblesse...

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.